Navegación – Mapa del sitio

Frederick Wiseman, Boxing Gym

Corinne Delmas
Boxing Gym
Frederick Wiseman, Boxing Gym, Blaq Out, 2012.
Inicio de página

Texto completo

1La sortie en DVD de ce film de Frederick Wiseman constitue une occasion de rattrapage pour ceux qui n’avaient pu voir le film, lors de sa sortie en salle, en mars 2011, et une possibilité pour les autres de le redécouvrir.

  • 1  Pour une autobiographie de Frederik Wiseman (1930-) : Collectif, Frederick Wiseman, Paris, Gallima (...)

2Cet opus est particulièrement exemplaire de la filmographie de Frederik Wiseman. Ce cinéaste est l’auteur d’une quarantaine de films particulièrement édifiants sur notre société contemporaine, en France et dans une vingtaine d’Etats nord-américain. Personnalité reconnue du cinéma documentaire américain, il ne se définit pourtant pas comme documentariste1. Ses films, profondément enchâssés dans le réel, racontent des histoires de vie, sans commentaires ni interviews. Boxing Gym met ainsi en scène le quotidien de Lord’s Gym, club de boxe fondé seize ans plus tôt par un ancien boxeur professionnel, Richard Lord, à Austin, dans le Texas. Le film s’ouvre par quelques plans en extérieur puis de la salle vide : sièges défoncés, environnement rempli de photographies et de glaces, murs défraîchis couverts d’affiches de combats (De la Hoya vs Ruelas, Mayweather vs Chavez), de boxeurs et de films mythiques (Raging Bull, de Martin Scorcese, 1980), désordre apparent et saturation de l’espace…

3Succède ensuite un ballet d’apprentis boxeurs à l’entraînement, filmés seuls, en binôme ou en groupe. Des personnes de sexes, âges, statut matrimonial et classes sociales différents s'y côtoient ; des boxeurs professionnels y croisent des aspirants professionnels, de simples amateurs, des enfants ou des jeunes en quête de force et d'assurance. Illustration du « melting pot » à l'américaine où les gens se parlent, se rencontrent, le film alterne scènes de pauses et phases d’échauffement et d’entraînement, ponctuées de bruits multiples : sonnerie, son des coups, halètements, discussions lors des pauses, conseils sur le ring… Le film permet de pénétrer dans l’univers quotidien de ces athlètes et donne le sentiment d’être présent au plus près de leur expérience. Aucun personnage, mis à part Richard Lord, n’est pourtant filmé dans la durée.

  • 2  Sur ces aspects du « noble art », cf. Loïc Wacquant, Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un ap (...)

4À rebours d’une vision stéréotypée de ce sport, le film détaille l’ascèse que suppose la boxe ainsi que l’importance des apprentissages techniques dans l’incorporation des normes et des valeurs du monde pugilistique2. Axé sur l’entraînement, ne montrant guère de réels combats, il est centré sur le labeur et les différentes étapes de l’apprentissage ; les premières séances, souligne un habitué, servent surtout à intégrer les rythmes, par exemple avec la corde à sauter ; la vitesse et l’endurance suivent. « Avant tout, le rythme » et « la poire de vitesse est d’abord affaire de rythme ». Première étape dans cette acquisition du sens du rythme, elle est suivie de 5 à 15 rounds de sac de frappe… Cette question du rythme est omniprésente dans un film qui, centré sur les jeux de jambes des athlètes, présente une grande proximité avec le précédent film que F. Wiseman avait consacré au Ballet de l’Opéra de Paris. On retrouve la même ascèse, un sens identique du rythme et du déplacement. « Toujours le pied gauche en avant » insiste Richard Lord. Il faut « rester en appui sur ses pieds pour mieux affronter l’attaque », conseille pour sa part l’un des hommes de la salle ; « regarde les jambes, pas le corps » insiste un autre ; il faut être dans le rythme et très réactif souligne un habitué précisant les différentes étapes permettant l’esquive et le contrôle du partenaire : « Coup, abaissement, désaxage, esquive rotative pour contrôler l’adversaire ». Le film est ponctué de conseils pour pivoter, sauter, rebondir, esquiver…

5Si le film est tourné exclusivement dans la salle et à ses abords, il en dit toutefois long, aussi, sur la société américaine. Des conversations entre boxeurs permettent ainsi d’évoquer le hors-champ, par exemple la formation des recrues et les motivations « pour combattre » d’un jeune engagé, les difficultés matérielles au quotidien, la fusillade à l’école secondaire de Columbine en 1999, ou la tuerie de l’université Virginia Tech en 2007… « ça se reproduira ; c’est ça qui est triste » conclut l’un des interlocuteurs.

6La violence inhérente à la pratique pugilistique n’est pas non plus occultée ; elle transparaît surtout verbalement, à travers les dialogues et échanges : « Comment frapper l’autre, boum, aï… » ; « c’est ça la boxe, dérouiller et faire avec. C’est ce que je fais »… « J’aime prendre des coups […] avoir à combattre ». Lord’s Gym apparaît en même temps comme un havre de paix et un espace de socialisation. « Le paradoxe, précise un habitué à un novice, c’est que c’est un sport violent, vu que l’objectif est de frapper, en visant certaines parties du corps, pour mettre l’autre KO, mais ici, l’atmosphère est amicale. Je m’en rends compte, c’est super. Si tu joues au dur ici, tu ne fais pas long feu. On te dit « laisse tomber » ». Plusieurs échanges rendent compte de cette approche paradoxalement pacifiée du combat. « Tu viens pour apprendre à te battre ? […] Ce n’est pas pour te venger ? » demande Richard Lord à un jeune venant s’inscrire. « Les gens d’ici », remarque un protagoniste, « évitent la bagarre, pour ne pas se casser une main ».

7Le club constitue ainsi un espace de socialisation où se côtoient des apprentis aux caractéristiques sociales et motivations contrastées dont rendent compte les échanges entre boxeurs, mais aussi les scènes d’inscription filmées dans le minuscule bureau de Richard Lord.

8Il faut donc conseiller ce film instructif et passionnant sur le « noble art », justement célébré lors de la Quinzaine des Réalisateurs qui s’était tenue à Cannes en 2010, même si on peut regretter que cette version DVD ne comporte pas de bonus, par exemple sur la filmographie de son auteur et sur les conditions de tournage.

Inicio de página

Notas

1  Pour une autobiographie de Frederik Wiseman (1930-) : Collectif, Frederick Wiseman, Paris, Gallimard, 2011. Dans cet ouvrage, le cinéaste raconte ses années d'études jusqu'à son passage au cinéma en 1967 avec le tournage de Titicut Follies à Bridgewater, un asile psychiatrique pénitentiaire près de Boston, Massachusetts. Depuis, il a tourné de nombreux films. À partir de 1985, il s'est également intéressé à plusieurs institutions françaises, telles que la Comédie-Française, l'Opéra de Paris ou le Crazy Horse. Il a également mis en scène au théâtre, La Dernière lettre adaptée de Vie et destin de Vassili Grossmann, et Oh Les beaux jours de Samuel Becket, pour la Comédie-Française.

2  Sur ces aspects du « noble art », cf. Loïc Wacquant, Corps et âme. Carnets ethnographiques d’un apprenti boxeur, Paris, Agone, 2000

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Corinne Delmas, « Frederick Wiseman, Boxing Gym », Lectures [En línea], Reseñas, 2012, Publicado el 18 diciembre 2012, consultado el 17 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10170

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página