Navigation – Plan du site

Estelle Deléage, Denis Charlier (dir.), « Écologie et politique, vingt ans après... », Écologie & Politique, n° 45, 2012

Daphné Vialan
Écologie et politique, vingt ans après...
Estelle Deléage, Denis Charlier (dir.), « Écologie et politique, vingt ans après... », Écologie & Politique, n° 45, 2012, Les Presses de Sciences Po, ISBN : 978-2-7246-3286-6.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro de la revue Ecologie & Politique est le numéro anniversaire des vingt ans de la revue et l’occasion pour ses fondateurs et continuateurs de revenir sur les vingt ans du mouvement de l’écologie politique et de la place qu’occupe la revue dans ce mouvement. Nous ne chercherons pas ici à exposer l’intégralité des articles compris dans la revue, mais bien plutôt d’en pointer quelques idées clés qui nous semblent les plus « agitatrices de cerveau ».

2La revue ouvre sur un éditorial de J-P. Déléage, qui dresse à partir de l’actualité récente un tableau sombre de notre époque politique. Il souligne l’idéologie libérale du gouvernement Hollande (témoin le traité européen), qui remet en question la souveraineté des peuples, prise pour cible par les marchés financiers, qualifiés par Lardon de « corps social concurrent ». Sur un plan plus international, Déléage pointe la déconstruction européenne par la mise en place d’un « corps de contrôleurs au service de la Commission, hors de tout contrôle démocratique », et le paradoxe de nos rapports diplomatiques cordiaux avec la Chine et la Russie tandis que la Syrie se trouve dans une situation indicible. Enfin Rio + 20 a été la vitrine d’une économie verte plus que le vecteur d’une réflexion sur notre mode de développement.

3L’introduction du dossier, par Estelle Déléage et Denis Chartier, revient sur les origines de l’écologie politique, et notamment sa double-filiation, entre l’écologie scientifique (depuis Haeckel jusqu’aux années 60 et la dénonciation des effets délétères de l’industrialisation notamment dans l’agriculture) et la gauche radicale. Les auteurs rappellent que la naissance de la revue prend place dans un mouvement mondial de naissances de revues « cousines » (citer des exemples). Le retour sur les vingt dernières années est cependant peu encourageant, se finissant sur « institutionnalisation de l’écologie politique (…) et finalement une banalisation voire instrumentalisation de cette dernière. » (p. 19) dans les années 90 et connaissant son apogée avec Rio + 20 où « c’est le scenario de la realpolitik, du business as usual, de la marchandisation du vivant, qui semble l’emporter. » (p. 19). Finalement, la question se pose de savoir si l’écologie politique est toujours d’actualité… La longévité de la revue semble plaider en sa faveur et les auteurs se proposent de réaffirmer et de redémontrer l’acuité du postulat de départ de la revue : « penser théoriquement l’alternative en arrimant cette pensée à des expériences concrètes » (p. 20).

4Cette histoire du mouvement se trouve incarnée dans la suite du dossier par deux entretiens, avec deux fondateurs de la revue, J-P. Déléage et F. Brun, qui donnent chacun un éclairage singulier sur cette histoire. J-P. Déléage a fait ses armes au sein de la LCR puis a cherché à combattre le manque de théorie du mouvement politique des écologistes, plus intéressés par la politique dite politicienne : « la sensibilité aux questions de l’écologie n’était pas articulée sur le plan théorique à la question plus vaste d’une révolution sociale et politique dont nous rêvions. (…). Les verts n’étaient pas préoccupés par la théorie ; ils n’avaient pas le souci d’une conscience réflexive de la portée historique du mouvement dont ils étaient pourtant des acteurs essentiels. » (p. 25). Guidée par l’indiscipline, sa trajectoire universitaire originale se dessine tout au long de l’interview et donne matière à penser à ceux qui veulent à tout prix se spécialiser et se professionnaliser, parfois dès les premières années à l’université. Quant à F. Brun, il est parti de l’autogestion socialiste et décrit dans son entretien la difficulté de la recomposition du paysage politique français autour de la notion d’écosocialisme. Il est regrettable que ce retour sur 20 ans d’histoire de l’écologie politique ne fait pas apparaître (et n’analyse pas) la reprise par le Parti de Gauche de la thématique de l’écosocialisme dans l’actualité récente.

5Ces points de vue « internes » à la revue sont complétés par celui de Nicole Mathieu, qui a quant à elle travaillé à la revue Natures Sciences et Sociétés, née un an après la revue Ecologie et Politique. Elle axe son propos sur l’interdisciplinarité, qu’exigerait un point de vue écologique et politique, et sur son expérience personnelle de géographe. Dans ce champ, elle constate qu’ « il n’y a pas eu de recomposition de la géographie autour de son interdisciplinarité interne. Ni, à l’exception de quelques géographes minoritaires, marginaux et peu médiatisés, de contributions significatives, conceptuelles ou finalisées, aux problèmes poses par les relations entre les crises environnementales, sociales, économiques et financières. Les obstacles sont-ils internes à cette discipline ou viennent-ils du regard porté sur elle ? » (p. 81). Elle regrette alors que la revue n’ait pas fait émerger de réelle interdisciplinarité ou de réelles controverses. On regrette que la question la plus intéressante de cet article ne soit posée qu’en creux : la question de la géographie en tant que telle, comme discipline, dans une optique pluridisciplinaire : de quoi la géographie est-elle la discipline, comment peut-elle être une discipline qui fait exploser les découpages disciplinaires ?

6J. M. Alier apporte un point de latino-américain sur l’écologie politique, étant directeur de la revue Ecologai Politica. Il propose un décentrement pertinent via ce qu’il appelle l’écologisme des pauvres : « Ce sont des mouvements écologistes – quelle que soit la langue dans laquelle ils s’expriment – dès lors que leurs objectifs sont définis en termes de besoins écologiques pour la vie : l’énergie, y compris les calories alimentaires, l’eau, l’espace pour se loger. Ce sont également des mouvements écologistes parce qu’ils essaient de soustraire à la sphère économique, au système de marché généralisé, à la rationalité commerciale, à la valorisation financière (réduction de la valeur aux coûts et bénéfices monétaires) pour les maintenir ou les rendre à l’oikonomia (dans le sens, proche de l’écologie humaine et opposé à la chrématistique, que lui donne Aristote). » (pp. 96-97).

7Les articles qui suivent dans le dossier sont plus thématiques. Le premier, d’O. Godard, analyse le mouvement du climato-scepticisme, dans une perspective d’analyse presque épistémologique, portant sur acteurs et idées véhiculées par les climato-sceptiques. Pour ce dernier, le climato-scepticisme ne serait pas une controverse scientifique, ni même une contre-expertise, mais bien plutôt un sophisme moderne, reposant sur un succès médiatique calculé et des idées fallacieuses.

8Dans l’article de R. Passet, sur la bioéconomie, on apprécie l’éclairage sur le passage de l’environnement à la biosphère : « De l’environnement « qui entoure », on passe à la biosphère « qui englobe », conçue comme un système intégré d’interdépendances et de régulations, par lesquelles les espèces vivantes et les milieux qui les portent se reproduisent conjointement dans le temps. » (p. 86), mais aussi sa manière toute économiste d’emprunter des règles pour donner un aperçu du futur : « la règle de Hicks, Hartwick et Solow selon laquelle l’épuisement de la nature (considérée comme un capital) pourrait être compensé par un accroissement du capital technique bute sur le fait que ce dernier est lui-même constitué des matériaux de la nature. » (pp. 87-88). Enfin et peut-être surtout, R. Passet affirme que l’humanité se structure selon l’image qu’elle se fait de l’ordre universel. Or, notre société a une représentation mécaniste du monde, qui engendre une distribution des pouvoirs au sein de l’entreprise comme de la nation marquée par l’emboîtement, la hiérarchisation. Aujourd’hui, il nous faut nous représenter le monde selon les systèmes complexes du vivant et de l’immatériel en réseau pour adopter une organisation plus pérenne.

9Enfin, le dossier s’achève sur un article de D. Chartier, J. Foyer et le collectif du projet Ecoverio, qui dresse un bilan de Rio + 20 qui n’invite pas à l’optimisme, marqué par la Realpolitik : « un “réalisme’’ diplomatique et politique basé essentiellement sur les rapports de force entre nations, sur les intérêts à court terme et sur des considérations économiques bien plus que morales. » (p. 118)

10Le reste de la revue est consacré à des variations sur la France Vert clair (c’est-à-dire écolo-tiède), mais aussi aux inégalités écologiques, et à des notes de lectures. Vingt ans après sa création, la revue Ecologie et Politique réaffirme par ce numéro qu’elle continue à avoir des choses à nous dire, des points de vue à nous livrer et des idées à éclairer. Matiné de mélancolie, la revue semble affirmer cependant qu’ « on ne lâche rien », malgré l’usure de la lutte, des institutions, les difficultés politiques. On ne peut que conclure en souhaitant une longue vie à la revue Ecologie & Politique !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daphné Vialan, « Estelle Deléage, Denis Charlier (dir.), « Écologie et politique, vingt ans après... », Écologie & Politique, n° 45, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10185

Haut de page

Rédacteur

Daphné Vialan

Doctorante à Lyon 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page