Navigation – Plan du site

Mathieu Brugidou, L'opinion et ses publics. Une approche pragmatiste de l'opinion publique

Maxime Drouet
L'opinion et ses publics
Mathieu Brugidou, L'opinion et ses publics. Une approche pragmatiste de l'opinion publique, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sociétés en mouvement », 2008, 212 p., EAN : 9782724610185.
Haut de page

Notes de la rédaction

Un site à visiter : pressesdesciencespo.fr

Texte intégral

1En France, la notion de public a longtemps été minorée, voire déconsidérée, au profit d'autres opérateurs de description de la vie sociale. Depuis un peu plus d'une décennie, la convergence de plusieurs programmes de recherche en philosophie et en sociologie lui a donné une seconde jeunesse. Cette réhabilitation s'appuie principalement sur un usage de méthodes qualitatives telles que le compte rendu ethnographique, l'entretien ou encore la reconstitution rétrospective. Tant et si bien que le courant pragmatiste se confondrait presque avec ces méthodes qualitatives. Dans une perspective méthodologique, l'ambition du travail de Mathieu Brugidou est d'articuler cette approche avec les techniques quantitatives. Leurs usages standardisés laissent, a priori peu de place à cette notion de public.

2Dans des sociétés ouvertes au sein desquelles les controverses, les affaires ou les disputes (pour reprendre trois des principaux concepts développés par les sociologies d'inspiration pragmatiste) rythment la vie publique, Mathieu Brugidou considère que l'enjeu méthodologique n'est plus tant d'agréger des opinions en « pour » ou « contre » que de les « diffracter » en différents publics. L'heure est à la restitution dynamique des arguments et de « la plasticité des publics » (p.13). Mathieu Brugidou prend ainsi l'exemple des Français réticents envers l'énergie nucléaire : quoi de commun « entre un public jeune et diplômé tablant sur le progrès de la science pour remplacer le nucléaire et un public âgé et peu diplômé, préoccupé avant tout de sécurité, estimant que le nucléaire est trop dangereux ? », s'interroge-t-il (p.31).

3Au terme d'une relecture sans surprise de la tradition pragmatiste anglo-saxonne et de sa déclinaison française (de Louis Quéré et Daniel Cefaï à Joëlle Zask et Bruno Latour en passant par Luc Boltanski et Laurent Thévenot), Brugidou retient quatre thèses principales pour délimiter les terrains, construire les enquêtes et analyser les données qui font le cœur de l'ouvrage. Les trois premières thèses s'avèrent relativement classiques dans le cadre d'analyse pragmatiste des publics : les publics se développent autour d'un « enjeu » (sous la forme d'un « problème » ou d'un événement par exemple) ; la consistance des publics dépend de la compétence des individus à se référer à une grammaire du public et d'un monde commun ; les publics ne peuvent être correctement analysés sans prendre en compte le « contexte d'interaction » auquel ils sont liés. L'annonce de la mort d'un président ne présente pas les mêmes caractéristiques d'interactions que l'installation d'une centrale nucléaire. La dernière thèse fait tout l'intérêt et l'originalité du travail de Mathieu Brugidou : les publics d'un problème peuvent être décrits par l'usage de sondages appropriés à partir du moment où l'on conçoit ce dispositif comme une scène publique à part entière. À partir de cette scène publique expérimentale, le sociologue va confronter les prises de positions des individus concernés par un enjeu ou susceptibles de l'être. L'usage privilégie des méthodes factorielles et la statistique textuelle qui permettent de concilier représentativité et diversité des points de vue. Mathieu Brugidou, aidé de ces deux types d'outils statistiques, revalorise ainsi l'usage des questions ouvertes, habituellement sous-utilisées en raison des difficultés de dépouillement qu'elles induisent.

4La lecture du livre de Brugidou présente au moins trois intérêts. Le lecteur non familier de la tradition pragmatiste et intéressé par sa déclinaison quantitativiste trouvera ici une introduction utile et des pistes de travail stimulantes. Il faut également souligner que les différents cas analysés par Brugidou sont tous exposés de manière claire, ce qui permet de suivre le cheminement du travail de dépouillement et d'analyse. Il participe ainsi à la pédagogie, toujours nécessaire, des analyses factorielles - méthodes dont l'usage reste souvent parcimonieux en sciences sociales. Le principal intérêt de l'ouvrage réside surtout dans les déploiements « expérimentaux » du sondage. À travers les différents enjeux qu'il analyse et à partir desquels il décrit les publics associés, Mathieu Brugidou dessine un nouvel usage des sondages. Il s'agit d'abord d'utiliser ce dispositif dans des contextes restreints ou des situations bien délimitées. Le sondage peut s'adapter à un contexte géographique bien déterminé. L'enjeu n'est plus d'obtenir des résultats à l'échelle d'une société mais de se concentrer sur l'analyse des publics qui émergent à partir d'un enjeu précis. D'autre part, il est nécessaire alors de proposer « dans le cheminement du questionnaire, des contextes et des éclairages contrastés sur les problèmes de manière à mesurer les effets d'information et d'argumentation, en recueillant des discours grâce à des séquences de questions fermées et ouvertes, et en suivant dans le temps la dynamique de ces controverses. » (p.192) Le respect que Mathieu Brugidou témoigne pour les situations et les publics qu'il entend décrire est également une manière d'obtenir la coopération des différentes parties prenantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Drouet, « Mathieu Brugidou, L'opinion et ses publics. Une approche pragmatiste de l'opinion publique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 13 mai 2010, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1019

Haut de page

Rédacteur

Maxime Drouet

Doctorant en sociologie au GSPM.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page