Navigation – Plan du site

Philippe Frémeaux, Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail

Francis Lebon
Vingt idées reçues sur les métiers, l'emploi et le travail
Philippe Frémeaux, Vingt idées reçues sur les métiers, l'emploi et le travail, Les Petits Matins, 2012, 153 p., ISBN : 978-2-36383-051-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l'économie sociale et solidaire, Paris, Les Petits (...)
  • 2  Dans la collection « Idées Reçues » et sur un sujet voisin, on pourra aussi consulter Danièle Linh (...)

1Philippe Frémeaux, éditorialiste à Alternatives Économiques, avait déjà publié dans cette collection un ouvrage sur l’économie sociale et solidaire1 dont les organisations (associations, coopératives et mutuelles) « témoignent de la possibilité d’une alternative » à la gestion capitaliste des entreprises. En s’attaquant à présent à « vingt idées reçues », ce petit livre de vulgarisation a une grande ambition : lutter contre les « représentations simplistes » qui encombrent le débat public autour du travail. Les vingt chapitres, courts (de deux à une dizaine de pages), se lisent facilement. Une œuvre salutaire donc pour mettre à distance les fausses croyances plus ou moins partagées2.

2Prenons quelques exemples. Première idée reçue : « On ne sait pas quels seront les métiers porteurs dans dix ans » ? C’est inexact. Dans l’ensemble, les métiers de demain seront les mêmes qu’aujourd’hui (cuisiniers, chauffeurs, vendeurs, enseignants, etc.), la structure de l’emploi ne se transformant que sur la longue durée (décroissance de l’emploi agricole et industriel ; croissance des services, développement des emplois de cadres et d’employés). Neuvième idée reçue : « Les services à la personne ne requièrent pas de qualification » ? C’est faux si l’on considère qu’ils impliquent de réelles compétences malheureusement pas reconnues à leur juste valeur. En effet, une partie de ces emplois sont des « petits boulots » à temps partiel alors qu’ils sont proches des métiers médico-sociaux aux statuts mieux établis. Onzième idée reçue : « Les Français ne sont pas des entrepreneurs » ? Certes la part des salariés dans la population active n’a jamais été aussi élevée qu’aujourd’hui (92 %) mais beaucoup de personnes créent leur entreprise, c’est-à-dire se mettent à leur compte, à défaut de trouver un emploi. Ainsi, 550 000 entreprises ont été créées en 2011, un chiffre qui s’explique en grande partie par l’invention du statut d’auto-entrepreneur en 2009. Dix-septième idée reçue : « Le chômage, c’est la faute à la mondialisation » ? La concurrence des pays à bas salaires (dont la Chine) n’explique pas tout car le chômage résulte d’un « cocktail de multiples causes ». Une meilleure coordination des politiques économiques, en particulier à l’échelle européenne, est souhaitable et devrait notamment permettre un « reclassement de qualité aux personnes dont les emplois disparaissent. » (p. 131)

3Ce très bon travail de rupture avec la « sociologie spontanée » de l’économie peut bien sûr susciter des commentaires. En multipliant les entrées, le livre prend le risque de la redondance, de la simplification et de la dispersion. Redondance par exemple de l’idée d’une certaine permanence des métiers, du rôle positif de l’éducation et de la formation ou bien encore des difficultés auxquelles sont confrontés les jeunes. Nécessaire simplification, par exemple lorsque l’auteur, réfutant l’idée reçue selon laquelle « les diplômes ne valent plus rien », rappelle à juste titre qu’ils apportent une bonne garantie contre le chômage et ont des effets très importants en matière d’insertion professionnelle, même si certains jeunes en début de carrière peuvent avoir le sentiment d’être surqualifiés par rapport au poste occupé (quatrième idée reçue). Mais on pourrait encore apporter des nuances tant les relations formation-emploi ne sont pas toujours logiques et nécessaires. Les jeunes diplômés de certaines formations technologiques s’insèrent mieux que d’autres dotés de formations générales plus longues. De même, « l’échec scolaire » n’est que la face négative des effets positifs de l’éducation car les familles luttent avec des atouts inégaux pour s’assurer de la réussite scolaire de leurs enfants… Dispersion enfin puisque les nombreux thèmes abordés (les logiques de carrière, la précarité et le chômage de masse, la division sexuelle du travail, la place des emplois industriels et de « l’économie verte », la pénibilité du travail, etc.) tournent autour des métiers, de l’éducation, de l’emploi et du travail.

  • 3  Christian Baudelot, Travail et classes sociales : la nouvelle donne, Éditions rue d’Ulm, 2010, p.  (...)

4Mais dès lors que ces dimensions sont liées entre elles, ne faudrait-il pas définir autrement le(s) problème(s) ? Une approche en termes de classes sociales aurait permis de rendre compte d’un point de vue à la fois théorique et pratique de ces « idées reçues », tout en participant également d’enjeux à la fois scientifiques et politiques, ce qui correspond bien à la philosophie d’Alternatives économiques. Dans cette optique, Christian Baudelot par exemple, s’appuyant sur les travaux de Stéphane Beaud, Louis Chauvel, Eric Maurin, Olivier Schwartz, etc., décrivait l’espace social de façon imagée et fort percutante en dessinant des polarités : « en bas » les classes populaires, « au milieu » les classes moyennes, « en haut » les classes supérieures, les actionnaires, les hauts dirigeants et les patrons. Et de conclure qu’il y a bien, aujourd’hui comme hier, une lutte des classes : « Les forces aujourd’hui à l’œuvre dans la sphère du travail – le chômage de masse, la précarité, la flexibilité, l’individualisation des tâches et l’intensification du travail – contribuent à fractionner fortement la structure de classe en agissant au sein de chacune de ses composantes. Mais ces écartèlements, tout en compliquant les analyses, ne remettent pas en question la réalité des classes sociales et des conflits qui les opposent »3. Réfutant l’idée reçue selon laquelle il faudrait « travailler plus », Philippe Frémeaux s’interroge en guise de conclusion sur la place du travail dans nos vies, après avoir souligné (dixième idée reçue) combien les Français y sont attachés et en attendent beaucoup. Sous-estimant peut-être l’ampleur des inégalités et de la domination, le ton devient alors quelque peu prophétique. Il faudrait éviter les catastrophes et les gaspillages écologiques, satisfaire les réels besoins de l’humanité et repenser la place du travail dans nos vies : « Travailler moins et mieux pour vivre heureux » ?

Haut de page

Notes

1  Frémeaux, La nouvelle alternative ? Enquête sur l'économie sociale et solidaire, Paris, Les Petits matins, http://lectures.revues.org/5636.

2  Dans la collection « Idées Reçues » et sur un sujet voisin, on pourra aussi consulter Danièle Linhart, Nelly Mauchamp, Le Travail, Le Cavalier Bleu, 2009. Ou bien encore Michel Lallement, Le Travail sous tensions, éditions Sciences Humaines, 2010, http://lectures.revues.org/2549.

3  Christian Baudelot, Travail et classes sociales : la nouvelle donne, Éditions rue d’Ulm, 2010, p. 45.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francis Lebon, « Philippe Frémeaux, Vingt idées reçues sur les métiers, l’emploi et le travail », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 20 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10192

Haut de page

Rédacteur

Francis Lebon

Sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris Est Créteil.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page