Navigation – Plan du site

« Sortir de (la) prison. Entre don, abandon et pardon », Revue du MAUSS, n° 40, 2012

Pascal Décarpes
Sortir de (la) prison
« Sortir de (la) prison. Entre don, abandon et pardon », Revue du M.A.U.S.S., n° 40, second semestre 2012, 2012, La Découverte, ISBN : 9782707174963.
Haut de page

Texte intégral

1Le double sens donné au titre de ce dossier sur la question pénitentiaire de la revue Mauss est des plus pertinents, et en ce sens ce compte-rendu, pour des raisons de dynamique thématique, ne prend en compte que le dossier sur la prison et renvoie à la revue Mauss pour les autres articles contenus entre les pages 189-279. Si l’on a jamais autant libéré de personnes sous aménagement de peine que depuis quelques années, notamment par les mécanismes inscrits dans la loi pénitentiaire de 2009, il n’a également jamais été aussi difficile de penser le sens d’une peine en procédure pénale au-delà de l’étalon punitif qu’est devenu l’enferment carcéral. Entre les programmes de construction de prisons lancés ces dernières années, prévoyant 30 000 places supplémentaires, et la thématique choisie par les Journées Nationales Prison : « ce n’est pas la peine d’en rajouter »1 ‑ dans le cadre desquelles l’auteur a donné une conférence le 28 novembre 2012 au Mans, les notions de don, d’abandon et de pardon cherchent leur place dans la discussion publique. C’est dans cette période politique complexe, où il était déjà question du champ carcéral2, qu’une douzaine de contributions se sont penchées sur cet emblème qu’est la prison, un lieu à la fois moderne et conservateur, empreint de violence3, et ce dans une perspective entre « le dedans » et « le dehors » (allusion ici à Dedans dehors, revue trimestrielle éditée par l’Observatoire International des Prisons, association française militant pour la reconnaissance et l’application des droits des personnes incarcérées). Il est toutefois dommage que certains articles, dont ceux entre autres de J.-M. Larralde et de N. Maestracci, fins connaisseurs des problématiques pénales, ne soient accessibles qu’en version numérique4.

2Dans son ouverture, et avec pour arrière-plan une configuration pénitentiaire européenne en mouvement5, clairement mise en lumière par Anne-Marie Klopp à la lumière de trois établissements pénitentiaires en Angleterre, en République Tchèque et en Suisse (pp. 163-172), Alain Cugno présente les différentes peines et sanctions alternatives qui permettent de se démarquer d’un tropisme carcéral. Ensuite, après un détour fort intéressant par Jankélévitch, Derrida, Foucault et la société panoptique qui fondent les bases des politiques pénales modernes, la parole est prise par Jean-Marie Delarue. Au-delà de sa fonction largement médiatisée ces derniers temps (contrôleur général des lieux de privation de liberté)6, le propos décrit le quotidien de ce qui fut nommé des « prisons sous tensions »7 en trois temps : la rupture causée par l’enfermement, « la vie carcérale qui fragmente les existences » (p. 75) et le facteur temps qui essentialise la dépendance à l’institution étatique. La soumission à la vie collective, la réduction de la personnalité, la métamorphose et la distinction à soi et aux autres sont autant de caractéristiques qui formatent la personne incarcérée et lui ôtent ses capacités d’autonomie.

3C’est un constat similaire que fait Christiane de Beaurepaire, psychiatre, lorsqu’elle analyse « la vulnérabilité sociale et psychique des détenus et des sortants de prison » (pp. 103-124). Comme elle le démontre avec force, les « chiffres sont éloquents » (p. 105) : les personnes incarcérées disposent de peu de ressources financières, professionnelles, familiales, sociales et psychiques. Le célibat, le chômage, l’échec scolaire, les troubles psychiatriques sont le lot d’une grande partie de la population pénitentiaire, et ce indépendamment des études faites à cet égard (données de la DREES ‑ Direction de la Recherche, des Études, de l’Évaluation et des Statistiques, de l’OFDT ‑ Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies ou bien encore du Ministère de la Santé). Dès lors, au vu de ce constat, il s’avère que « l’insertion [peut se faire] au risque de la vulnérabilité et de la précarité » (p. 110), et qu’il est extrêmement compliqué de trouver sa place au sein de la société, notamment car la situation socioéconomique des sortants de prison est très précaire comme l’indique Annie Kensey (pp. 125-138). Dans ce contexte, et partant d’un échantillon étudié de 1 200 libérés en juin 1996, il faut se rendre à l’évidence que les conditions de retour à la liberté en 2012 n’ont que peu progressé, comme le remarquait également un récent rapport d’information du Sénat sur les suites de la loi pénitentiaire de novembre 20098.

4Enfin, si la problématique de la prison à perpétuité et la « prison perpétuelle » sont évoquées, en partie au regard de l’abolition de la peine de mort en 1981 et donc d’un renforcement dramatiques des longues peines (Denis Salas), c’est davantage dans la dernière contribution sur la justice restauratrice rédigée par Jacques Lecomte (pp. 173-185) que sont mises en avant les notions de don, d’abandon et de pardon. Cette forme de justice pénale est considérée ici comme étant « triplement efficace » (p. 178) car elle sert la réparation de la victime, la responsabilisation de l’agresseur et le rétablissement de la paix sociale.

5Le récent rapport d’urgence du Contrôleur Général des Lieux de Privation de Liberté concernant l’établissement pénitentiaire des Baumettes à Marseille a rappelé de nouveau que l’état de nos prisons demeure en contradiction avec les propos légitimement critiques tenus dans cette édition de la revue MAUSS et que les engagements pris par l’actuelle Ministre de la Justice à cet égard sont attendus avec une grande attente.

Haut de page

Notes

1 http://www.sarthe.catholique.fr/Les-Journees-Nationales-Prison.

2 Compte rendu de la revue Politix n° 17par P. Décarpes : http://lectures.revues.org/8946.

3 Compte rendu de l´ouvrage d’Antoinette Chauvenet, Corinne Rostaing, Françoise Orlic par Frédérique Giraud : http://lectures.revues.org/599.

4 http://www.revuedumauss.com.

5 Compte rendu de l´ouvrage de Sonja Snacken par P. Décarpes, 2012, http://lectures.revues.org/7619

6 CGLPL, http://www.cglpl.fr/2012/recommandations-en-urgence-sur-le-cp-des-baumettes-a-marseille/

7 Compte rendu de l´ouvrage par de Georges Benguigui, Fabrice Guilbaud, Guillaume Malochet par C. Touraut : http://lectures.revues.org/6279

8 http://www.senat.fr/notice-rapport/2011/r11-629-notice.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Décarpes, « « Sortir de (la) prison. Entre don, abandon et pardon », Revue du MAUSS, n° 40, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 20 décembre 2012, consulté le 24 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10196

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page