Navigation – Plan du site

L'analogie, moteur de la pensée

Abdallah Zouhairi
L'analogie, moteur de la pensée
« L'analogie, moteur de la pensée », Sciences Humaines, n° 215, 2010, Sciences Humaines Editions.
Haut de page

Texte intégral

1L'analogie est présentée à la fois comme outil et comme méthode utilisée pour produire de la connaissance et du savoir. Si la science dans sa version positive est venue questionner la scientificité de toute démarche de recherche de cette connaissance, elle questionne aussi les outils et les méthodes de production à partir de ses propres fondements et de ses propres paradigmes.

  • 1 Alan Sokal et Jean Bricmont, Impostures Intellectuelles. Éditions Odile Jacob, 1997

2Dans ce dossier de la revue Sciences Humaines, la science positiviste semble toujours présente en tant que référence et en tant que grand juge. Malgré l'énorme importance et la fertilité de l'analogie en tant que moyen heuristique et méthodologique, il règne un sentiment de crainte et d'extrême attention à ce qu'en dira la « rigueur scientifique ». Mais rigueur ne doit pas rimer avec arbitraire et nul besoin ici de reprendre le débat infini entre défenseurs des sciences naguère dites « exactes » contre des sciences « molles » pour rappeler une controverse sans fin. Il est nécessaire de dépasser les controverses à la Sokal1 et faire en sorte que toutes les démarches qui peuvent créer de la connaissance, résoudre des problèmes, aller de l'avant pour un savoir universel, puissent être retenues et considérées.

3L'analogie a depuis longtemps permis des avancées cruciales dans plusieurs domaines du savoir. Elle consiste à rapporter un état de choses complexe ou peu connu à un autre état de choses que nous connaissons relativement bien. Cette comparaison ne concerne pas l'essence ou la constitution des composants des deux états mais elle peut concerner les relations ou les interactions de ces composantes entre elles ou avec le milieu extérieur. Le raisonnement par analogie permet de faire des découvertes, résoudre des problèmes ou au moins ramener un problème complexe à un autre qui l'est moins.

4Du chirurgien voulant détruire une tumeur profonde au laser sans affecter les tissus intermédiaires, au Général utilisant plusieurs ruelles pour assiéger une forteresse, les exemples abondent pour montrer les usages et aussi les mésusages de l'analogie. Mais tous ces exemples se passent comme si l'analogie paraît abaisser cet état de choses « scientifique » (chirurgie, astronomie, électricité, etc.) à un autre qui l'est moins ou qui ne l'est pas du tout selon cette même science (guerre, amour, Alchimie, etc.).

5L'analogie parait être un outil de découverte paradoxal pour les sciences : elle est un bon moyen pour résoudre et faire des retrouvailles mais en même temps elle dérange par sa mollesse et son non fondement scientifique. Au contraire des autres champs de connaissance, la science fait souvent fi du chemin parcouru jusqu'au résultat final. L'analogie pour la démarche scientifique est considérée comme un « fumier » qu'elle produit et utilise en même temps dans son travail et ses efforts de production mais qu'elle n'hésite pas à nier et à jeter une fois qu'elle a atteint ses objectifs.

6Plus l'analogie s'éloigne des préceptes de la scientificité plus elle s'est constituée en domaine de recherche à part entière. Que ce soit en linguistiques ou en psychologie cognitive, l'analogie est explorée en tant que phénomène lié à l'activité langagière et cognitive des êtres humains. Elle est inséparable du raisonnement et de l'interaction au quotidien à travers les métaphores, les comparaisons, les inférences et les devinettes ! C'est dans des champs de connaissances indépendants de la science positiviste que l'analogie a pu trouver une assise et même une certaine reconnaissance. En pédagogie, grâce à son essence même, l'analogie permet par sa simplification et sa capacité à faire des formulations imagées de rendre des concepts complexes accessibles et compréhensibles. En sociologie, les analogies sont présentes et explicites au sein des diverses théories sociologiques. La solidarité est tantôt mécanique tantôt organique pour Durkheim, le fils d'ouvrier devenu lui-même ouvrier, elle est une reproduction sociale pour Bourdieu et les représentations ainsi que les institutions sociales sont un texte qui fonctionne avec une grammaire selon Clifford Geertz et Claude Lévi-Strauss.

Haut de page

Notes

1 Alan Sokal et Jean Bricmont, Impostures Intellectuelles. Éditions Odile Jacob, 1997

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abdallah Zouhairi, « L'analogie, moteur de la pensée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 19 mai 2010, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1022

Haut de page

Rédacteur

Abdallah Zouhairi

Doctorant en sociologie, Université HassanII,Casablanca, Maroc - Centre Marocain de Sciences Sociales(CM2S)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page