Navigation – Plan du site

Femmes philosophes, femmes dissidentes : une réponse au compte rendu de François-Ronan Dubois

Michael Paraire
Femmes philosophes, femmes dissidentes
Michael Paraire, Femmes philosophes, femmes dissidentes, Les Editions de l'Epervier, coll. « Pour aller plus loin », 2012, 96 p., ISBN : 978-2-36194-016-4.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Monsieur François-Ronan Dubois,

2J’ai lu avec beaucoup d’intérêt le compte rendu que vous avez accordé à mon ouvrage, Femmes philosophes, femmes dissidentes. Cette recension me semble appeler les remarques suivantes :

31. Je note que, même si vous dites que mon étude « tord la réalité des événements et sacrifie la précision des concepts », vous ne citez aucun événement « tordu » ni aucun concept dont le rendu n’aurait pas été précisé. Vous n’indiquez d’ailleurs à aucun moment en quoi j’aurais pu affirmer des choses fausses du point de vue de l’histoire des idées ou de l’histoire comprise comme série d’événements et de faits. Le petit rappel sur le fait que Sartre et Beauvoir n’aient pas passé la même agrégation est une banalité connue de tous - que je n’ai donc pas cru devoir repréciser - et sans aucune signification au regard de la conclusion définitive que vous en tirez sur la qualité de mon travail.

42. A propos de ce que vous appelez, non sans humour, mon « fascicule », je vous rappelle que la valeur d’un ouvrage n’a rien à voir avec son « volume ». Ce qui importe, pour utiliser un terme physique, c’est sa « densité » conceptuelle, c’est-à-dire, si vous me permettez le clin d’œil, son rapport masse conceptuelle/volume. Sous ce rapport je pense avoir dit des choses que, contrairement à ce que vous affirmez, vous ne trouverez dans aucune « bonne encyclopédie ». Ainsi, il n’existe aucune encyclopédie qui présente Olympe de Gouges, Madame de Staël, Flora Tristan, Louise Michel, Alexandra Kollontaï ou Rosa Luxemburg comme des philosophes à part entière, et qui explique en quoi elles le sont réellement et pleinement au plan technique de l’histoire des idées.

53. Pour être plus précis encore, vous ne trouverez pas d’article encyclopédique qui démontre que Simone de Beauvoir a construit une « éthique existentialiste de la dissidence » et que c’est ce projet éthique et politique qui l’a conduite à renouveler toute la pensée du féminisme avec le Deuxième Sexe. De même que vous ne trouverez pas d’article sur Flora Tristan qui soit capable de montrer comment sa pensée philosophique, nourrie de la lecture de Robert Owen, lui a permis de faire la synthèse entre la pensée ouvrière et révolutionnaire du début du XIXe siècle et le féminisme dont elle déploie les éléments dans son Union ouvrière. Vous ne pourrez,de même, lire dans aucun article encyclopédique ou journalistique, d’analyses sur l’intérêt philosophique et politique de la Défense des droits de l’homme par Mary Wollstonecraft écrite contre les Réflexions sur la Révolution de France de Burke, sur l’originalité de la lecture de Kant par Mme de Staël dans De l’Allemagne, sur la philosophie de l’évolutionnisme révolutionnaire de Louise Michel,etc. Ces choses ne se trouvent à ma connaissance que dans mon livre.

64. J’en viens maintenant au cœur de ma critique. Vous avez manqué l’essentiel de ma démonstration parce que vous ne l’avez pas comprise. Ainsi vous ne comprenez pas en quoi Alexandra Kollontaï est une dissidente parce que, dites-vous, elle était « cadre du Parti communiste ». Vous ne voyez donc pas que l’on peut être dissident à l’intérieur même d’un parti : en l’occurrence Alexandra Kollontaï incarnait l’aile gauche du parti bolchévique. De même, vous trouvez surprenant que l’on cite Simone de Beauvoir comme une dissidente sans vous rendre compte qu’elle l’était effectivement vis-à-vis de la gauche socialiste ou communiste de son époque, du fait de ses positions « gauchistes ». Quant à Hannah Arendt elle était en situation de dissidence à l’intérieur du mouvement sioniste et représente ce que j’ai appelé la « dissidence conservatrice ». En fait ce que vous ne percevez pas, mais que j’ai pourtant bien expliqué dans mon ouvrage, c’est qu’il y a différentes formes de dissidences et différentes manières de l’exprimer chez les femmes philosophes, en fonction des périodes, des situations historiques, etc. Au-delà de leurs différences, qui sont réelles,le concept transversal de « dissidence » les réunit bien.

75. Peut-être, du reste, cette incompréhension tient-elle au peu de cas que vous faites de l’engagement de ces femmes et de leur courage. Olympe de Gouges était une dissidente dans la Révolution française, tout comme Madame de Staël l’était sous l’Empire. Mary Wollstonecraft était en rupture avec les considérations majoritairement hostiles des élites anglaises sur la Révolution de 1789. Louise Michel est partie en déportation pour son engagement dans la Commune. Elle a plusieurs fois connu la prison, après son retour de Nouvelle Calédonie, du fait de son engagement au côté des anarchistes. Rosa Luxemburg était dissidente à l’intérieur du SPD et elle l’a payé de sa vie. C’est le courage de leur engagement qui justifie, au-delà même de la puissance de leurs œuvres, que ces femmes soient réunies, pour la première fois, dans un même ouvrage. Leurs différences ne permettent pas d’effacer leur point commun : un grand courage dans l’action.

86. Enfin, dernière remarque, vous semblez croire que mon ouvrage est sans originalité et ne posséderait de caractère que « parfois informatif », sans vous rendre compte que je parle d’œuvres qui n’ont même pas été traduites en français comme la Défense des droits de l’homme de Mary Wollstonecraft ou son Histoire de la Révolution française, mais surtout que la dernière histoire consacrée aux femmes philosophes a été écrite au XVIIe siècle. S’il y a donc dans ce livre des éléments qui peuvent être débattus, il n’en demeure pas moins qu’il s’agit d’un ouvrage pionnier dans son genre et ce du fait du sexisme ambiant qui règne dans la pensée philosophique, sexisme dont vous semblezfaire bien peu de cas.

97. Je retiens néanmoins de votre lecture critique l’idée que cet ouvrage peut sans doute être amélioré et comme je crois, à l’instar de Rousseau, à la perfectibilité humaine, je vous ferai parvenir sa prochaine version revue et augmentée qui paraîtra au mois de mars 2013.

10Bien cordialement,

11Michael Paraire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Paraire, « Femmes philosophes, femmes dissidentes : une réponse au compte rendu de François-Ronan Dubois », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 21 décembre 2012, consulté le 17 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10225

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page