Navigation – Plan du site

Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, François Oudin, Thomas Pierre, Jérémy Sinigaglia, Sabrina Sinigaglia-Amadio (dir.), Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques

Camille Couvry
Enquêter sur le genre
Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, François Oudin, Thomas Pierre, Jérémy Sinigaglia, Sabrina Sinigaglia-Amadio (dir.), Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques, Nancy, PUN - Éditions universitaires de Lorraine, 2012, 193 p., ISBN : 9782814301177.
Haut de page

Texte intégral

1Les études sur le genre se renouvellent depuis les années 90. Comme en témoigne le recensement des chercheurs travaillant sur le genre effectué par le CNRS, ce champ de recherche est en plein essor et les domaines et terrains qui mobilisent le genre comme catégorie d’analyse se sont multipliés. Les auteur-e-s de cet ouvrage se proposent d’apporter leur pierre à l’édifice en proposant des travaux accordant une place importante à la restitution des données empiriques. La trame générale de l’ouvrage offre également une vue d’ensemble des débats actuels qui animent le monde scientifique concernant la place du genre dans les analyses sociologiques.

2Issu de journées d’étude ayant eu lieu les 4 et 5 juin 2009 à l’université de Lorraine, cet ouvrage plaide pour une mobilisation du genre dans l’analyse de tous les faits sociaux (Laura Leonardi) ainsi que pour un usage décloisonné et croisé du genre. L’ouvrage expose l’impératif d’étudier le genre selon le principe d’intersectionnalité (Emmanuel Pierru et Jérémy Sinigaglia), autrement dit, en prêtant attention aux différentes formes de domination liées à la classe, à la race, au genre, à la génération, etc. (Rolland Pfefferkorn) en vue d’en comprendre plus subtilement les nuances et les variances. En outre, l’ouvrage éclaire sur les tensions entre les théories féministes engagées et la démarche scientifique traitant du genre. Plusieurs textes (Lilian Mathieu, Emmanuel Pierru et Jérémy Sinigaglia) insistent sur la nécessité d’autonomie du champ scientifique vis-à-vis des théories militantes.

3La première partie emmène lecteurs et lectrices dans le monde du spectacle. Les expressions corporelles et langagières des stéréotypes de genre sont au cœur des analyses de Nelly Quemener et d’Irina Kirchberg. Nelly Quemener questionne les expressions du genre dans les formes d’humour à travers le jeu scénique des humoristes femmes à la télévision. Ces humoristes brouillent, détournent voir critiquent les stéréotypes de genre (telles que Florence Foresti et Armelle). La restitution des observations donne à voir le cheminement de l’analyse, par exemple dans l’analyse du personnage de Michelle incarné par Florence Foresti qui croit incarner la beauté féminine alors que son apparence appelle une allusion au masculin. Les expressions corporelles des stéréotypes de genre sont aussi au cœur de l’analyse d’Irina Kirchberg portant sur le rôle de la musique dans la natation synchronisée. La musique contribue à véhiculer des registres féminins mais sert aussi de support aux nageuses pour mettre en scène la puissance sportive, valeur associée traditionnellement au sportif masculin, et asseoir ainsi la reconnaissance d’un « sport féminin ». On appréciera en particulier la qualité des descriptions concernant les registres tantôt féminins (l’allusion des nageuses aux ballerines) tantôt masculins (l’entrée en scène des nageuses comparée au défilé militaire) du corps mis en scène. Dans un autre domaine, Reguina Hatzipetrou-Andronikou offre un éclairage sur les conditions d’accès à la profession des jeunes femmes instrumentistes de musique traditionnelle en Grèce (Ta Paradosiaka) dans un milieu majoritairement masculin. Les conditions de formation comme lieu privilégié d’une pédagogie flexible ont facilité la socialisation au milieu. Parallèlement, l’état de la musique traditionnelle en cours de développement a favorisé l’inclusion des femmes par un accès précoce aux premières expériences professionnelles.

4L’ouvrage présente un bon aperçu des questions de genre dans les milieux militants et professionnels en deuxième partie. Eve Meuret-Campfort, focalise son attention sur la mobilisation des ouvrières de Chantelle contre la restructuration de la production et la fermeture progressive de l’entreprise. Le mouvement obtient une reconnaissance parce qu’il s’organise sous le rapport de la classe autour de la condition ouvrière même si le soutien des ouvrières par la population et les élus locaux est favorisé par le fait qu’elles sont des femmes. Au contraire, Alban Jacquemart s’intéresse à la place des hommes dans les associations féministes militant explicitement en faveur des femmes. À travers un éclairage historique et contemporain détaillé, on y saisit l’importance des modalités d’accès (débats autour de la mixité et de la non mixité) et de participation des hommes (types de relations entre les hommes et les femmes à l’intérieur) pour comprendre la place qu’ils y occupent. L’approche de la mixité et de la non mixité trouve un écho dans l’analyse d’Édith Gaillard portant sur le mode d’habiter alternatif et non mixte des anarcha-féministes en France et en Allemagne. La non mixité est une condition privilégiée pour déconstruire, au cœur des activités quotidiennes, les identités de sexe. Les femmes, qui habitent dans les squats non mixtes travaillent également à « dégenrer le genre » dans la langue, ainsi qu’a transgresser les apparences stéréotypées du genre. Mathieu Caulier nous emmène vers un autre milieu militant, celui du travail salarié dans les associations de santé reproductive au Mexique. Si les ONG offrent un statut précaire et bénéficient du surinvestissement des femmes salariées dans leur travail découlant de leur engagement militant, ces dernières considèrent le milieu associatif comme un espace plus propice au militantisme et laissant une plus grande marge de manœuvre que le travail en institution publique.

5Les analyses qui mobilisent le genre montrent, de plus en plus, les conditions de modification ou de renversement partiels des rapports de pouvoir. Ces deux parties renseignent assez bien sur les nuances qui façonnent ces rapports et qui oscillent entre rapports hiérarchiques à l’avantage des hommes, détournement ou renversement des stéréotypes, avec éventuellement réappropriation de stéréotypes traditionnellement masculins par les femmes, avantages d’être femme dans certaines situations, etc.

6Les textes axés sur la construction théorique du genre et sur les réflexions épistémologiques en troisième partie, produits par des chercheur-e-s confirmé-e-s, éclairent les évolutions historiques et débats actuels concernant les définitions et la place du genre dans les sciences sociales. Laura Leonardi défend la pertinence du genre comme entrée analytique en sociologie, dans tous les domaines d’étude et pas seulement dans les recherches portant explicitement sur la condition féminine. L’argumentaire présente notamment le genre comme une clé de la compréhension du changement social, en l’occurrence, des rapports entre emploi et sécurité sociale. Laura Leonardi mobilise le genre là on ne l’attend pas. À l’inverse, Lilian Mathieu inscrit son travail sur la prostitution dans la sociologie du travail sans pour autant évacuer le genre. L’analyse utilise le genre pour comprendre comment se structurent les rapports à la violence et pour penser la prostitution en terme de désaffiliation. L’auteur pointe les écueils des deux critiques qui lui sont adressées, l’une par les abolitionnistes de la prostitution, l’autre par les défenseur-se-s de sa réglementation. En filigrane, on comprend que les limites entre militantisme et sciences sociales sont poreuses et la distanciation sans doute plus difficile, parce que la charge émotionnelle et morale contenue dans la prostitution se prête à l’engagement et fait de la prostitution un « objet » militant par excellence. Le déplacement du regard enrichit pourtant la compréhension du phénomène et pourrait ouvrir sur de nouvelles perspectives de réponses et d’engagement. Virginie Vinel défend, quant à elle, la nécessité de penser le genre dans son existence interactionnelle. Elle mobilise la notion des « agency individuels » pour penser la capacité d’action des femmes moose au Burkina Faso et comprendre les relations qu’entretiennent ces femmes au sein de la communauté moose. Comprendre les relations entre les femmes moose dans la parenté suppose de dépasser l’idée selon laquelle ces femmes constitueraient un groupe homogène. L’analyse de ces relations ne peut ainsi se réaliser qu’en tenant compte de la classe sociale et des rapports de génération. Un autre travail portant sur les trajectoires biographiques de femmes et hommes âgées permet d’approcher le genre en interaction avec l’âge. Enfin, Rolland Pfefferkorn, en retraçant la construction historique de la notion anglosaxone gender et celle, développée par les chercheur-e-s français-e-s, rapports sociaux de sexe, met en exergue les points de jonctions des deux notions. Cependant, cet éclairage épistémologique conduit à reconsidérer l’évacuation du sexe biologique dans la sociologie et invite à prêter une plus grande attention à la construction sociale et historique du regard porté sur le sexe et sur les relations entre nature et culture. En outre, l’auteur préconise de replacer le genre dans des cadres d’analyse qui intègrent l’étude de l’ensemble des rapports sociaux afin de ne pas évacuer les autres facteurs constitutifs des rapports de domination.

7Emmanuel Pierru et Jérémy Sinigaglia insistent, en conclusion, sur la nécessité d’autonomisation du champ scientifique vis-à-vis des milieux militants et exposent les défis que doivent relever les chercheur-e-s pour une étude du genre articulée avec les autres rapports sociaux.

8L’ouvrage convient bien à tous, en particulier, celles et ceux qui souhaitent se familiariser avec les études sur le genre et/ou enquêter sur le genre, en premier lieu parce qu’il apporte des connaissances historiques sur la construction du concept et sur les mouvements féministes, en second lieu parce que l’importance accordée aux données empiriques renseignent sur les procédés d’enquête.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Couvry, « Julie Gothuey, Quidora Morales La Mura, François Oudin, Thomas Pierre, Jérémy Sinigaglia, Sabrina Sinigaglia-Amadio (dir.), Enquêter sur le genre. Terrains et pratiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10232

Haut de page

Rédacteur

Camille Couvry

Doctorante en sociologie (laboratoire DYSOLA) et ATER à l'UFR de STAPS de l'université de Rouen

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page