Navigation – Plan du site

Emmanuel Buisson-Fenet, Marion Navarro, La microéconomie en pratique

Thierry Colmard
La microéconomie en pratique
Emmanuel Buisson-Fenet, Marion Navarro, La microéconomie en pratique, Armand Colin, coll. « cursus. economie », 2012, 290 p., ISBN : 978-2-200-27656-0.
Haut de page

Texte intégral

1La microéconomie n’a pas toujours bonne réputation. Cette branche des sciences économiques a souvent été stigmatisée comme trop abstraite du fait de l’utilisation constante de la formalisation mathématique. Développée à l’origine sur le modèle des sciences dures avec comme référence implicite la physique, son objectif à travers une modélisation systématique est de faire émerger des lois ou principes à valeur universelle, guidant et orchestrant le comportement des agents économiques, le postulat de rationalité en garantissant l’efficience. Elle est accusée à tort ou à raison d’être déconnectée de la réalité économique et de s’éloigner ainsi de son statut de science sociale. Ces critiques récurrentes sur la forme se doublent d’un travers idéologique selon lequel la microéconomie ferait la part belle au marché comme unique régulateur des relations entre les agents économiques. L’Etat n’aurait qu’un rôle perturbateur face à un libéralisme autosuffisant pour allouer de façon optimale les ressources disponibles.

2Le présent ouvrage, écrit par deux professeurs de sciences économiques et sociales, enseignants en classe préparatoire B/L, a pour objectif affiché de réhabiliter la microéconomie autour de trois axes méthodologiques : le langage mathématique n’est pas indispensable pour comprendre les apports de la discipline, l’intervention des pouvoirs publics dans l’économie peut s’intégrer aux outils conceptuels de la microéconomie, enfin la confrontation de la théorie à la pratique apparaît non seulement possible mais aussi signifiante pour comprendre le fonctionnement réel des marchés.

3De fait, les auteurs développent ici les principaux outils relevant de l’analyse microéconomique en s’appuyant sur des graphiques classiques pour qui connaît un peu cette approche, accompagnés d’une narration explicitant les notions centrales mises en évidence et cela au fil du temps par plusieurs générations de chercheurs. S’il est possible et d’usage de faire remonter les prémisses de la microéconomie aux travaux fondateurs de l’école néoclassique autour en particulier des apports de Léon Walras à la fin du XIXe siècle, il est rappelé utilement les résultats ultérieurs de ce champ de recherche ainsi que leurs limites les plus évidentes. Cette mise à jour des connaissances en la matière constitue incontestablement un point fort de l’ouvrage. Dans cet esprit, une bibliographie détaillée présente à l’issue de chaque chapitre des sources récentes ou plus anciennes permettant au lecteur d’approfondir sa réflexion.

4En sept chapitres plutôt denses, l’approche notionnelle va être ainsi déclinée autour des principaux thèmes relevant traditionnellement de la microéconomie : le fonctionnement du marché concurrentiel, l’offre et la demande, le comportement des firmes, l’équilibre, les imperfections du marché, les biens collectifs, les externalités,… Pour chacun d’entre eux, les auteurs s’appuient sur un exemple spécifique en construisant un pont salutaire entre la théorie et la réalité, dépassant le plus souvent le simple fait stylisé. Des domaines aussi variés que le marché du logement, les biens culturels, le travail des jeunes, les entreprises agricoles, le secteur bancaire, la gestion de l’eau, la redistribution des revenus sont analysés à travers le prisme conceptuel de la microéconomie. De ce point de vue, il s’agit bien d’une microéconomie en pratique car des données statistiques sont mobilisées comme par exemple dans le dernier chapitre consacré à la modification de l’équilibre présentée ici à l’aulne de la redistribution des revenus ou dans celui traitant des oligopoles illustrés par le secteur bancaire (chapitre 4) ou encore dans la représentation du marché du travail des jeunes en France (chapitre 6).

5Les limites d’une lecture réduite à la seule perspective microéconomique ne sont pas négligées et une certaine distance critique se manifeste dans les cas les plus évidents. Difficile en effet de réduire par exemple le choix d’un consommateur à seulement deux produits ou de justifier son comportement uniquement en fonction d’une rationalité - même limitée - exclusivement guidée par un prix ou un budget. Dans cette logique, l’apport d’autres sciences sociales - comme la sociologie par exemple - aurait gagné à être mentionné de façon plus explicite afin de montrer à un public non averti la richesse cognitive d’une approche croisée, dépassant ainsi un cloisonnement disciplinaire parfois stérile. L’enseignement des sciences économiques et sociales dont relèvent les deux auteurs s’y prête d’ailleurs tout particulièrement.

6La tonalité générale de l’ouvrage apparaît cependant clairement pédagogique - on voit que nous avons affaire à des enseignants - et ce n’est pas la moindre des qualités pour aborder cette discipline. L’utilisation de représentations graphiques contribue efficacement à cet objectif en permettant de visualiser rapidement les principes exposés et d’en comprendre les mécanismes essentiels. De même, les nombreuses notions sont systématiquement définies en langage simple et de fait clairement compréhensibles pour un néophyte.

7A ce titre, le livre s’apparente à un manuel d’initiation, hautement recommandable à des étudiants découvrant les subtilités de la microéconomie, point de départ pour un débutant avant de plonger dans les délices du taux marginal de substitution ou du calcul du surplus du consommateur. Les nouvelles générations d’étudiants ont donc bien de la chance de pouvoir bénéficier de ce type d’ouvrage en savourant une approche moins hermétique de la microéconomie et non plus désormais strictement cantonnée à une froide formalisation mathématique justifiée par le dogme du toutes choses égales par ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Emmanuel Buisson-Fenet, Marion Navarro, La microéconomie en pratique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10234

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page