Navigation – Plan du site

Chérif Khaznadar (dir.), Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ?

Camille Dorignon
Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ?
Chérif Khaznadar (dir.), Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ?, Actes Sud, coll. « Babel », 2012, 464 p., ISBN : 978-2-330-01303-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  F.Choay, L'Allégorie du patrimoine, Seuil 1992

1Qu’est-ce que penser le patrimoine aujourd’hui ? Cette interrogation est peut-être plus à même de donner une idée du contenu de cet ouvrage que son titre en forme de boutade. Naguère cantonné aux monuments (historiques) et aux « merveilles du monde », le patrimoine « mémoire vivante » (T.Linck) est aujourd’hui une notion si élargie1 qu’elle ne se conçoit un peu mieux qu’accompagnée de qualificatifs (« immatériel », « mexicain », «industriel», « de l’humanité », etc.).

  • 2  voir notamment sur Lectures : http://lectures.revues.org/837 & http://lectures.revues.org/7325

2Devenu d’une ambiguïté redoutable (reconnaissance ? instrumentalisation ?) avec son corollaire, la « patrimonialisation », le patrimoine est toujours plus insaisissable bien que toujours plus étudié2. Utilisé comme synonyme d’héritage (le « patrimoine littéraire ») ou de façon militante (l’eau/la forêt/… un patrimoine menacé/confisqué ...) ce mot est devenu un fourre-tout gênant alors même que les questions qu’il soulève intéressent toutes les sciences sociales !

3Penser le patrimoine est ainsi la difficile problématique qui irrigue cette réception éditoriale de journées d’étude qui se sont tenues en avril 2012. Le colloque avait été organisé par la Commission nationale française pour l’UNESCO (avec la collaboration du Centre français du patrimoine culturel immatériel et la Maison des Cultures du Monde).

4« Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ? » : pour approcher un tel intitulé, deux journées d’interventions avaient été prévues, ce qui explique l’importance de cette somme de près de cinq cent pages, proposant une vingtaine de contributions. Pour tenter de synthétiser cet énorme corpus, aussi brillant que foisonnant, on peut, à l’instar de Jean-Louis Tornatore, se résoudre à utiliser cette formulation à la mode : « de quoi le patrimoine est-il le nom ? ».

5En effet, si le livre est particulièrement intéressant, c’est que non seulement il réunit des experts très divers, chercheurs et architectes, urbanistes et juristes, sociologues et anthropologues, mais que ce sont des experts qui ont en commun de s’interroger sur leurs démarches. Si, bien évidemment, tous proposent des éléments de réponse aux questions de la nature et du contenu conceptuel du « patrimoine », tous, dans le même temps ne cessent dans leurs travaux de s’interroger de façon réflexive : l’épistémologie qui irrigue le livre est ce qui fait son originalité, bien qu’elle n’en facilite pas la lecture.

6Les premières contributions, logiquement, tendent à retracer l’évolution du concept de patrimoine, à plus ou moins grands traits, certaines s’appuyant sur les grands instruments juridiques internationaux (traités, déclarations…), d’autres remontant à l’Antiquité (celle de Georges Houain, qui rappelle que le patrimoine est multiple, « qu’il est une invention en continuelle évolution ». Yvon Lamy développe quant à lui une analyse sémiotique avec l’idée que le patrimoine fonctionne en tant qu’« indice » et certains universitaires interrogent l’objectivité de la recherche (Emmanuel Amougou Mballa).

7Mais dès la contribution de Jean Davallon, le sujet principal du discours ce sont les opérations de patrimonialisation, ce qu’il appelle la « construction du lignage culturel ». Opérations qui peuvent être « ordinaires », c’est-à-dire en simplifiant être organisées par les populations elles-mêmes (Cyril Isnart). Cette construction patrimoniale, toutefois essentiellement institutionnelle (nationale ou internationale) est aussi, et c’est logique, essentiellement juridique. Noé Wagener propose dès lors une approche juridique de la protection du patrimoine qui se veut critique : il n’est pas certain de ce que l’inflation des textes implique concrètement une protection plus étendue et plus adéquate des objets visés par lesdits textes. Cela sera confirmé plus loin par le témoignage de l’archéologue Jean-Paul Demoule. Il faut dire que l’appréhension du patrimoine par l’État ou plus généralement par les personnes publiques n’a jamais été neutre idéologiquement.

8Certains des usages du patrimoine, notamment comme potentiel réservoir d’objets de protection par le Droit sont aujourd’hui très partisans : engagé dans la défense des droits culturels des personnes, Jean-Michel Lucas insiste sur ces dévoiements en prenant l’exemple du patrimoine culturel immatériel et de la Convention de 2003 qui lui est consacrée. Si le patrimoine est parfois imposé ou manipulé d’en haut, son instrumentalisation n’est pas réservée aux élites. Malheureusement, le patrimoine, spécialement mondial, atteint parfois un degré de politisation fatal. La destruction par les intégristes d’Ansar Dine des derniers mausolées de Tombouctou - dont certains sont classés par l’Unesco comme patrimoine mondial depuis 1988 - le montre. En effet, les décisions internationales concernant le Mali ont été suivies de tels ravages (été, octobre et décembre 2012). C’est pourquoi Anne Oullet souligne justement à propos du Mali que « le rassemblement autour de la valorisation de la culture est donc loin d’être automatique. Il amène souvent au contraire à une exacerbation d’identités construites contre l’autre ou en tout cas en concurrence avec l’autre » (p.453).

9Dans le même ordre d’idées, certains chercheurs comme Thierry Linck se penchent sur le passage du patrimoine comme lien social au patrimoine enjeu de pouvoir, notamment en faisant intervenir l’important facteur économique, qui joue de bien différentes manières.

  • 3  F. Benhamou, Économie du patrimoine culturel, La Découverte 2012, CR sur Lectures : http://lecture (...)
  • 4  Sur ce point, on consultera donc avec profit l’ouvrage qu’elle a récemment co-dirigé: Tourisme et (...)

10La vivacité d’une économie du patrimoine culturel3 n’est ainsi elle-même pas sans poser de questions sur les motivations de classement des États alors même que parfois les populations craignent la dépossession (Anne Oullet). La contribution de Maria Gravari-Barbas est sur ce sujet passionnante, insistant sur les relations réciproques entre tourisme et patrimoine4.

  • 5  http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00011&RL=00707

11Les questionnements demeureraient sans doute abstraits si les patrimoines en eux-mêmes n’étaient pas particulièrement au coeur même de certaines contributions (le paysage carioca pour Véronique Zamant, les patrimoines olfactifs de Joël Candau, l’habitat social pour Aurélie Hervouet, l’urbanité pour Michel Rautenberg). Le lecteur a également à sa disposition une intervention à propos d’une candidature pour la liste représentative du patrimoine immatériel de l’humanité (Jean-Michel Le Boulanger et le fest-noz breton) qui a récemment prospéré5.

12Une contribution des plus marquantes est celle de Michel Colardelle qui propose un texte consacré au patrimoine ultramarin. Dénonçant l’hypocrisie de la métropole à son propos, l’auteur nous montre qu’il « porte sa spécificité dans son adjectif, non significatif d’une unité culturelle mais du regard qui lui est porté à partir d’un lieu » (p.278).

13Le regard sur le patrimoine est sans nul doute un point clé pour le comprendre. Regard de l’autre, regard de l’institution, regard fantasmé de l’ancêtre et du descendant. Regard du chercheur aussi, sur son travail, sur celui de ses collègues, ceux qui l’ont précédé et ses contemporains.

Haut de page

Notes

1  F.Choay, L'Allégorie du patrimoine, Seuil 1992

2  voir notamment sur Lectures : http://lectures.revues.org/837 & http://lectures.revues.org/7325

3  F. Benhamou, Économie du patrimoine culturel, La Découverte 2012, CR sur Lectures : http://lectures.revues.org/8556

4  Sur ce point, on consultera donc avec profit l’ouvrage qu’elle a récemment co-dirigé: Tourisme et patrimoine mondial, Presses Universitaires de Laval, 2012

5  http://www.unesco.org/culture/ich/index.php?lg=fr&pg=00011&RL=00707

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Dorignon, « Chérif Khaznadar (dir.), Le patrimoine, oui, mais quel patrimoine ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 24 décembre 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10236

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page