Navigation – Plan du site

Strip Tease. Vous déshabille (Vol. 18)

Jérôme Thomas
Strip Tease
Strip Tease. Vous déshabille (Vol. 18), 2012.
Haut de page

Texte intégral

1Diffusée depuis plus de vingt ans à la télévision publique belge et française, l’émission Strip-Tease propose une anthologie de ses numéros les plus marquants sous forme de DVD. A partir de ce volume 18, il y aurait sans doute matière à évoquer à nouveau les incessants débats qui entourent cette célèbre émission. On connaît le principe de réalisation : proposer au spectateur, dans des formats plus ou moins courts, d’une dizaine de minutes à presque une heure, des documentaires sans aucun commentaire. Les films proposés portent la plupart du temps sur la vie quotidienne de personnes modestes (classes populaires, paysans) mais focalisent aussi leur attention sur des personnalités extravagantes. Les deux points de vue sont souvent combinés. L’absence de commentaires et un cadrage qui tente de faire disparaître la perception de la caméra, pour donner le sentiment d’une immersion totale dans le réel, désarçonnent bien souvent le spectateur qui s’interroge nécessairement sur l’intention et l’éthique du réalisateur. Tantôt, on a assimilé Strip-Tease à une téléréalité misérabiliste à destination d’un public bourgeois, tantôt on y a vu un travail de documentariste-ethnologue des classes populaires. Les documents proposés par les créateurs Marco Lamensch et Jean Libon ne sont sans doute ni l’un ni l’autre et se contentent simplement de mettre en pratique et d’illustrer le slogan de l’émission « Strip-Tease vous déshabille ».

2L’émission fonctionne en effet comme un leurre où, sous couvert de donner à voir prétendument sans médiation – car il y a tout de même le montage du documentaire – l’extravagance de certains sujets, elle oblige le téléspectateur à s’interroger sur ses propres modes de vie et bizarreries. Tout en dépeignant, quasiment de manière clinique, la singularité des sujets filmés (leurs idéologies qu’ils ne questionnent pas, les drôles de jouissances qui orientent leurs vies), Strip-Tease interroge le spectateur sur la forme et les modalités de son propre regard, c’est-à-dire à son tour sur une jouissance qui le concerne personnellement : quel plaisir ai-je à regarder ces documentaires, à quel effort de distanciation m’invitent-ils ? Les réalisateurs maintiennent en permanence cette ambiguïté entre voyeurisme, document qui se donne l’allure de l’objectivité et satire sociale subjective pour permettre au spectateur ce vertige du regard, de cette pulsion scopique, et de son statut impossible à stabiliser. Le regard convoqué n’est ni celui de l’ethnographe, bien qu’il y tienne un peu dans l’effort suggéré au spectateur de distanciation, de déterritorialisation, ni celui du simple spectateur de cinéma ou de théâtre, bien qu’il y tienne un peu grâce à l’entremêlement entre une forme de récit implicite (issu d’un montage habile) et une exposition des corps et des attitudes de sujets qui confinent à des personnages, à des caractères, tant leur singularité est manifeste.

3Le volume 18 de Strip-Tease se compose de cinq documentaires de longueur différente dont un, intitulé Madame La Juge, attire particulièrement l’attention. Alors qu’il se propose a priori de montrer l’extravagance d’une juge d’instruction belge, le documentaire dévoile l’humanité d’une justice qui punit, hésite à punir et tente de faire confiance aux discours de sujets délinquants. L’habileté du documentaire se situe précisément dans le fait qu’il semble inviter le spectateur à se moquer de cette juge, à l’accent caricatural, aux expressions atypiques, aux modes d’adresse dérangeants, en frustrant immédiatement cet élan moqueur. D’un coup, l’énonciation et le comportement étranges de la juge qui emportaient toute l’attention s’effacent devant son habileté discursive dans l’interrogatoire des prévenus. Ce qui était outrageusement visible devient anecdotique en comparaison de sa dextérité à incarner la justice, c’est-à-dire à faire s’articuler la rigueur et la contrainte de la loi avec la prise en compte des mobiles, et même des désirs, des délinquants en leur restituant à plein leur subjectivité. Deux séquences dans lesquelles sont filmés des interrogatoires sont percutantes de ce point de vue. On y voit notamment la juge en colère – énervement demi feint – devant un voleur à la tire récidiviste : alors que le prévenu active un discours convenu pour la justice, la juge l’incite implicitement à sortir de cette posture passive pour mieux subjectiver son discours, pour rendre compte de son acte dans le contexte d’une détresse personnelle, de désirs frustrés et de rêves inachevés.

4Strip-Tease incite dans ce documentaire, comme dans nombre d’autres, à une focalisation spécifique de l’attention par retournement d’un type d’attention prévisible (détournement de la pulsion voyeuriste et moqueuse en étonnement sur des situations de communication qui traversent le quotidien des institutions – justice pour le cas présent). En somme, quand Strip-Tease réussit son pari, on pourrait dire qu’il aiguise le regard en le déséquilibrant, ce qu’est loin de faire la téléréalité dont le principe est de capter le regard pour le fixer dans un seul type de jouissance, sans entame.

5Le documentaire intitulé Sorti du troupeau concerne l’itinéraire d’un jeune homme, berger, qui décide d’abandonner le sort de paysan auquel il est promis pour s’engager dans une carrière de mannequin. Le même procédé scénique par frustration et déplacement est à l’œuvre. Le réalisateur commence à mettre en parallèle les défilés de mode du jeune berger avec les défilés de moutons qu’il organisait auparavant. Le propos du documentaire semble viser une comparaison simpliste entre l’homme et l’animal qui ferait de l’homme du bétail, ou de l’homme et de l’animal un équivalent autour de leur valeur marchande. Interprétation trop simpliste puisque le réalisateur frustre encore une fois cette interprétation en déplaçant subitement le regard vers le visage en gros plan du jeune homme. Celui-ci se confie dans une détresse teintée de rêves de réussite, d’échecs, de misère sociale et de dérive narcissique. Le « tous pareil » du début s’inverse en un portrait hautement singulier.

6Qui s’y frotte s’y pique, autre documentaire du volume, traite de l’impossible rencontre entre un agent municipal souhaitant installer une digue de prévention des crues autour d’une rivière et les propriétaires – trois femmes décidées – d’un terrain où sera édifiée la digue. On s’amuse à constater les formes que prend le combat entre l’intérêt général et le droit individuel à la propriété. Mais, selon le procédé du décalage cher à Strip-Tease, le documentaire porte surtout sur les mouvements affectifs entre une des femmes propriétaire du terrain et l’agent municipal qui semblent se haïr mais qui obéissent, dans leurs interactions, à la subtile logique anthropologique du don et du contre-don.

7Ne m’appelez pas Madame Pipi s’intéresse à Marcelle, en charge du nettoyage de sanitaires publics. Elle se révolte contre ce signifiant qui assigne, « Madame Pipi », et qui pourrait la définir toute entière. Le réalisateur prend au sérieux cette révolte en voulant l’authentifier et en pistant la singularité de cette femme au-delà de sa fonction. Il suscite le témoignage de Marcelle à travers une sorte d’interview. Strip-Tease change donc ici un peu son procédé habituel : la focalisation est moins ambiguë, moins implicite que dans les autres documentaires et un commentaire existe à travers les questions, les relances. Incitée par son interlocuteur, Marcelle dresse une peinture de la société, observée depuis son guichet.

8Fumiers ! est le documentaire le plus long du DVD, d’une durée de 56 minutes. Il retrace un vif conflit de voisinage entre Chantal, une agricultrice âgée, et ses voisins, un couple de retraités qui ont, semble-t-il, eu une vie citadine avant de se retirer à la campagne. L’objet du litige est un tas de fumier que l’agricultrice stocke devant la porte de ses voisins furieux. Il est question de normes sanitaires et de limite de propriété. Commençant par des insultes et la mise en scène des argumentaires qui s’opposent, chacun étant marqués de mauvaise foi et de tournures savoureuses, le documentaire dirige peu à peu l’attention du spectateur vers la détresse de chacun des belligérants qui, chacun à leur tour, se demandent d’où peut surgir la haine de l’autre et la sienne propre. On comprend que le fumier –contenu manifeste de la relation de voisinage – cache une relation affective passée qui s’est peu à peu transformée en ravage – contenu latent de l’objet fumier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Thomas, « Strip Tease. Vous déshabille (Vol. 18) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 28 décembre 2012, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10239

Haut de page

Rédacteur

Jérôme Thomas

MCF en sciences de l’information et de la communication, IUT de Troyes, CEREP, URCA

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page