Navigation – Plan du site

Fabrice Fernandez, Emprises. Drogues, errance, prison : figures d'une expérience totale

Camille Lancelevée
Emprises
Fabrice Fernandez, Emprises. Drogues, errance, prison : figures d'une expérience totale, Larcier, coll. « Crimen », 2010, 374 p., EAN : 9782804438043.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les personnes ont été rencontrées dans des institutions (prison, hôpital), des centres de préventio (...)

1Fondé sur dix années de recherches empiriques, Emprises nous guide au travers des mondes de la toxicomanie, de la rue à l'hôpital en passant par la prison, les associations de prévention, les lieux de squats ou de deal. Cette recension ne saurait rendre compte des 108 histoires de vie 1, des multiples lieux, scènes et moments dépeints et analysés par l'auteur, elle présentera donc les éléments centraux de l'analyse et la force heuristique de cette monumentale entreprise de recherche. Cela donnera au lecteur, nous l'espérons, envie de connaître avec Franck, Ryiad, Sandra et toutes les personnes rencontrées par Fabrice Fernandez au cours de ses observations ethnographiques, la vie de ceux que l'on nomme les « usagers de drogue ».

  • 2 Notion proposée par Robert Castel (Castel, 1998. Les sorties de la toxicomanie. Types, trajectoires (...)

2L'ouvrage se propose d'étudier les formes d'emprise de la drogue par le prisme de l'« expérience totale » 2. Cette notion, mobilisée de façon idéale-typique, « renvoie à l'idée d'une ligne biographique qui (...) domine et parasite l'ensemble des engagements de la vie quotidienne pour organiser l'essentiel de l'existence autour d'un domaine d'activité, d'un objet, ici l'usage de drogues » (p.29). Loin de constituer le lot de tous les usagers de drogue, l'expérience totale constitue l'horizon des consommateurs de psychotropes, et le quotidien d'une bonne partie de ceux, particulièrement désaffiliés, qui peuplent les pages de l'ouvrage. Les quatre premiers chapitres permettent de se familiariser avec les histoires de vie de ces usagers de drogue. On y découvre des trajectoires souvent marquées par des ruptures familiales, scolaires et professionnelles, l'engrenage entre consommation de psychotropes, délinquance et prison (et inversement), le tournant que constituent les premières consommations de psychotropes et le passage pour certains à l'injection intraveineuse. Fabrice Fernandez propose une série de typologies aux contours souples pour rendre intelligibles les parcours de vie et les modes de consommation sans appauvrir la complexité du réel.

  • 3 Addiction à différents produits qui pousse vers des activités criminelles pour subvenir à la consom (...)

3Comme cette recherche nous le montre, l'usage de la drogue ne se résume ni à une socialisation déviante, ni à l'expression pathologique d'une souffrance. Il constitue un fait social, conditionné par des considérations socio-économiques (les polyconsommations économico-compulsives 3 étant par exemple plutôt l'apanage des plus désaffiliés), mais également caractérisé par des choix, des préférences, des goûts (le goût de la seringue notamment). Les trajectoires de ces personnes sont façonnées par l'histoire du traitement politique et médical de la drogue et inscrites dans une temporalité individuelle souvent en décalage avec les temporalités institutionnelles (le rythme de la défonce ne se calque pas sur les horaires d'ouverture des associations, la drogue provoque des distorsions du temps de la peine de prison, etc.)

4Trois chapitres explorent les continuités entre l'expérience de la rue et celle de la prison. Des formes d'ajustement se jouent entre le dedans et le dehors, qui conduisent les plus intégrés à maintenir une consommation auto-contrôlée, d'autres à utiliser la prison pour temporiser une consommation qui déraperait, quelques rares à bifurquer (c'est à dire à changer de vie), et les plus désaffiliés à s'enfoncer dans une polyconsommation effrénée tout autant que stigmatisée par l'institution. Les appels à la responsabilisation du juge et du travailleur social, les intrications entre logiques médicale et pénale entraînent une défiance généralisée qui pousse chacun à préserver un espace caché. Quels qu'en soient les tenants et les aboutissants, ces « activités clandestines n'en sont pas moins moralement éprouvantes et civiquement désastreuses, d'autant plus qu'elles perdurent bien souvent au sortir de prison (mensonge, manipulation, activités illicites) en compromettant toute forme de réinsertion.  » (p.233) La boucle est bouclée : errance et prison jouent de pair pour renforcer l'emprise de la drogue et modeler les figures positives (le rebelle, le survivant) ou négatives (le non-vivant, l'esclave) de l'expérience totale.

  • 4 C'est à dire fondée principalement sur la réalité empirique et partant de cette réalité pour constr (...)

5Emprises est, par sa forme autant que par son propos, un plaidoyer pour la grounded theory 4. Le lecteur s'enfonce au fil des pages dans l'épaisseur du social, passe de la rue à la prison, revient sur ses pas pour visiter l'hôpital, repasse par la case prison. La progression de l'ouvrage symbolise la façon dont la drogue exerce son emprise, progressivement, implacablement, avec des moments de rechute et de répit, de « flip » et de « délire ». Enraciné dans le réel, le chercheur se donne les moyens de tracer « un sillon sociologique » (p.30) divergeant des chemins balisés par le discours des institutions officielles. Le livre retrace avec justesse les difficultés méthodologiques et épistémologiques rencontrées par le chercheur pour se faire une place entre des usagers de drogue parfois suspicieux et interrogateurs face à la démarche sociologique et des arguments psychiatriques, sociaux ou pénaux saturant le discours public.

6La pluralité de ces pressions oblige l'auteur à interroger sans cesse la légitimité de son « entreprise sans filet » et lui permet de proposer un regard heuristique sur des territoires souvent délaissés par la sociologie : le chercheur s'efforce de s'affranchir du discours militant sur le risque en termes de santé pour comprendre le sens endogène pour les usagers de drogue des pratiques à risque, structurées plus fondamentalement par l'overdose et l'incarcération ; il s'émancipe de l'idée d'une culpabilité ou d'un « désir du malade d'aggraver son état » pour penser la honte du toxicomane, liée à un sentiment d'indignité dans certains contextes sociaux et face à des tiers honnisseurs ; il s'affranchit de préconceptions morales pour comprendre que la sortie de l'expérience totale ne commence pas toujours par une cure de désintoxication et que le « projet de réinsertion » exigé par l'univers carcéral peut être vécu comme une injonction intolérable, à laquelle la poursuite de l'expérience toxicomaniaque peut répondre comme un pied de nez ; il observe le rapport particulier, parfois fétichiste à la « shooteuse » - seringue - pour comprendre l'une des raisons de l'échec des produits de substitution non injectables, etc.

  • 5 « Les gens qu'étudient les sociologues ont souvent des difficultés à se reconnaître eux-mêmes ou à (...)

7Présent à différents moments et sur différentes scènes du phénomène qu'il étudie, le sociologue peut rassembler les pièces du puzzle et donner une image complète de l'expérience des toxicomanes désaffiliés. Fabrice Fernandez semble avoir pris à bras le corps l'incitation, formulée par Howard Becker, à s'inquiéter de l'exactitude du portrait que le sociologue fait de ses enquêtés 5. Le chercheur contribue ici à un champ sociologique clairsemé sur la désaffiliation « hors institution », qui implique des recherches longues et difficiles. Cet ouvrage ambitieux devrait être mis entre les mains de toutes celles et ceux qui oublient qu'à vouloir réduire le temps des recherches, on en réduit la portée intellectuelle et scientifique, mais également politique et pratique.

Haut de page

Notes

1 Les personnes ont été rencontrées dans des institutions (prison, hôpital), des centres de prévention ou dans la rue. L'échantillon constitué n'est donc pas représentatif de l'ensemble des usages de la drogue (l'usage récréatif auto-contrôlé est par exemple assez marginal dans l'ouvrage), mais plutôt de ses usages les plus extrêmes.

2 Notion proposée par Robert Castel (Castel, 1998. Les sorties de la toxicomanie. Types, trajectoires, tonalités. Fribourg, Editions Universitaires) et dérivée de celle d'institution totale d'Erving Goffman. (Goffman, 1968. Asiles. Etudes sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Ed. de Minuit)

3 Addiction à différents produits qui pousse vers des activités criminelles pour subvenir à la consommation.

4 C'est à dire fondée principalement sur la réalité empirique et partant de cette réalité pour construire une « théorie enracinée ».

5 « Les gens qu'étudient les sociologues ont souvent des difficultés à se reconnaître eux-mêmes ou à retrouver leurs activités dans les comptes rendus des recherches sociologiques qui leur sont consacrés. Nous devrions nous en inquiéter davantage que nous ne le faisons » (p.215, postface de l'édition française d'Outsider, Paris, Métaillé, 1985).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Lancelevée, « Fabrice Fernandez, Emprises. Drogues, errance, prison : figures d'une expérience totale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 14 mai 2010, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1024

Haut de page

Rédacteur

Camille Lancelevée

 

Docteure en sociologie à l’EHESS, et actuellement chargée de recherche au ministère de la Justice (direction de l’administration pénitentiaire). Son travail porte sur la santé mentale en milieu carcéral, à la croisée d’une sociologie des institutions et des inégalités sociales de santé.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page