Navigation – Plan du site

Florent Kohler (dir.), « Sociabilités animales », Études rurales, n° 189, janvier-juin 2012

Nadia Veyrié
Sociabilités animales
« Sociabilités animales », Etudes rurales, n° 189, 2012, EHESS, ISBN : 978-2-7132-2326-6.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce numéro, la revue Études rurales, éditée par l’École des hautes études en sciences sociales, propose des éléments de réflexion sur les liens entre les animaux et les sociétés humaines. En effet, peut-on évoquer des sociabilités animales ? Peut-on les penser ? Dans un texte introductif, Florent Kohler, coordinateur du numéro et maître de conférences en anthropologie à l’Université de Tours, rappelle que l’animal est perçu soit dans sa fonction utilitaire, soit comme un être moral voire sacré. Ces deux positionnements, tout en s’opposant, révèlent un point commun : l’animal est placé à l’écart de l’humanité (p. 12). Il est fondamental de le penser autrement. L’objectif du numéro est alors de réintégrer l’animal vivant dans la pensée et de comprendre les approches et méthodologies disciplinaires (éthologie, histoire, ethnologie, sociologie, géographie et autres) qui couvrent ce champ de recherche, qu’elles s’opposent ou s’articulent.

2Le numéro s’ouvre par un entretien avec Sergio Dalla Bernardina, professeur d’ethnologie à l’Université de Bretagne Occidentale (réalisé par Florent Kohler). Force est de constater que cet entretien, qui confronte deux générations de chercheurs en anthropologie et en ethnologie sur l’animal, évince les propos consensuels. Ainsi, Dalla Bernardina  s’interroge sur le statut de la philosophie et de l’éthologie dans l’étude des animaux. Plus précisément, c’est l’éthologie qui est visée. En effet, scrutant les comportements des animaux, la discipline en oublierait l’importance des représentations collectives humaines. Dans le débat sur l’animal, les apports et la démarche de l’ethnologie et, de manière générale, des sciences humaines, sont alors laissés de côté. Or, ces représentations, décrites dans les travaux ethnologiques, doivent être étudiées.

3Éric Baratay, professeur d’histoire contemporaine à l’Université Jean Moulin-Lyon 3, met en évidence dans sa contribution que l’histoire liée aux animaux s’est focalisée sur une utilisation des bêtes par les hommes. L’étude des animaux – qui permettrait la compréhension des hommes – est insuffisante. En effet, « il faut aller plus loin dans ces dialectiques, et, surtout, il faut lier les représentations et les gestes des hommes aux actions des animaux » en tant qu’êtres vivants (p. 93). La réduction de l’animal à une machine ou à un objet est alors dépassée. Dans cette perspective, l’auteur évoque le ressassement de la philosophie européenne continentale et française qui, tout en interrogeant la possibilité de l’animal comme sujet, conduit finalement à « un discours de domination comme outil d’investigation » pour « conclure […] qu’il n’y a pas de sujet chez les animaux » (p. 98). L’auteur montre habilement la nécessité de penser l’animal comme sujet en « maniant un utile anthropomorphisme de questionnement, qui ne doit pas se prolonger en anthropomorphisme de conclusion, […] de ne pas conclure la recherche en l’entamant » (p. 98). Il est important de ne pas débusquer de manière hâtive un certain anthropomorphisme sans l’analyser et sans en comprendre ses fondements. Pour cela, l’auteur s’attache à un travail entre les disciplines, au-delà des courants.

4Le point de vue des éthologues est aussi interrogé dans ce numéro. Ainsi, Dalila Bovet, maître de conférences à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, évoque une éventuelle morale animale au travers de la sympathie, des normes sociales, de la réciprocité et de la bonne entente, et avance que la méthode employée dans l’étude du comportement de l’animal par l’éthologue révèle aussi la posture du chercheur. En effet, qu’apprend-on du chercheur qui met en situation et observe la souffrance de l’animal (pp. 61-62) ? Cette réflexion nécessiterait un réel approfondissement de la compréhension de la subjectivité, présente dans toute situation d’observation, ainsi que du transfert et du contre-transfert mis en évidence par la psychanalyse et l’ethnopsychanalyse. Florent Kohler, à ce sujet, démontre que dans la situation d’observation, l’intuition est fondamentale : « Par là nous voulons souligner qu’il existe, dans l’observation d’une société aussi bien humaine que non humaine, un temps proprement perceptif, où le sens des scènes, et des faits et gestes, est appréhendé de manière intuitive » (p. 158). L’empathie de celui qui observe est fondamentale pour comprendre les situations et  les animaux.

  • 1  Cf. Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, (...)

5Notons que les sociabilités animales sont étudiées au travers de la souffrance animale et de la souffrance humaine. Ainsi, avec la barbarie nazie, certains hommes n’ont-il pas été considérés comme, ou en-dessous des animaux ? Toute situation d’exploitation de l’animal est-elle aujourd’hui empreinte de cette barbarie ? Cette réflexion reste toujours ouverte et, à ce sujet, nous faisons appel aux travaux fondateurs d’Élisabeth de Fontenay1. Dans ce numéro, Sergio Dalla Bernardina affirme son positionnement. Défendre la cause animale ne doit pas impliquer que  les « formes traditionnelles de traitement des animaux » soient « des manifestations de barbarie » (p. 37) Il en est de même pour la comparaison entre les pratiques nazies et les professionnels qui sont aujourd’hui en contact avec la mort des animaux.

6La contribution de Jocelyne Porcher, sociologue, chargée de recherche à l’INRA de Montpellier et d’Élisabeth Lécrivain, éthologue, chargée de recherche à l’INRA d’Avignon, complète habilement cette réflexion. En effet, les auteurs démontrent que les hommes travaillent avec l’animal, qui ne peut alors être réduit à un instrument. Il est un être vivant qui est partenaire des actions quotidiennes des hommes. De la sorte, il convient de bousculer la sociologie du travail en y intégrant l’animal : « Comprendre la place des animaux dans le travail, c’est aussi ouvrir des pistes pour mieux comprendre pourquoi nous vivons avec eux plutôt que sans eux » (p. 121). Cette démarche, ambitieuse, est argumentée avec une grande pertinence. Ainsi, les auteurs soulignent les modifications du travail liées à la technique et à la productivité. Prenant l’exemple du berger et de son chien, « au regard des objectifs de productivité, le travail de garde des moutons est vite apparu à l’encadrement agricole comme du temps improductif » (p. 123). Les auteurs expliquent également l’importance de comprendre les représentations subjectives des animaux, ainsi que leur résistance au travail qui témoigne de « leur implication dans le travail ». Lorsque les animaux adoptent un comportement refusant la technique et les espaces réduits, les hommes comprennent qu’ils sont coupés de l’animal et de la nature. Les animaux sont alors les analyseurs du fonctionnement humain. Porcher et Lécrivain proposent d’envisager la compréhension d’un collectif de travail entre, par exemple, le berger, la brebis et le chien. Dans les arguments invoqués par des bergers et des dresseurs de chiens, interrogés dans le cadre d’une enquête, apparaît la passion du chien à travailler auprès des brebis : « Elle n’est pas acquise : elle relève, selon les bergers, de l’inné, de l’instinct ou des gènes. Le chien a la passion ou pas. Et c’est le chien passionné que le berger choisit de préférence comme compagnon » (p. 129). Quant aux brebis, certaines arrivent à se constituer un statut à part parce qu’elles se placent « à l’interface entre le berger et le troupeau » (p. 131) ou parce qu’elles ont un caractère plus frondeur que les autres.

  • 2  Jocelyne Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 20 (...)

7La lecture de cet article peut être approfondie par celle de l’ouvrage de Jocelyne Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle2, qui témoigne d’une recherche audacieuse. Car, même si on ne partage pas tout à fait l’idée que l’animal est un partenaire, du fait de sa domination par l’homme, on reconnaîtra que le quotidien du travail avec l’animal forme une entité avec l’homme.

  • 3  Par exemple Élisabeth de Fontenay, Florence Burgat, Vinciane Despret et Dominique Lestel.

8Ce numéro embrasse des sociabilités animales, mais il défend plus exactement la nécessité de confronter les savoirs et les démarches des chercheurs. Serait-ce en vue de comprendre mieux les sociabilités humaines ? En revanche, il est  bien surprenant que les philosophes3 n’aient pas été convoqués afin d’enrichir la réflexion.

Haut de page

Notes

1  Cf. Élisabeth de Fontenay, Le Silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité, Paris, Fayard, 1998.

2  Jocelyne Porcher, Vivre avec les animaux. Une utopie pour le XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2011.

3  Par exemple Élisabeth de Fontenay, Florence Burgat, Vinciane Despret et Dominique Lestel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Veyrié, « Florent Kohler (dir.), « Sociabilités animales », Études rurales, n° 189, janvier-juin 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 janvier 2013, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10257

Haut de page

Rédacteur

Nadia Veyrié

Docteur en sociologie de l'Université Paul Valéry-Montpellier III, chargée d'enseignement aux Universités de Caen et de Montpellier I, membre du Centre de recherches et d'études sur les risques et les vulnérabilités (CERReV).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page