Navigation – Plan du site

Sophie Boutillier, Sylvain Allemand, Economie sociale et solidaire. Nouvelles trajectoires d'innovations

Diane Rodet
Economie sociale et solidaire
Sophie Boutillier, Sylvain Allemand (dir.), Economie sociale et solidaire. Nouvelles trajectoires d'innovations, L'Harmattan, coll. « Marché et organisations », 2010, 236 p., EAN : 9782296114265.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le prochain colloque de l'ADDES (Association pour le développement de la documentation sur l'économ (...)

1Quelles sont les innovations sociales émergeant du développement de l'économie sociale et solidaire (ESS) depuis une vingtaine d'années ? Quels sont les liens possibles entre ce secteur et la notion de « développement durable » élaborée parallèlement ? Que dire de la démocratie participative locale ou encore de l'entrepreneuriat social ? Autant de questions auxquelles s'attaque le dernier numéro de Marché et Organisations, Cahiers d'Economie et de Gestion de la Côte d'Opale, intitulé « Economie sociale et solidaire, nouvelles trajectoires d'innovations ». Le projet est donc ambitieux et rejoint un questionnement très actuel sur la définition des frontières de ce qu'on appelle parfois un peu rapidement « économie sociale et solidaire » 1. La réalisation ne semble cependant pas tout à fait à la hauteur du projet. On peut en effet regretter le manque de cohérence de ce numéro dont le format « livre » ne doit pas cacher qu'il relève bien plus de la revue que de l'ouvrage collectif. Les différentes contributions sont de qualité très inégale et traitent chacune de leur sujet indépendamment les unes des autres. Le lecteur devra donc se contenter de consulter chaque chapitre pour lui-même.

  • 2 Professeur en sciences économiques à l'université de Poitiers
  • 3 Maître de conférences en économie à l'université de Poitiers
  • 4 Chargé de recherches CNRS-Université Bordeaux 3

2On pourra ainsi lire avec intérêt la contribution de Bernard Guesnier 2 apportant des éléments pour une analyse quantitative du poids et de la place des activités de l'ESS par secteur économique et par territoire. L'auteur s'appuie sur les données du répertoire SIRENE et de la source DADS (Déclaration Annuelle -Automatisée- des Données Sociales). Après avoir donné quelques indications rapides quant aux secteurs dans lesquels sont présentes les coopératives et mutuelles, l'auteur choisi de se concentrer sur le rôle important des associations dans le secteur tertiaire. La place occupée par ces structures est très différente selon les domaines considérés ; on note par exemple que 99 ,1% des établissements sont des associations dans le domaine culture-éducation-loisirs, ce qui n'est le cas que de 54,4% des établissements dans la formation-recherche. L'auteur s'intéresse également aux rémunérations : les associations sont par exemple à l'origine de 93% des rémunérations versées dans le secteur accueil enfants-adultes bien qu'elles ne représentent que 39% de ses établissements. On constate une présence bien moindre des associations dans le secteur hospitalier (12% des établissements) où les collectivités publiques sont très présentes (72% des établissements). Les répartitions par secteur varient en outre largement selon les régions. Au terme du panorama dressé l'auteur plaide pour une mesure plus systématique de la place de l'ESS par rapport aux deux autres secteurs, notamment à partir des données produites par les observatoires régionaux. Les deux contributions suivantes traitent des liens possibles entre l'ESS et deux notions en vogue : celle de développement durable d'une part, celle de démocratie participative locale d'autre part. Pour Anne-Marie Cretieneau 3, le développement durable est une opportunité « évidente » à saisir pour l'ESS. Abourahmane Ndiaye 4 se penche sur la difficile mise en place de la démocratie participative sur le territoire du PLIE (Plan pour l'insertion et pour l'emploi) des Graves, près de Bordeaux.

  • 5 Journaliste et écrivain

3Plusieurs contributions se penchent ensuite sur la figure de l'entrepreneur social. Coordinateur de ce numéro aux côtés de Sophie Boutiller, Sylvain Allemand 5 s'intéresse à la diffusion de ce statut. L'auteur s'interroge sur les réticences auxquelles se heurte le terme en France et propose quelques explications. D'origine anglo-saxone et introduite en France dans les années 2000, la notion d'entrepreneur social met en avant des valeurs individualistes tranchant avec le caractère collectif traditionnel de l'économie sociale. Elle se diffuse par le biais d'acteurs qui ne sont pas toujours issus de ce secteur tels que les fondations et surtout les écoles de commerce mettant en place des chaires d' « entrepreneuriat social ». Première en son genre en 2002, celle de l'ESSEC a pour sous-titre « l'initiative privée au service de l'intérêt collectif »...Cette notion est d'autant plus problématique pour la définition de l'ESS que tous les entrepreneurs sociaux n'optent pas pour un statut de l'économie sociale ; certains créent des sociétés de capitaux classiques. A l'inverse, souligne l'auteur, tous les fondateurs d'association de mutuelle ou de coopérative n'ont pas « l'âme d'un entrepreneur ». L'article relève par ailleurs un malentendu lié à la traduction du terme « social » en français. Celui-ci désigne en anglais des enjeux « aussi bien sociaux qu'économiques et environnementaux ». La traduction par le qualificatif « sociétal » semblerait ainsi plus correcte et permettrait d'englober les démarches de RSE (responsabilité sociale de l'entreprise) de grandes entreprises cotées en bourse. Pour expliquer malgré tout la diffusion du terme d'entrepreneur social l'auteur souligne l'influence de « passerelles institutionnelles ». Il compte parmi celles-ci des personnalités politiques comme Hugues Sibille, ancien délégué interministériel à la Diises (Délégation interministérielle à l'Innovation sociale et à l'Economie Sociale), mais également des institutions comme l'Avise (Agence de valorisation des initiatives socio-économiques) ou la Caisse des Dépôts ; cette dernière ayant soutenu dès le départ (entre autres partenaires) la chaire de l'ESSEC. En conclusion l'auteur souligne que l'introduction de la notion d'entrepreneuriat social pose un certain nombre de questions à l'ESS : elle met l'accent sur l'efficacité économique, la démarche professionnelle de ses activités et ses capacités d'innovation mais interroge également (et peut-être surtout) sur ce qui différencie ce secteur des grandes entreprises adoptant des démarches de RSE.

  • 6 Maître de conférence en économie à l'Université du Littoral Côte d'Opale
  • 7 Maître de conférence en économique à l'Université de Poitiers
  • 8 Professeur associé en économie à l'Université de Poitiers

4La réflexion sur la définition de l'entrepreneur social est prolongée par Sophie Boutiller 6 . Celle-ci revient tout d'abord sur la théorie économique de l'entrepreneur avant de se demander si l'entrepreneur social ne serait pas au final un entrepreneur paternaliste proche d'entrepreneurs tels que les frères Michelin, A. Citroën ou encore J.-B. A. Godin. L'auteur rappelle ensuite différentes définitions de l'entrepreneur social, certaines mettant l'accent sur la finalité sociale de l'activité, d'autres sur la manière particulière de procéder. Les entrepreneurs sociaux sont étudiés du point de vue de leur profil et de leurs motivations par Gilles Caire 7 et Christian Lemaignan 8. Issus des classes moyennes ces entrepreneurs d'un type particulier cherchent à concilier idéal et moyen d'existence. L'ESS apparaît ainsi comme une opportunité pour des personnes subissant les conséquences de la crise économique ou les dysfonctionnements d'un monde du travail source de souffrance.

  • 9 Maître de conférence en information et communication à l'université d'Angers
  • 10 Ingénieur de recherche en sociologie à l'Ecole supérieur d'agriculture et au laboratoire de Recherc (...)
  • 11 Professeur associé à NEGOCIA et chercheur associé à l'Institut national de la Recherche agronomique

5Les dernières contributions sont enfin consacrées à trois initiatives très différentes relevant de l'économie sociale. La première concerne la démarche agro-environnementale de l'association « L'éleveur et l'oiseau » mise en place dans la région d'Angers. Valérie Billaudeau 9 et Bertille Thareau 10 soulignent l'originalité de ce projet réunissant éleveurs et environnementalistes et bénéficiant d'une notoriété surprenante en dépit de son activité limitée. Lionel Bobot 11 décrit quant à lui la trajectoire de la coopérative Yoplait choisissant la franchise comme mode de diffusion à l'international. Philippe Naszalyi retrace enfin le parcours de F.-G. Raiffeisen et de H. Schultze, à l'origine des projets dont sont issus respectivement le Crédit Mutuel et les Banques Populaires.

6La lecture de ce nouveau numéro de Marché et Organisations offre donc un panorama contrasté d'initiatives et de réflexions sur l'économie sociale et solidaire. On s'y intéressera particulièrement pour les pistes esquissées en termes d'analyse quantitative des activités de l'ESS et pour la réflexion menée autour de la notion d'entrepreneur social.

Haut de page

Notes

1 Le prochain colloque de l'ADDES (Association pour le développement de la documentation sur l'économie sociale) a par exemple pour thème les « Nouvelles frontières de l'économie sociale ». De même, le récent rapport du député Francis Vercamer traite des contours de l'économie sociale et de la mise en place de deux labels qui assureraient à ce secteur une meilleure visibilité

2 Professeur en sciences économiques à l'université de Poitiers

3 Maître de conférences en économie à l'université de Poitiers

4 Chargé de recherches CNRS-Université Bordeaux 3

5 Journaliste et écrivain

6 Maître de conférence en économie à l'Université du Littoral Côte d'Opale

7 Maître de conférence en économique à l'Université de Poitiers

8 Professeur associé en économie à l'Université de Poitiers

9 Maître de conférence en information et communication à l'université d'Angers

10 Ingénieur de recherche en sociologie à l'Ecole supérieur d'agriculture et au laboratoire de Recherche et d'études en Sciences sociales d'Angers

11 Professeur associé à NEGOCIA et chercheur associé à l'Institut national de la Recherche agronomique

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Rodet, « Sophie Boutillier, Sylvain Allemand, Economie sociale et solidaire. Nouvelles trajectoires d'innovations », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 25 mai 2010, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1027

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page