Navigation – Plan du site

Paul Gilroy, L'Atlantique noir. Modernité et double conscience

Igor Martinache
L'Atlantique noir
Paul Gilroy, L'Atlantique noir. Modernité et double conscience, Éditions Amsterdam, coll. « Atlantique noir », 2010, 333 p., EAN : 9782354800338.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce courant et ses dérives, voir Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studi (...)
  • 2 Londres, Hutchinson, 1987
  • 3 Dont on pourra noter au passage la qualité. Elle a été réalisée par Charlotte Nordmann, auteure not (...)

1Qu'on se le dise, les Cultural Studies sont encore bien vivantes ! Certains observateurs avaient en effet noté que ce courant de recherche transdisciplinaire, né dans les années 1960 autour de Richard Hoggart -et du Centre for Contemporary Cultural Studies que ce dernier a fondé à l'Université de Birmingham-, avait pu,  après des premiers travaux essentiels, emprunter des directions aussi « impressionnistes » que dépourvues d'ancrage empirique 1. Titulaire de la chaire « Anthony Giddens » (sic) de théorie sociale à la London School of Economics, Paul Gilroy est cependant un « digne héritier » des pionniers de cette exploration de l'inconscient culturel de notre civilisation « occidentale » contemporaine. Après There Ain't No Black in the Union Jack 2, l'Atlantique noire -initialement publié en 1993- est sans doute son ouvrage le plus important. L'initiative des éditions Amsterdam de le proposer aujourd'hui dans une traduction français 3 est aussi logique qu'opportune. Car les perspectives que Gilroy (ré)ouvre dans cet essai revêtent une portée on ne peut plus éclairante dans les débats politiques actuels, où fleurissent les entreprises de tous bords visant à durcir les « identités ». Contre ces obsessions de la pureté « raciale » qui peuvent être cultivés tant par les « dominés » que les « dominants », Paul Gilroy propose donc en guise d'antidote un « essai sur l'hybridité et le brassage inévitable des idées » (p.12), et ce faisant, loin de prétendre épuiser le sujet, entend ouvrir différentes pistes de réflexion et de recherche en repartant de celles déjà développées par différents auteurs constitutifs de cette « Atlantique noire » qui forme la trame de son propos.

  • 4 Tout en laissant explicitement de côté d'autres auteurs militants majeurs de l'Atlantique noir, com (...)
  • 5 Qui ont pu prendre des formes de mysoginie ouvertes et violentes, y compris au sein des organisatio (...)

2C'est donc ce projet indissociablement intellectuel et politique que Paul Gilroy développe tout au long de son essai, en s'appuyant pour ce faire sur une série d'auteurs qui en ont posé les bases, sans pour autant que cette dimension de leurs œuvres respectives n'ait toujours été reconnue comme telle. Il analyse ainsi successivement et de manière approfondie les écrits -mais aussi les trajectoires biographiques dont ces derniers sont étroitement dépendants- d'auteurs comme Martin Robinson Delany, Frederick Douglass, W.E.B. Du Bois et Richard Wright, insuffisamment connus de ce côté-ci de l'Atlantique - et compris de l'autre 4. Il montre combien leurs rapports ambivalents à la société états-unienne et plus largement à la philosophie occidentale, a pu être constitutif de leurs propres perspectives, tant dans leurs essais que leurs oeuvres romanesques. Tous ont par exemple entamé un dialogue plus ou moins explicite, et dans différentes directions avec la dialectique du maître et de l'esclave d'Hegel - qui était d'après Cornel West le philosophe préféré de Martin Luther King- comme fondement de la modernité. Paul Gilroy examine également les tensions entre l'émancipation des Noirs et celle des femmes telle qu'envisagée par ces auteurs, à l'instar des « frottements » qui ont pu - et peuvent encore exister- entre mouvements ouvrier et féministe 5.

  • 6 Gilroy s'inscrit ici dans la perspective d'un Michel de Certeau qui remet en cause l'acception pass (...)

3Il consacre également de longs développements - dont un chapitre entier - à la musique, qui joue un rôle « central et même fondateur » dans l'expérience sociale et l'expression culturelle noires, et dont les formes révèlent en elles-mêmes les processus d'hybridation que Paul Gilroy s'emploie à mettre en évidence. Les Jubilee Singers, Wynton Marsalis, Spike Lee ou Quincy Jones complètent ainsi la galerie de portraits culturels dressée par l'auteur, y compris, dans le cas de Marsalis ou Lee, tenants d'un protectionnisme culturel noir, pour montrer l'ambivalence profonde de ce dernier, qui pour se défendre contre le racisme symétrique, a en fait « emprunté au discours de l'oppresseur son goût du semblable et de la symétrie » (p.145). C'est ainsi qu'à leur corps défendant, « le romantisme et le nationalisme culturel européens ont directement contribué au développement du nationalisme noir moderne » (Ibid.). A l'opposé, le jazz d'un Miles Davies, la soul music ou certaines formes de rap sont au contraire révélatrices de la puissance créatrice du métissage, et la remise en cause en actes de tout essentialisme qu'ils constituent. Il ne faudrait cependant pas selon l'auteur tomber dans l'écueil inverse d'une déconstruction superficielle de la blackness qui ignorerait En fin de compte, selon Paul Gilroy, en dépit des contradictions nées de sa commercialisation 6 « la musique est d'une importance particulière pour briser l'inertie résultant d'une opposition binaire entre un essentialisme nationaliste effarouché et un pluralisme sceptique et licencieux qui interdisent purement et simplement de penser le monde impur de la politique » (p.151).

  • 7 On saluera en passant l'emploi répété par Paul Gilroy de cet adjectif, trop peu utilisé par ailleur (...)
  • 8 Comme y invite par exemple l'écrivain martiniquais Edouard Glissant dans son oeuvre autour du conce (...)

4Dans ce parcours sur lequel sont encore croisées de nombreuses figures, telles que celles de la romancière et universitaire Toni Morrison, lauréate du prix Nobel de littérature en 1993, et auteure notamment de Beloved, ou encore celle du « roi de la Pop » récemment disparu Michael Jackson, Paul Gilroy se livre également à une réflexion conceptuelle très utile. Pointant le flou de nombreuses expressions au cœur des mouvements sociaux qui nous intéressent - à commencer par celles de « culture » de l' « identité noire » et propose un certain nombre de clarifications et de définitions. A la fermeture que suggère implicitement l'idée de tradition, il invite par exemple à l'envisager comme un « Même changeant », « s'efforçant sans cesse d'atteindre un état d'auto-réalisation qui sans cesse lui échappe » (p.178), comme le reflète les trois grands moments - plus entremêlés que successifs- de l'histoire de la diaspora noire : les luttes contre l'esclavage dans le Nouveau Monde, celles des populations noires « libres » des pays industrialisés pour l'obtention d'un statut juridique et humain égal à celui des bourgeois blancs, et enfin la recherche d'un espace autonome « pour que la communauté noire se développe à son propre rythme et selon son orientation propre ». Il note également le rôle fondateur du « Passage du Milieu » sur les diverses utopies de retour rédempteur à la patrie africaine et la circulation d'idées et leurs différents supports, humains ou matériels. La métaphore du navire lui apparaît ainsi essentielle pour traduire la condition de cette diaspora au sein du monde « surdéveloppé » 7, en ce qu'il constitue un « système micro-culturel et micro-politique vivant et en mouvement ». Cette culture « noire » plurielle et mouvante est en somme animée par une tension entre enracinement et cheminement (rendue plus joliment en anglais par « roots and routes »). Et en en explorant certaines dimensions, Paul Gilroy invite de manière convaincante à renvoyer dos-à-dos les différentes formes d'absolutismes culturels, de quelque phénotype qu'ils soient, et leurs implications politiques, nées de la « rencontre fatale du concept de nationalité avec celui de culture » (p.16). Montrant également que, contrairement aux malentendus que révèlent les critiques qui ont reçu ses différents ouvrages, Richard Wright avait subtilement pointé la place aussi centrale qu'ambiguë de la violence au cœur des populations dominées qu'il rapprochait au-delà du seul cas noir, Paul Gilroy s'interroge également sur les difficultés persistantes des différentes « minorités » à ouvrir le dialogue, à commencer par les Noirs et les Juifs, dont les trajectoires collectives, la condition diasporique et les aspirations sont pourtant étonnamment proches, ainsi que l'avait déjà bien pointé au milieu du XIXe siècle Edward Wilmot Blyden. Si par son essai, Paul Gilroy s'efforce, non sans succès, de montrer la nécessité d'articuler l'étude des phénomènes liés au racisme et aux cultures politiques - noire en premier lieu- autour des notions de mutation, d'hybridité et de brassage 8, on pourrait cependant remarquer pour finir que son ouvrage ne se cantonne pas à cette question : c'est bien le projet même de la modernité - et la logique capitaliste qui en constitue le moteur - dont il vient enrichir la critique. Et parce que l'histoire de l'Atlantique révèle au premier chef l'interdépendance des différentes « identités » qui le constituent, il serait profondément erroné de cantonner sa lecture aux « ghettos » des postcolonial ou des racial studies.

Haut de page

Notes

1 Sur ce courant et ses dérives, voir Armand Mattelart et Erik Neveu, Introduction aux Cultural Studies (Paris, La Découverte, 2003)

2 Londres, Hutchinson, 1987

3 Dont on pourra noter au passage la qualité. Elle a été réalisée par Charlotte Nordmann, auteure notamment du stimulant Bourdieu/Rancière. La politique entre sociologie et philosophie (Paris, éd.Amterdam, 2007)

4 Tout en laissant explicitement de côté d'autres auteurs militants majeurs de l'Atlantique noir, comme Frantz Fanon ou C.L.R.James

5 Qui ont pu prendre des formes de mysoginie ouvertes et violentes, y compris au sein des organisations "gauchistes". Ecouter par exemple le documentaire audio "Les filles de la GP [Gauche prolétarienne]", diffusé dans la très bonne émission de France Culture, La fabrique de l'histoire le 26 mai 2010

6 Gilroy s'inscrit ici dans la perspective d'un Michel de Certeau qui remet en cause l'acception passive de la consommation, en reprenant notamment l'idée que « les tactiques de la consommation, ingéniosités du faible pour tirer parti du fort, débouchent donc sur une politisation des pratiques quotidiennes » (Michel de Certeau, L'invention du quotidien. I.Arts de faire, Paris, Gallimard, 1990, p.XLIV)

7 On saluera en passant l'emploi répété par Paul Gilroy de cet adjectif, trop peu utilisé par ailleurs, et qui renverse la focale habituelle vers l'excès plutôt que le manque en termes de « richesses »

8 Comme y invite par exemple l'écrivain martiniquais Edouard Glissant dans son oeuvre autour du concept de "créolisation", et auquel Paul Gilroy rend du reste (brièvement) hommage ici

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Paul Gilroy, L'Atlantique noir. Modernité et double conscience », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 30 mai 2010, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1030

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page