Navigation – Plan du site

Wang Bing, Le fossé et Fengming. Chronique d'une femme chinoise

Patrick Cotelette
"Le fossé" et "Fengming. Chronique d'une femme chinoise"
Wang Bing, "Le fossé" et "Fengming. Chronique d'une femme chinoise", Éditions Capricci, 2012.
Haut de page

Texte intégral

1À l’instar de ses compatriotes de la « sixième génération » des cinéastes chinois, comme Jia Zhangke (The World, Still Life, 24 City) ou Wang Xiaoshuai (Beijing Bicycle, Shanghai Dreams), Wang Bing (A l’Ouest des Rails, Three Sisters) propose dans ses films une image de la Chine plus proche du réel que de la figure idéalisée qui en a pu être donnée par les reconstitutions historiques ou les propagandes maoïstes. À tel point que de nombreux films de la « sixième génération » ont été partiellement censurés en Chine, pour mieux reparaître dans les festivals internationaux. Dans le cas du documentaire Fengming, chronique d’une femme chinoise (présenté à Cannes en 2012) et du film de fiction Le Fossé (Lion d’Or du Festival de Venise en 2010), cette censure découle de la période historique abordée et des événements relatés : Wang Bing revient en effet sur ce moment occulté par la Révolution Culturelle de 1966 que fut la « campagne anti-droitière » initiée en 1956 et reprise en 1957, ainsi que la généralisation des « camps de rééducation par le travail », notamment dans le désert de Gobi. Les deux films sont à ce titre, complémentaires : tandis que Fengming constitue un témoignage large sur ce que fut la « campagne anti-droitière » au quotidien et ses conséquences à long terme, Le Fossé présente par le biais de la fiction et de manière concentrée les trois derniers mois de fonctionnement des « camps de rééducation par le travail » en 1960.

  • 1  Entre d’un côté, Liu Shaoqui, partisan d’une vision économique des problèmes chinois, et dépositai (...)

2Assez logiquement, Fengming, Chronique d’une femme chinoise, par son cadrage large, permet de comprendre le contexte historique de la « campagne anti-droitière » et de ses suites. He Fengming, née avant la Révolution maoïste de 1949, y raconte son autobiographie, déjà narrée par écrit dans Ma vie en 1957. Étudiante volontaire pour les bridages communistes puis journaliste, elle est l’épouse d’un autre journaliste, Wang Jingchao. Tous deux répondent positivement à la demande de Mao de mai 1957 « que cent fleurs s’épanouissent, que cent écoles rivalisent ». Cette « Campagne des Cent Fleurs », réplique de celle initiée sans succès en 1956, consistait alors à laisser le peuple prendre la parole pour « aider » les dirigeants chinois à identifier les entraves au développement du communisme dans les campagnes, dans les villes, mais aussi dans les mentalités. Mais les tensions internes au Parti Communiste1 conduisent Mao à réinterpréter cette prise de parole comme une critique du régime en place et à décider de la stopper net. Une « campagne anti-droitière » débuta alors le 8 juin 1957 par la critique des « fleurs vénéneuses » : il s’agissait d’interroger tous ceux qui avaient témoigné pour tester leur affiliation au régime.

  • 2  Il faut noter que les « camps de rééducation » sont une mesure administrative et non pas judiciair (...)
  • 3  À ce sujet, un autre passage fondamental du témoignage est le moment où He Fengming indique sa joi (...)

3C’est dans un tel étau que He Fengming et son mari Wang Jingchao furent pris. Alors qu’ils avaient entrepris une critique du régime suite à la demande officielle, ils se retrouvent tous deux critiqués pour leurs positions. S’en suivant les longues « séances de lutte » qui sont racontées par He Fengming, durant lesquelles les collègues du journal les invectivent et leur demandent de dénoncer leurs « crimes ». Son mari fut finalement accusé au cours de ces séances de faire partie d’un Groupement anticommuniste et sa punition, par décision administrative, fut d’être envoyé en laogai, c'est-à-dire en « camp de rééducation par le travail »2, en 1958. Quant à elle, elle accepte de son propre chef d’aller dans un autre de ces camps car elle voyait ce passage comme une promesse de réhabilitation sociale, ce qui constitue le comble de la domination sociale3.

  • 4  Récemment dépeints avec justesse par Peter Weir dans Les chemins de la liberté, s’inspirant notamm (...)

4Le Fossé permet alors de comprendre les conditions de détention dans les laogai. Wang Jinhchao avait été envoyé au camp de rééducation de Jiabiangou en 1958, situé dans le désert de Gobi. C’est ce même camp que reconstitue Wang Bing en s’inspirant de l’ouvrage classique, Goodbye Jiabiangou de Yang Xianhui (dix-neuf témoignages romancés), ainsi que d’un travail d’investigation mené pendant trois années et au cours desquelles environ une centaine de personnes furent interrogées. À la différence des goulags soviétiques4, les laogai chinois ne comportent aucune barrière, puisque c’est le désert qui constitue la principale prison de ces non-criminels en rééducation. La tâche principale consistait à réaliser des travaux d’aménagement censés appuyer le Grand Bond en Avant lancé en 1958, et reprenant un premier plan agricole lancé et abandonné en 1956. C’est l’avancement et l’arrêt de ces travaux que narre Wang Bing en évoquant les trois derniers mois de 1960 durant lesquels les laogai furent temporairement fermés. Le Fossé est alors utilisé comme une métaphore polysémique des camps : il renvoie tout aussi bien au canal creusé par les travaux collectifs, aux dortoirs souterrains où dorment et meurent à petit feu les détenus, à l’écart croissant entre les détenus et les habitants du reste de la Chine (comme en attestent les lettres de plus en plus rares envoyées aux détenus au fil du temps ou l’inutilité d’une montre comme outil d’organisation sociale) et aussi avec les règles de la civilisation, et enfin à l’oubli collectif qui recouvre cette période historique dans l’histoire officielle chinoise.

  • 5  Selon He Fengming, seuls 96 « droitiers » n’ont pas été reconnus comme accusés à tort par les auto (...)

5Deux personnages du Fossé méritent cependant une attention particulière. D’une part, le personnage de la femme, inspiré de He Fengming, venant au camp pour retrouver son mari et découvrant avec stupeur sa mort mais sans pouvoir obtenir de quiconque l’emplacement exact de sa tombe. D’autre part, le personnage de Chen, détenu du camp considéré comme son bras droit par le directeur, et qui incarne toute l’ambiguïté sociale des « droitiers » de l’époque, entre Chinois nouveau au service du communisme, Chinois ancien pris dans les liens hiérarchiques, et paria social dont l’étiquette négative portera longtemps ses effets. Il décide en effet de ne pas partir du camp malgré sa fermeture officielle, parce que le directeur dit avoir besoin de lui, mais aussi parce que « ceux qui partent n’en seront pas moins droitiers ». Cette question de la stigmatisation des « droitiers » est d’ailleurs évoquée longuement dans Fengming, Chronique d’une femme chinoise. Continuant de narrer son histoire, elle raconte comment se sont succédées les périodes sans que son étiquette de « droitière » ne se décolle d’elle : réintégrée dans son journal en 1961, elle repart en camp en 1970 pendant la Révolution Culturelle, pour réintégrer à nouveau le journal en 1974 et n’obtenir sa réhabilitation officielle qu’en 1978, comme 480 000 autres « droitiers » de l’époque5.

  • 6  Interview de Wang Bing donnée au magazine Positif, n° 520, juin 2004.

6Dans les deux films, il faut cependant savoir que c’est une même économie de moyens qui caractérise le cinéma de Wang Bing et qui peut le rendre difficile d’accès. Fengming est un long témoignage de 3 heures filmé quasi intégralement en plan fixe, avec un montage minimaliste lié notamment au changement des bandes d’enregistrement dans les caméras. La seule narration proprement cinématographique consiste à alterner un cadrage large et un cadre resserré selon le degré d’intensité des propos de He Fengming, et à filmer une fenêtre sombre lorsqu’elle raconte son transfert entre deux fermes collectives ou à filmer la même fenêtre éclairée suite à son procès en réhabilitation. À ce titre, le film est moins un documentaire qu’un document, exemple parfait de ce que peut donner un entretien sociologique où l’enquêté prend la parole sans interruption jusqu’à révéler des failles dans sa construction identitaire. Le Fossé s’inscrit dans cette même veine où le « but, ce n’est pas de montrer l’échec ou la réussite, mais seulement les faits »6.

7En raison de cette parcimonie, le cinéma de Wang Bing pourra faire reculer plus d’un spectateur. Mais ces deux films constituent des documents exemplaires d’une page oubliée de l’histoire chinoise. À réserver donc aux initiés.

Haut de page

Notes

1  Entre d’un côté, Liu Shaoqui, partisan d’une vision économique des problèmes chinois, et dépositaire de la motion adoptée par le VIIIème Congrès du Parti Communiste Chinois, et de l’autre Mao Zedong, partisan d’une vision politique des problèmes chinois.

2  Il faut noter que les « camps de rééducation » sont une mesure administrative et non pas judiciaire ou pénale. Ils ne sanctionnent pas un crime, ils ne renvoient pas à un statut criminel, mais ils correspondent à un programme politique et social mis en œuvre pour assurer la « réussite » du communisme.

3  À ce sujet, un autre passage fondamental du témoignage est le moment où He Fengming indique sa joie et sa fierté d’être à nouveau appelée « camarade » dans la ferme collective où elle a été affectée de 1958 à fin 1959.

4  Récemment dépeints avec justesse par Peter Weir dans Les chemins de la liberté, s’inspirant notamment des nombreux écrits de Varlam Chamalov.

5  Selon He Fengming, seuls 96 « droitiers » n’ont pas été reconnus comme accusés à tort par les autorités chinoises, « pour l’exemple ».

6  Interview de Wang Bing donnée au magazine Positif, n° 520, juin 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Wang Bing, Le fossé et Fengming. Chronique d'une femme chinoise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 07 janvier 2013, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10303

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page