Navegación – Mapa del sitio

Florence Haegel, Les droites en fusion. Transformations de l'UMP

Sophie Louey
Les droites en fusion
Florence Haegel, Les droites en fusion. Transformations de l'UMP, Les Presses de Sciences Po, col. « Sociétés en mouvement », 2012, 340 p., ISBN : 978-2-7246-1273-8.
Inicio de página

Texto completo

1L’ouvrage de Florence Haegel paraît au moment où la pluralité de la composition de la droite française éclate sur la scène médiatique, alors même que « l’unité » semblait avoir dominé sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy. La politiste révèle ici que la droite partisane n’a cessé de connaître des moments de tensions et qu’elle est aujourd’hui à l’aube d’un nouveau cycle d’où le double sens du titre choisi « les droites en fusion ».

  • 1  Pour une vision d’ensemble sur le champ : OFFERLE Michel, Les Partis Politiques (8e édition), PUF, (...)

2F. Haegel livre ici un ouvrage de qualité qui fera probablement œuvre de référence dans le champ des partis politiques1 mais aussi dans celui des univers dits « de droite ». L’auteure s’applique à justifier et à prôner la nécessité d’interroger la droite partisane alors même que cette dernière se trouve nettement ignorée des sciences humaines, là où il existe une profusion d’études sur la gauche partisane. Pourtant depuis ces cinquante dernières années la droite s’est imposée comme une force politique incontournable. Car s’il est vrai que la droite (et en particulier l’UMP) demeure peu ancrée localement, elle a connu un regain de popularité depuis la fin des années 1990 aux élections nationales et européennes.

3Bien que l’objet de la recherche ici présentée soit la droite partisane française, F. Haegel s’applique à l’inscrire dans un contexte européen permettant de comprendre plus largement les particularités de cette droite tout en révélant des phénomènes communs tels que la « poussée » électorale de l’extrême droite par un mouvement de contagion (p. 273). Ainsi le regard se déplace sans cesse du macro au micro afin de permettre au lecteur d’avoir tous les outils de compréhension en main, l’ensemble étant très limpide malgré la complexité du sujet. Une dynamique se crée par l’alternance de méthodes tant qualitatives que qualitatives et F. Haegel s’attache à effectuer de constants et complets rappels théoriques à chaque début de chapitre. Ajoutons aussi que l’ouvrage dispose d’une table des matières de qualité dont la clarté pourra ravir les lecteurs. S’il est vrai que l’étude ne repose pas sur des archives, l’auteure s’en excuse dès les premières pages (p. 31 et 32) expliquant que l’UMP ne possède tout simplement pas d’archives et c’est probablement aussi une des raisons expliquant le peu de recherches menées sur la droite partisane. Cette donnée appuie de plus sa thèse selon laquelle l’UMP est faiblement institutionnalisée.

4L’ouvrage est composé de cinq chapitres. Le premier est consacré à l’histoire de la structuration des droites françaises. Le second s’interroge sur leurs fusions qui s’apparentent parfois à des sortes de bricolages ayant fait émerger puis tenir la « machine » UMP. Le troisième s’intéresse au fonctionnement de l’UMP sur les plans de sa direction, ses finances et ses « filiales ». Le quatrième étudie « le peuple de droite » c’est-à-dire aussi bien les adhérents que les militants mais aussi les « votants ». L’ultime chapitre s’intéresse à un phénomène relativement récent, celui de la radicalisation idéologique de l’UMP et de ses effets que ce soit l’émergence d’un antisarkozysme ou d’une normalisation idéologique de l’extrême droite. En somme la droite s’est décomplexée et cela a eu un effet à la fois fédérateur mais aussi repoussoir d’une frange d’adhérents ou sympathisants qui ne se sont pas retrouvés dans cette droitisation.

  • 2  Sur l’UDF et désormais le MODEM on pourra renvoyer aux travaux du politiste Julien Fretel. Voir pa (...)

5Pour F. Haegel la fusion de la droite partisane s’est faite par trois mécanismes : financier (financement public), symbolique (européanisation), opérationnel (sous-groupes). Cette fusion ne s’est pas faite sans difficulté car depuis 1988 et la défaite de Jacques Chirac aux élections présidentielles la droite était divisée. Ce cycle de mésententes conduit en 1994 à une séparation entre l’UDF2 et le RPR. Le caractère asymétrique (p. 78) de la fusion de 2002 a reproduit un déséquilibre des forces en raison de la domination du RPR. Ajoutons que l’UMP comme tous les partis est dans une compétition politique. Auparavant la droite partisane combattait le communisme, aujourd’hui, elle combat le socialisme et ce en raison de l’effondrement du PCF et des forces d’extrême gauche. Néanmoins il faut bien remarquer que la compétition au sein de la droite, dans un sens élargi, est elle aussi l’enjeu d’affrontements. En témoignent la persistance des tensions et la difficulté à négocier entre les différentes factions de la droite. La récente création de l’UDI de Jean-Louis Borloo est une nouvelle preuve de ce « malaise » dans la famille.

6La politiste expose que l’UMP est un parti fonctionnant différemment selon que l’on soit en campagne électorale ou non. Les périodes de campagne sont des temps durant lesquels l’UMP rassemble témoignant ainsi d’une force mobilisatrice qui ne débouche cependant pas sur une constance d’engagement ce qui explique en partie la faiblesse des ancrages locaux. De plus, ce parti est peu codifié d’un point de vue réglementaire ce qui exacerbe le poids des pressions informelles même si à l’origine une véritable volonté d’équilibrer les forces était présente. Il s’agit alors d’alterner, voire de superposer, les phases de concurrence et de coopération (p. 127). La négociation semble ainsi importante sur bien des points. Progressivement, le courant gaulliste a été marginalisé dans le parti notamment en raison de l’ultra-personnalisation du pouvoir incarnée par Nicolas Sarkozy mais aussi par une européanisation progressive du parti.

7Concernant le fonctionnement du Parti, F. Haegel livre une analyse pertinente des financements perçus mais aussi des dépenses de l’UMP qu’elle met en lien avec ceux du PS. D’un point de vue européen l’UMP doit bien être vu comme dépendant du financement étatique (mais c’est aussi le cas des autres partis français). L’auteure observe néanmoins des différences significatives si l’on compare la perception de financement émanant de « dons de personnes » car elle est de 13,3 % pour l’UMP contre 0,8 % pour le PS (p. 131).

8F. Haegel étudie avec la même finesse les parcours des dirigeants de l’UMP. Si autrefois les fonctionnaires étaient les plus nombreux sur le plan national, aujourd’hui ils sont supplantés par des individus issus de l’entreprise. De la sorte, il existe un phénomène parallèle de diminution de la culture administrative jointe à une promotion de la culture entrepreneuriale. Il existe aussi une forte mutation des secrétaires généraux et il existe de nombreux transfuges de la sphère gouvernementale à la partisane ou au privé (p. 147). Au niveau des adhérents, nous l’avons évoqué plus haut, le parti rassemble en période électorale mais ce phénomène émane de processus stratégiques. L’UMP use d’outils marketing afin de provoquer ce renouvellement. Concrètement cela a consisté à réduire le prix de l’adhésion, à créer une sorte de carte de fidélité apportant des privilèges ou encore en imaginant des « offres » d’adhésion. L’UMP puise aussi dans des sortes de viviers pour « recruter » ses militants, par exemple dans les écoles supérieures de commerce. Globalement les adhérents de l’UMP sont majoritairement des hommes, âgés et diplômés. Même si la politiste observe une féminisation des adhérents elle atténue cette donnée en la comparant au PS mais aussi en observant une forte répartition genrée du travail militant.

  • 3  Florence Haegel s’est exprimée dans différents médias sur les récents événements de l’UMP : chez F (...)
  • 4  Sur la description des modes de récupération de voix du FN par l’UMP voir : MAYER Nonna, « Comment (...)

9L’étude relève et révèle qu’en dix ans l’UMP a profondément transformé la droite partisane française par trois mouvements : la diffusion d’un modèle entrepreneurial, la radicalisation idéologique et la constance d’une faible institutionnalisation. La campagne de 2007 fait œuvre de tournant par la mise en avant de N. Sarkozy avec une sorte d’ultra incarnation de l’UMP en cet homme, même après son élection, alors que traditionnellement le président malgré ses imbrications partisanes apparaissait au-dessus des partis. Durant la présidence de Sarkozy le Parti n’avait pas de chef, la direction était collégiale. F. Haegel remarque ainsi une ingérence du Président dans les affaires du Parti et par extension les récents événements relatifs au duel entre Jean-François Copé et François Fillon illustrent la difficulté de cette droite à se trouver un nouveau « chef »3. La radicalisation du parti a eu des effets paradoxaux. Il semblerait en effet que la reprise des discours de l’extrême droite ne bénéficie pas tant à l’UMP mais bien plutôt au FN car ces discours tendent à légitimer la place de l’extrême droite dans l’espace public4. Cette récente séquence a en tout cas permis de rendre visible les profondes divisions de l’UMP notamment par les tensions entre courants qui bien qu’existants dans les statuts de l’UMP depuis 2002 sont sans cesse contournés. De la sorte, selon F. Haegel le parti reste à observer de près notamment concernant l’introduction de « mouvements » dans les statuts.

10Cette recherche majeure est dotée d’une force d’actualité et dispose d’appuis méthodologiques, théoriques, empiriques et historiques majeurs. Florence Haegel invite à s’intéresser aux partis de droite qui, tel qu’elle le démontre, sont plus que des objets de recherche légitimes : ils sont nécessaires.

Inicio de página

Notas

1  Pour une vision d’ensemble sur le champ : OFFERLE Michel, Les Partis Politiques (8e édition), PUF, 2012.

2  Sur l’UDF et désormais le MODEM on pourra renvoyer aux travaux du politiste Julien Fretel. Voir par exemple FRETEL Julien, « Le parti comme fabrique des notables. Réflexions sur les pratiques notabiliaires des élus UDF », Politix, 2004, n° 65, pp. 45-72.

3  Florence Haegel s’est exprimée dans différents médias sur les récents événements de l’UMP : chez France inter : http://www.franceinter.fr/emission-l-invite-du-samedi-florence-haegel ; chez France culture : http://www.youtube.com/watch?v=FNCwHx1LqDU

4  Sur la description des modes de récupération de voix du FN par l’UMP voir : MAYER Nonna, « Comment Nicolas Sarkozy rétrécit l’électorat Le Pen », Revue française de Sciences Politiques, n° 57, 2007, pp. 429-445.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sophie Louey, « Florence Haegel, Les droites en fusion. Transformations de l'UMP », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 08 enero 2013, consultado el 20 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10305

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página