Navigation – Plan du site

Françoise Hiraux, Françoise Mirguet (dir.), La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations : enjeux et pratiques actuels

Julie Lauvernier
La valorisation des archives
Françoise Hiraux, Françoise Mirguet (dir.), La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations : enjeux et pratiques actuels, Editions Academia, 2012, 192 p., ISBN : 978-2-8061-0059-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Communications de Jean-Luc Brackelaire, Martine Cardin, Isabelle Chave et Yvon Lemay.
  • 2  Communications de Diane Baillargeon, Marie-Laurence Dubois et Thierry Delplancq.
  • 3  Communications de Michel Molitor, Helen Wallenda et Jacqueline Kavanach, Nicola Mazzanti, Catherin (...)

1Les communications présentées dans cet ouvrage sont issues des « Dixièmes journées des archives de l’université Catholique de Louvain » qui se sont tenues à Louvain-la-Neuve (Belgique), les 25 et 26 mars 2010 et sont consacrées à La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations. Enjeux et pratiques actuels. Ces journées internationales d’études tentèrent d’aborder la multiplicité des sens et des formes de la valorisation des archives. Réunissant chercheurs et praticiens belges, québécois, suisses, anglais et français des archives, ces journées d’études proposaient de réfléchir et de concourir, par le biais de contributions scientifiques et de partage d’expériences de terrain, à un échange de point vue sur une des fonctions de l’archivistique, perçue par les organisateurs comme « un devoir, une mission, une responsabilité » (p. 10). Moyen de médiation culturelle autant qu’objet d’actualité, parce qu’elle enracine les archives dans la société contemporaine de l’information et participe au vaste projet politique et culturel des grandes démocraties, la valorisation des archives de par ses objectifs et ses modalités d’application a subi une mutation profonde ces vingt dernières années, tant en Europe qu’outre Atlantique. C’est ce bouleversement que les organisateurs et les contributeurs ont entendu discuter et illustrer. Les contributions du présent ouvrage se répartissent en trois ensembles : le premier situe le cadre conceptuel et anthropologique des valorisations actuelles des archives1, le deuxième en fait l’examen politique, mémoriel, économique et managérial2, le troisième, enfin, se rapporte aux opérations proprement dites et met en partage des expériences européennes et québécoises3.

2Au terme d’une lecture de 190 pages, c’est la diversité, la complexité et la singularité d’une fonction que l’évolution sémantique a entendue jusqu’à une époque récente comme une fin plus qu’un objet de pratique, qui retient l’attention et interroge quant à sa mise en pratique dans l’espace archivistique international.

3Les archivistes et les archives entretiennent des relations ambiguës avec la valorisation. Si cette dernière ne fait pas partie intégrante des missions dévolues au titre de la loi, elle est un impératif moral. Dernier maillon de la chaîne des 5 C, contrôler, collecter, conserver, classer, communiquer, fonction distincte de la gestion, de la conservation, de l’acquisition, de l’évaluation ou de la classification des archives, la valorisation, bien qu’activité partagée par l’ensemble de la profession internationale, ne s’entend pas partout de la même oreille. Elle rencontre des problèmes terminologiques, le vocabulaire différant de part et d’autre de l’Atlantique (M. Cardin). Si les Européens parlent de « valorisation » ou plutôt d’« exploitation et de mise en valeur » associant ce concept à la médiation culturelle, l’action éducative, la communicabilité, l’exposition, la publication, les Québécois leur préfèrent le terme de « diffusion ». Malgré un recouvrement égal du concept, diffusion et valorisation ne sont pas synonymes. Ce colloque marque pourtant dès l’introduction le champ qu’il recouvre : « la valorisation fait partie des fonctions de l’archivistique contemporaine et constitue une mission à part entière des établissements et des services d’archives. » (p. 9) Contrairement à d’autres services patrimoniaux comme les musées, les monuments historiques ou les bibliothèques, les archives sont la seule entité à ne pas avoir la dimension culturelle comme seule finalité, puisqu’elles sont services administratifs autant que services culturels. Entendue comme « mise à disposition de l’information » (p. 10), l’espace de réflexion du colloque englobe tant les « documents d’information et de gestion dont l’action est regardée en priorité comme l’opération de rendre accessible l’information pratique et celle des archives patrimoniales comme médiation culturelle » (p. 9).

4La valorisation des archives recouvre aujourd’hui des pratiques et des enjeux en lien avec leur époque. Les dernières décennies ont vu une accélération de cette fonction dont les modalités se sont trouvées multipliées. Trois axes principaux doivent être distingués (I. Chave ; Y. Lemay). Le premier a trait aux relations étroitement établies entre les archives et l’éducation. Siles formes primitives, à savoir l’action éducative et la médiation culturelle par l’exposition restent des valeurs sûres de la valorisation, le contact avec le document en demeure une dimension essentielle soutenue par divers supports : dossiers ou mallettes pédagogiques, guides-parcours, catalogues d’exposition, ressources multimédias, etc.. Cette panoplie d’activités a été renouvelée afin d’atteindre tous les publics : aujourd’hui les archives se lisent, se projettent ou se scénarisent. Les expositions virtuelles, l’art contemporain, le théâtre sont autant de médias qui permettent à grands coups d’inventivité de réinventer la valorisation des archives. Parallèlement à ce réinvestissement des formes primitives de la valorisation, les programmes de numérisation de masse à l’œuvre depuis une vingtaine d’années se sont imposés comme une priorité politique. Les nouvelles technologies ont, à ce titre, investi les habitus professionnels internationaux. Les sites internet ont permis de remettre en activité, de diversifier et de moderniser l’approche traditionnelle de la publication et de l’édition des textes dans les services d’archives. Portails, instruments de recherche, etc. ouvrent le e-chercheur à des thésaurus, des répertoires ou des bibliographies. Plus récemment, dans une sorte de deuxième révolution numérique, les outils d’interaction du web 2.0 ont fait une entrée remarquée aux Archives. Ils sont, par ailleurs, devenus un élément de diffusion incontournable. Fils RSS, blogues, baladodiffusion, étiquetage social, etc. ont permis de développer une nouvelle dimension de l’interactivité dans la valorisation.Ces nouvelles pratiques se traduisent, aujourd’hui, au travers de nouvelles expériences, de nouvelles relations avec le public, dans des valeurs qui structurent les sociétés démocratiques : droit de mémoire, droit à l’information, respect des droits des individus ou des libertés individuelles, etc. Ces dernières recouvrent aujourd’hui de nouveaux enjeux, à la fois politiques, communautaires, citoyens, économiques et technologiques. La gouvernance publique, au travers de ses projets de simplification et de modernisation de la vie administrative, rencontre et sert les droits des individus en mettant en place des systèmes de consultation immédiate des débats et des décisions. La participation des archives à l’exercice des libertés publiques se retrouve également dans les politiques de démocratisation culturelle. Dernier axe dans cet aperçu des pratiques, la valorisation des archives investit dorénavant un espace auparavant peu fréquenté : la fabrication des produits culturels. Les nouvelles archives, sonores ou les images animées qu’elles soient télévisuelles, cinématographiques ou de synthèses, ont davantage permis d’envisager une utilisation des archives en dehors du cadre traditionnel et institutionnel. Elles sont, depuis la fin des années 2000, mises à disposition d’un public toujours plus large.

5« Tout doit être toujours disponible et partout » (p.139)… tel serait le nouveau credo de la valorisation. Ce nouveau phénomène amplifie les attentes et modifie les pratiques en matière de valorisation. Un tel bouleversement impose indubitablement une redéfinition, une adaptation des procédures, des stratégies et des technologies d’accès aux archives complexes à définir dans un paysage en mutation constante et dominé par des contraintes dérivant, entre autre, des droits de la propriété intellectuelle, des droits commerciaux de diffusion etc., conséquents du point de vue des ressources humaines et financières nécessaires.

6L’espace de réflexion global choisi pour ce colloque est sans nul conteste, d’un point de vue français, sa carte de réussite, permettant de concevoir l’exploitation des archives comme un système complexe et supprimant du même coup les débats stériles pour savoir ce qui relève de la diffusion ou de la valorisation. Toutefois, il faudrait pouvoir se pencher dans les travaux futurs sur le volet économique. Davantage traitée sous l’angle de l’accélération, des nouvelles modalités et du volontarisme, l’analyse de la valorisation des archives y aurait gagné en épaisseur par l’évocation de chiffres. Les communications d’I. Chave ou d’H. Wallenda et J. Kavanagh frôlent ce point de débat actuel, mais dans un paysage structuré par la transparence, l’accessibilité et la réutilisation, le passage d’un monde ne recouvrant que quelques droits de reproduction et de ventes de produits dérivés à une économie mondiale des données de la connaissance au travers du rachat de reproductions numériques de fonds entiers pour intégration dans des bases de données à accès payant ou encore la question de la réutilisation des données publiques aurait mérité une analyse approfondie.

Haut de page

Notes

1  Communications de Jean-Luc Brackelaire, Martine Cardin, Isabelle Chave et Yvon Lemay.

2  Communications de Diane Baillargeon, Marie-Laurence Dubois et Thierry Delplancq.

3  Communications de Michel Molitor, Helen Wallenda et Jacqueline Kavanach, Nicola Mazzanti, Catherine Oudin, Xavier Laubie et Jean-Marie Yante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Lauvernier, « Françoise Hiraux, Françoise Mirguet (dir.), La valorisation des archives. Une mission, des motivations, des modalités, des collaborations : enjeux et pratiques actuels », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10306

Haut de page

Rédacteur

Julie Lauvernier

Docteur en histoire, diplômée du master II métier des archives de l’Université Jean Moulin-Lyon III, membre associé du CERHIO (Centre des Recherches Historiques de l'Ouest, UMR 6258)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page