Navigation – Plan du site

Charlotte Jelidi, Fès, la fabrication d'une ville nouvelle, 1912-1956

Farid Abachi
Fès, la fabrication d'une ville nouvelle (1912-1956)
Charlotte Jelidi, Fès, la fabrication d'une ville nouvelle (1912-1956), Lyon, ENS Éditions, coll. « Sociétés, Espaces, Temps », 2012, 270 p., ISBN : 978-2-84788-239-1.
Haut de page

Texte intégral

1Résolument inscrit dans le champ disciplinaire de l'histoire de l'architecture et de l'urbanisme, cet ouvrage restitue les différents processus d'élaboration d'une ville nouvelle. L'auteure s'interroge sur le poids et l'influence tant politiques que doctrinales sur la définition d'un modèle urbain, partant de l'hypothèse que cette influence n'est peut-être pas homogène, mais surtout qu'elle opère à des degrés divers selon le contexte historique et la situation politique de chaque municipalité. Grâce à une analyse très fouillée de fonds d'archives jusque-là inaccessibles, l'exemple de Fès met au jour les distorsions, nombreuses, entre d'une part un idéal urbain colonial, construit théoriquement par Lyautey et ses collaborateurs, et d'autre part la réalité du terrain considérée sur le long terme.

2Deux grandes parties structurent l'ouvrage. La première porte sur les conditions de genèse et d'application des plans d'aménagement. Après avoir rappelé les principes fondateurs de l'urbanisme développés par Lyautey au Maroc, l'auteure détaille la confrontation de la planification urbaine rationnelle face au contexte local, puis les conditions délicates de valorisation des emprises successivement ouvertes à l’urbanisation. La seconde partie traite de l'élaboration du paysage architectural et urbain. L’examen des conditions de réalisation des opérations immobilières démontre la pluralité des intervenants (promoteurs, entrepreneurs, services instructeurs…) et, par là même, celle des intérêts en jeu, mais aussi leur professionnalisation progressive. Enfin, rappelant que toute « ville nouvelle » se construit à côté et par rapport à une « ville ancienne », elle montre l’impact des différentes mesures prises sur la médina de Fès.

3Que nous apporte l’analyse de toutes ces sources consultées ? D’une part, elle restitue dans leur contexte toutes les négociations entre les différents acteurs locaux, et ils sont nombreux. En redonnant voix aux différents organes municipaux, administratifs ou techniques, aux conseils locaux et autres « commissions indigènes laïques » mis en place dès 1912, l’examen des interventions successives puis des réalisations effectives montre que leur voix est entendue et suivie d’effets, en dépit des pressions exercées par les pouvoirs publics à partir des années 1920 pour affaiblir leur rôle. La restitution précise des débats montrent bien la capacité à agir des populations locales, par les voix de leurs représentants tantôt élus, tantôt nommés par l'administration française, et à tirer parti des quelques lacunes réglementaires comme de l'évolution du contexte local. Une telle restitution est un passage obligé pour saisir les logiques d'implantation comme les stratégies à l'œuvre et la défense d'intérêts particuliers. L'examen des conditions de viabilisation et de cession de terrains apporte également un éclairage inédit sur le rôle joué par les Marocains dans la fabrication de la ville nouvelle, où ils apparaissent bien loin d’être une simple main d’œuvre peu onéreuse, un rôle dans lequel les a cantonnés bon nombre d’études postcoloniales. C’est bien en qualité de promoteurs et d’entrepreneurs qu’ils ont contribué à l’érection de la « ville nouvelle » et au réaménagement de la ville ancienne.

4D’autre part, les débats évoqués (dont celui autour de l’emplacement de la future gare ferroviaire ou ceux sur le zonage des futures zones industrielles ou résidentielles) permettent également, en filigrane, de décrypter l’évolution des mentalités, des différentes populations qui se côtoient au quotidien comme celle du service instructeur des Beaux arts, tout au long du Protectorat français. Cela montre leurs appréciations respectives des contraintes et leur évolution sur le long terme. Ces sources mettent au jour les différentes influences revendiquées, de la Cité jardin d’E. Howard aux travaux de F. Law Olmsted, mais surtout leur interprétation locale différenciée selon les intérêts en jeu, en particulier dans la fabrication des espaces publics. C’est démontrer que l’élaboration progressive d’une esthétique architecturale et urbaine, bien que non définie par des textes officiels, résulte avant tout de la construction d’une altérité entre colons et colonisés, et qu’il convient d’examiner soigneusement celle-ci dans toute politique dite « patrimoniale », surtout dès que celle-ci est confrontée à d’autres politiques économiques et sociales. Ces sources mettent ainsi en lumière la circulation des textes réglementaires et autres outils législatifs et leur interprétation différenciée entre Fès et la métropole. L’ouvrage montre en quoi ce terrain spécifique a pu être un laboratoire d’expérimentation, bien plus qu’une simple transposition, en particulier pour les outils de lutte contre la spéculation foncière.

5Enfin, au-delà de la genèse d'une ville nouvelle racontée par les plans d'aménagement, cet ouvrage permet de réviser les positions postcoloniales admises jusque-là, valorisant l'action exclusive de la France sur ces territoires, ou encore l'idée selon laquelle « [l'administration française] a oublié les Marocains » reposant sur le travail de M. Écochard, entre autres, suite au poste qu'il a occupé durant quarante ans. Les archives consultées nuancent ce tableau lissé, autant qu’elles ouvrent de nouvelles pistes de recherche : « ce n'est pas le haut de la pyramide ‑ en l'occurrence la Résidence ‑ qui impose un modèle de ville, mais tout un système d'acteurs qui, à force d'entretiens, d'accointance et de compromis, créent une ville modelée tant par leur ambitions et les circonstances que par les hasards et parfois les inerties ». Mais il est nécessaire pour cela de donner une égale dignité documentaire à l’ensemble des exposés en présence, ce que nous autorise désormais l’ouverture de tous ces fonds d’archives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Farid Abachi, « Charlotte Jelidi, Fès, la fabrication d'une ville nouvelle, 1912-1956 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10308

Haut de page

Rédacteur

Farid Abachi

Docteur EHESS en sociologie (études urbaines), rattaché au Centre Maurice Halbwachs (ENS Jourdan, Paris) et à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (Tunis, Tunisie)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page