Navigation – Plan du site

« Diasporas », Tracés, 2012/2

Eddy Banaré
Diasporas
« Diasporas », Tracés. Revue de sciences humaines, n° 23, 2012, 250 p., Lyon, ENS Éditions, ISBN : 9782847883763.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Publié aux éditions Amsterdam.

1L’ambition de cette nouvelle livraison de Tracés est autant de contribuer activement à réévaluer la portée conceptuelle du terme « diaspora », que de présenter un état des lieux critique des recherches sur le sujet. L’interdisciplinarité est, en effet, au service d’interrogations novatrices et stimulantes d’un domaine devenu prétexte à l’énonciation de poncifs. Le mot « diaspora » est pour ainsi dire, « piégé » par la popularité que lui confère la fréquence des ses usages journalistiques et politiques, mais il demeure également le prisme idéal pour saisir un réel globalisé. Les rédacteurs disent en effet avoir conçu ce numéro après « un diagnostic inquiet en rappelant les controverses et les débats portant sur les enjeux d’une bonne définition du terme diaspora » (p. 7). Ce volume est un écho à l’impressionnant ouvrage publié cette même année par le sociologue Stéphane Dufoix, La Dispersion1, dans lequel il propose une sociohistoire des usages du terme. Chaque contribution se déploie surtout autour de la nécessité de préserver la pluralité de la notion de « diaspora » appuyée d’une rigueur épistémologique, ainsi que d’une historicisation aigue.

2L’étape essentielle qui est réalisée ici avec un remarquable souci d’exhaustivité est la réalisation d’un état de la recherche sur la notion de diaspora et d’une synthèse explicative de la situation ambiguë du concept. Répondre aux questions « qu’est-ce qu’une diaspora ? » ou « comment fonctionne une diaspora ? » a donc engendré, à partir des années 1990, l’élaboration de plusieurs démarches méthodologiques ; sources d’autant de malentendus que de discussions fécondes. C’est sur cette « ligne de fracture vivace » (p. 7) que se situe la plupart des grands travaux de recherche à partir des années 2000. Un champ d’étude s’est ainsi formé — les études diasporiques — principalement dans l’anthropologie et la sociologie et, avec lui, des questionnements sur ce qui relève ou non du « diasporique ».

3On distingue ainsi deux tendances dans les articles qui composent ce volume dominé par l’histoire, l’anthropologie et la sociologie; l’une qui cherche à réinvestir les thématiques fondatrices des études diasporiques et celle qui veut définir les nouveaux terrains de recherches créés par les conditions globalisées d’immigration. Mais la force de Tracés est surtout de donner à voir une recherche in vivo et ouverte à travers des entretiens avec des spécialistes et des traductions d’articles décisifs dans le domaine. Ainsi, on comprend à travers les entretiens accordés par Patrick Manning, auteur de The African Diaspora (2009), et Irad Malkin, de A Small Greek World (2011), que les expériences des traites négrières et celle des Juifs d’Europe sont fondatrices des études diasporiques.

4On peut dire également que les contributeurs de ce volume ont en commun de s’interroger sur la puissance d’action des diasporas à l’heure de la mondialisation. Ils rappellent surtout que la cartographie des diasporas dépend de facteurs à la fois historiques, géopolitiques et économiques. Des diasporas se sont constituées à partir de grands drames historiques (diasporas afro-américaines, diasporas juives occidentales), se constituent continuellement avec les conflits armés, mais aussi à partir de facteurs d’attractivité économiques et/ou académiques (mouvements des étudiants vers les universités européennes ou nord-américaines). Autant de données qui nécessitent l’élaboration continue d’outils théoriques, voire la réalisation de nouvelles études de terrain. Aussi souhaitons-nous que la richesse des interrogations, des propositions théoriques déployées ici appelle d’autres études, guide vers d’autres terrains.  

5La diaspora pose immédiatement le problème des origines, du traumatisme, la fabrication des mémoires collectives et de la transmission culturelle. La reconnaissance et la transmission d’un héritage culturel commun sont les conditions nécessaires pour faire diaspora. Plus complexe est « l’idée d’un retour espéré dans la terre d’origine après le châtiment de l’exil » (p. 11) ; cette quête, inséparable du fait diasporique, se modifie jusqu’à constituer des « identité(s) intrinsèquement diasporique(s) » à l’instar des communautés juives en Occident. Ce numéro contient également les traductions de trois articles qui ont en commun d’initier, de renouveler en profondeur la manière de questionner la diaspora. L’anthropologue Abner Cohen introduit ainsi la notion de « diasporas commerçantes » où le départ relève d’un acte volontaire à travers lequel se créent des « stratégies culturelles » d’héritage et de maintien de l’autorité. Quant à Robert Hettlage, il propose, dans un article de 1991, de fonder une « théorie sociologique de la diaspora » articulée aux acquis des « recherches sur les migrations, sur l’ethnicité et sur l’identité » (p. 175).

6Les coordinateurs de ce numéro ont, à travers les axes de recherche définis, abordé la diaspora comme un processus pluriel et dynamique. Ils ont ainsi formulé des hypothèses et des interrogations auxquelles des éléments de réponse sont apportés par des études de cas ou des inventaires critiques profondément novateurs. Aussi, les contributions essentiellement d’histoire, de sociologie et d’anthropologie, soulèvent des interrogations susceptibles de nourrir des réflexions tant en sciences politiques, qu’en littérature ou en philosophie. Ce compte-rendu s’appuiera donc sur l’orientation interdisciplinaire de Tracés. Nous tenterons de présenter les articles qui, du point de vue de la recherche littéraire, contribuent le plus à étendre sémantiquement le mot diaspora. Si ce numéro ne contient aucune contribution littéraire, plusieurs chercheurs font appel à des notions transversales telles que la mémoire collective, le récit, l’identité, ou encore, le sentiment d’appartenance.

7Pour apporter des éléments de réponse à la question « comment se fabrique une diaspora ? », l’historien Mathieu Grenet propose une étude sur le rôle de « la colonie grecque-orthodoxe » du XVIe au XIXe siècles dans le fonctionnement politique de Venise. Plus précisément, il « invite à considérer l’expérience diasporique comme partie intégrante de la construction politique et sociale des appartenances locales » (p. 23). Les conditions de formation, autant que les transformations des diasporas apparaissent, à travers l’approche développée par Grenet, également déterminées par le fonctionnement de Venise. En effet, la possibilité d’une représentation politique existait donnée dès le XVIe siècle à travers la formation d’une confrérie qui, dès les débuts de son existence, établissait des règles de fonctionnement internes qui, montre Grenet, « éclairent sous un jour original les questions d’appartenances régionales en diaspora » (p. 25). Il explique ainsi que « le regard historique permet de faire pièce à une conception essentialiste (ou culturaliste) des identités, en s’intéressant aux multiples formes de mobilisation » (p. 37). Ainsi, cet article permet-il de réfléchir aux stratégies discursives élaborées par les représentants politiques des diasporas (quand leur existence est rendue possible) pour mieux s’inscrire dans leurs nouveaux lieux de résidence. Un phénomène est pris en compte par Grenet ; la transition entre « “ancienne” et “nouvelle” diaspora(s) » (p. 32). Entre elles, se jouent de nécessaires et brutales réinventions, ainsi que de nouveaux choix en termes de stratégies de représentations, de participation à la vie de la cité. Grenet montre ainsi comment cette « longue expérience diasporique » (p. 36) a progressivement participé à « la définition de la grécité à l’époque moderne » (p. 36), c’est-à-dire que du national peut s’élaborer à partir de la diaspora.

8C’est justement la puissance des discours, des récits et des processus de construction mémorielle qu’explore Boris Adjemian dans l’article qu’il consacre à la présence arménienne en Éthiopie. Adjemian montre comment l’étude des discours peut contribuer à modifier l’appréhension du terme diaspora. Dans le cas des Arméniens d’Éthiopie, il explique qu’il s’est constitué une « mémoire d’hôte » (p. 44) qui « ne met jamais en avant une condition de déraciné mais, au contraire, un enracinement assumé et revendiqué dans la société d’installation, vécue comme un véritable pays d’accueil, voire comme une patrie d’adoption ou de substitution » (p. 45). Les acceptions traditionnelles de l’exil et de l’espérance douloureuse du retour au pays sont ici profondément remises en question et, par là, « l’influence de certains préconstruits dans nos enquêtes sur la mémoire en diaspora » (p. 45). Ici, l’attention portée au « Grand Récit » met en lumière « une réalité sociale interstitielle » (p. 44) née de la condition diasporique. Le travail de terrain mené par Adjemian montre ou rappelle que la diaspora est également le lieu d’élaboration de récits collectifs, de fabrique mémorielle, propres, selon les cas, à dépasser le trauma de l’exil, peut-être à le sublimer, afin de créer des modes d’enracinement originaux. La transition entre « les déchirures de l’exil » et « le temps sédentarisé de l’immigrant » (p. 52) apparait ainsi comme un moment dynamique de la condition diasporique qui rappelle que « les réécritures du passé qui s’opèrent en diaspora sont également soumises à l’influence des contextes locaux […] qu’il est indispensable de prendre en compte pour une analyse historicisée de la mémoire » (p. 57).

9Pour ce qui est des nouveaux champs d’études diasporiques, des changements d’échelle et de la réflexion épistémologique, l’article de Brigitte Beauzamy se révèle être une source d’interrogations et une synthèse d’une grande densité conceptuelle. Elle y étudie, à partir de l’exemple juif et du conflit Israélo-palestinien, le rôle des diasporas dans les conflits internationaux. Après une discussion des concepts développés par Michel Bruneau qui distingue les diasporas des « communautés transnationales » et de Gabriel Scheffer qui crée le concept des « diasporas ethniques » pour mieux appréhender les stratégies de conservation culturelle propres aux diasporas, Beauzamy montre que le rôle de diasporas dans l’importation des conflits tient avant tout à l’image que les membres de la diasporas se font d’elle. Elle précise qu’ « il faut prendre en compte les représentations qu’ont les acteurs diasporiques de leur capacité et de leur espace d’action dans la mondialisation » (p. 86). Autrement dit, l’audience internationale qui est donnée aux conflits dans lesquels sont impliqués les membres d’une diaspora et surtout, les conditions de vie offertes par les pays de résidence, sont fortement déterminantes dans l’implication des diasporas dans la pacification ou l’intensification des conflits. En bref, les forces ne sont pas les mêmes selon que l’on occupe un camp de réfugiés, un quartier communautaire déshérité et marginalisé, la direction d’une entreprise ou une chaire universitaire. Ces variations d’échelles, de représentations, mais aussi « la variété des formes de cette action », tout en étant difficiles à appréhender par la recherche, méritent pour Beauzamy, un champ d’étude à part entière.

10L’autre constat est, qu’en dépit de ce que Beauzamy définit comme « inflation de ses usages », le terme diaspora demeure un prisme puissant et pertinent pour la compréhension des réalités contemporaines, qui exige de fait une réévaluation théorique, voire un recadrage épistémologique qui en préserve la remarquable plasticité conceptuelle. Il faut donner à voir le détail des diasporas et en révéler les articulations les plus fines, qu’elles soient historiques, donc générationnelles, économiques et politiques. Dans l’article que Jennifer Bidet et Lauren Wagner consacrent aux immigrés algériens et marocains, elles explorent les formulations identitaires qui se jouent à travers le retour au pays — les « vacances au bled » ; séjours qui, selon les auteurs, « peuvent être vécus ou se révéler fonctionner comme des catalyseurs d’appartenance diasporiques » (p. 115). Le cas des immigrés marocains et algériens permet ainsi d’observer des situations de retour au pays uniques en ce qu’elles mettent en évidence des processus de formulation identitaire singuliers. De là, des situations de tension dynamiques où le pays d’accueil est tour à tour vécu comme le lieu de l’exil douloureux (où l’on vit des expériences de rejet et de racisme), ou alors, le lieu d’adoption, de recréation identitaire. Le retour au pays devient alors le moment d’expériences identitaires contrastées ; retour aux sources salvateur, reconstruction de soi, ou expérience brutale de l’écart. Bidet et Wagner observent ici « une complexité des appartenances, entre [l’]identité (passeport marocain ou algérien) et [le] corps (catégorie ethno-raciale) maghrébin, [l’]identité (nationalité) et [l’]hexis corporelle française » (p. 128) qui fait la dynamique de la société contemporaine. Ainsi, la densité des interrogations et des propositions théoriques déployées dans ce volume a le mérité d’appeler d’autres études et de guider vers d’autres terrains. On espère une étude sur la diaspora haïtienne et l’on s’interroge sur le rôle des diasporas dans le Printemps Arabe.

Haut de page

Notes

1  Publié aux éditions Amsterdam.

Présentation de l’éditeur : http://www.editionsamsterdam.fr/articles.php?idArt=209

Compte-rendu sur Lectures par Damien Simonin : http://lectures.revues.org/8601

Pour une recension et lecture des « bonnes-feuilles » dans l’édition en ligne de la revue Contretemps: http://www.contretemps.eu/lectures/bonnes-feuilles-recension-dispersion-histoire-usages-mot-diaspora-st%C3%A9phane-dufoix

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eddy Banaré, « « Diasporas », Tracés, 2012/2 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10311

Haut de page

Rédacteur

Eddy Banaré

Docteur en Littérature, Membre associé du C.N.E.P (Centre des Nouvelles Études du Pacifique, E.A 4242) Université de la Nouvelle-Calédonie

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page