Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2010Jacques Maillot, Un singe sur le dos

Jacques Maillot, Un singe sur le dos

Jérôme Thomas
Un singe sur le dos
Jacques Maillot, Un singe sur le dos, Blaq Out, 2010.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Peut-être a-t-on tout de même un indice dans la scène où Francis boit deux coupes de champagne d'un (...)

1Le film de Jacques Maillot, même s'il est une fiction, cherche à retranscrire la réalité de l'alcoolisme de manière si réaliste qu'on pourrait le voir comme un documentaire. Dans le bonus du DVD, le réalisateur explique d'ailleurs qu'il s'est rendu, avec ses acteurs, dans des centres des Alcooliques Anonymes pour enrichir son travail du plus de vraisemblance possible. L'intérêt du film réside sans doute dans le fait qu'il parvient à faire partager au spectateur l'expérience de l'alcoolisme et aussi de la sortie de cette addiction. En ce sens, ce film serait plus proche d'une approche ethnographique - un partage d'expérience non distancié - que sociologique. On est en effet au plus près du parcours de Francis, de sa lente déchéance, qui le conduit au monde de la rue où on le découvre, dès la première scène du film, en compagnie de clochards avec qui il entretient visiblement des relations affectives de circonstance (boire ensemble, se protéger), jusqu'à son retour à la vie avec les autres mais marquée d'une grande précarité sociale, affective, professionnelle. L'approche n'est pas sociologique car elle ne cherche pas les causes sociales de l'alcoolisme de Francis 1 mais elle expose plutôt l'expérience d'un sujet avec son objet d'addiction. On suit la logique d'un cas aux prises avec l'alcool et qui tente, lentement, de sortir de cette détresse qui l'isole et lui fait approcher la mort tant son comportement devient de plus en plus autodestructeur.

2Deux dimensions de cet itinéraire d'un alcoolique qui se sort de son addiction sont remarquablement traitées par Jacques Maillot. La première est sans doute celle de la temporalité qui accompagne l'expérience de l'alcoolique : elle est problématique au moment de la consommation mais aussi, au moment de la décision du sevrage. Dans l'expérience de l'alcool, le temps est suspendu, ou plutôt réduit au temps de la jouissance de l'objet : on le voit distinctement lors des virées de Francis en boîte de nuit, mais aussi, plus nettement encore dans les plans où il partage des moments avec des clochards. Le temps social disparaît pour laisser la place à un rythme cyclique de l'existence entre consommation, réveil difficile pour reconnecter avec la réalité et, très vite, retour d'une tension vers la nécessité de retrouver de l'alcool. Le réalisateur nous emmène, par flash-back, dans la vie antérieur de Francis, dans sa lente descente vers un alcoolisme qui le désocialise, et vers ses pertes de mémoires de plus en plus fréquentes qui, elles aussi, contribuent à le plonger dans une expérience angoissante du présent.

3Au moment de la décision du sevrage, on voit Francis compter les heures passées depuis son dernier verre. L'insupportable du manque se fait sentir dans une scène sidérante où le corps de Francis s'agite et où il confesse à son interlocutrice qu'il ne voit devant lui qu'une bouteille. Cette expérience réelle - au sens psychanalytique d'expérience pulsionnelle - et imaginaire - l'alcool élevé au rang de fantasme - extrait, d'emblée, l'alcoolique sevré de la relation à l'autre vers qui il devient violent. Cette question du rapport à la temporalité semble majeure chez les alcooliques puisque la prise de parole se fait d'abord en annonçant la date depuis laquelle on est sobre. La mise en scène du film, faite de flash-back et de scènes répétées rend bien compte du rapport problématique de l'alcoolique à la temporalité comme quelque chose qui ne le quittera jamais.

  • 2 Toute prise de parole, aux Alcooliques Anonymes, débute par ce même procédé qui consiste à dire ava (...)

4La deuxième dimension de l'expérience de la sortie de l'alcoolisme, bien mise en valeur par le film, est la question de la rencontre et de l'accès à la parole. Le scénario est construit en deux temps dont la première séance de parole aux Alcooliques Anonymes marque le pivot. Dans la première partie du film, on voit les liens (affectifs, sociaux, professionnels) de Francis se défaire à mesure que son rapport à l'alcool devient plus important et destructeur : plutôt, on voit comment l'alcool sert à Francis à s'autodétruire, à s'extraire, peu à peu, du lien social, pour aller vers une jouissance de plus en plus solitaire, et de moins en moins civilisée (la violence apparaît - insultes aux amis, coup de tête à un collègue de travail) avec l'alcool. A partir du moment où Francis entre aux Alcooliques Anonymes, il parvient à nommer sa jouissance 2, c'est-à-dire à introduire du manque dans sa vie psychique pour réenclencher la dynamique du rapport à l'autre. En fait, c'est en même temps la nécessité d'abstinence que l'exercice de la parole qui ouvre à nouveau à une possibilité du lien social : Francis ne se complète plus par son objet d'addiction, il en parle au lieu de le consommer ; tout en mortifiant l'objet par la parole, il introduit la possibilité du rapport à l'autre chez qui il trouve d'autres satisfactions dont, d'abord, celle de la reconnaissance.

5Ce film est sans doute réussi parce qu'il n'indique aucune recette contre la sortie de l'addiction : il suit, sobrement si l'on peut dire, l'itinéraire singulier d'une sortie et d'un retour dans le lien social. Itinéraire qui passe presque inaperçu à part dans ses manifestations qui dérangent les normes sociales quand le héros du film fait un delirium tremens et qu'on le croit fou. Dans cette scène, dont on laisse au spectateur le loisir de la découvrir, s'éclaire une partie du titre du film qui fait référence à une expression anglaise renvoyant à la difficile expérience du sevrage d'une addiction.

Haut de page

Notes

1 Peut-être a-t-on tout de même un indice dans la scène où Francis boit deux coupes de champagne d'un seul trait quand il découvre que son collègue de travail a réalisé de meilleures performances de ventes, lors d'un cérémonie de remise de prix de son entreprise

2 Toute prise de parole, aux Alcooliques Anonymes, débute par ce même procédé qui consiste à dire avant toute autre chose « Bonjour, je m'appelle X, je suis alcoolique »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Thomas, « Jacques Maillot, Un singe sur le dos », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 01 juin 2010, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1032 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.1032

Haut de page

Rédacteur

Jérôme Thomas

Doctorant en sciences de l'information et de la communication, Université Lumière Lyon 2 (UMR 5206 - « Triangle »

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search