Navigation – Plan du site

Paul Jorion et Grégory Maklès, La survie de l’espèce

François Thoreau
La survie de l’espèce
Paul Jorion, Grégory Makles, La survie de l’espèce, Arte éditions, Futuropolis, 2012, 120 p., ISBN : 9782754807258.
Haut de page

Texte intégral

1Raconter la crise financière sous forme de bande dessinée, voilà l'initiative originale menée par l'anthropologue Paul Jorion et le dessinateur Grégory Maklès. Le sous-titre de l'ouvrage résume bien son ton d'ensemble : « un essai dessiné incisif, humoristique et pas complètement désespéré ». 

  • 1  Paul Jorion, La crise du capitalisme américain, Paris : La Découverte, 2007 (2nde édition parue en (...)

2Il s'agit d'un essai, tout d'abord. C'est-à-dire que, au fil des pages, la bande dessinée retrace une histoire du capitalisme et de la spéculation financière, dont elle propose une interprétation radicalement critique. Tout commence par un rapport de force initial, l'extorsion par le plus fort de la capacité de travail du plus faible. L'histoire, en ce sens, n'est plus qu'un long alignement sur cette loi d'airain qui, aujourd'hui encore et plus que jamais, pour les auteurs, sous-tend le mode de fonctionnement du capitalisme : la domination pure et dure. Le corollaire de cette perspective est la fabrique du consentement par les puissants: toute l'histoire se trame dans l'acceptation forcée, par les dominés, de leur statut de dominés. En outre, l'analyse rejoint certains des ouvrages précédents de Paul Jorion1 sur la crise économique, qui sont régulièrement cités comme un exemple de prédiction de la crise des subprimes et, plus généralement, l'éclatement des bulles spéculatives autour du crédit. À la critique de la domination est donc associée une analyse d'obédience marxiste sur les limites inhérentes au système, à ses contradictions internes qui vont nécessairement le conduire à sa perte.

3Il faut rendre justice à la puissance didactique du récit, qui décrit quelques-uns des mécanismes principaux de la crise qui a éclaté en 2008 et qui, à ce titre, intéressera fortement tout lecteur désireux d’en savoir plus et de comprendre un peu mieux de quoi il retourne. Le choix du format « bande dessinée » s'inscrit donc dans la complémentarité avec le blog de Paul Jorion, où il explique jour après jour les tenants et aboutissants de la crise en des termes accessibles à tout lecteur intéressé.

4L'essai est ensuite dessiné, et d'un dessin « incisif », comme le précise également le sous-titre. Le trait est effectivement très vif. Le dessinateur travaille dans le registre du croquis, ou du dessin de presse, avec un griffonnement rapide et des traits distinctifs sur lesquels il porte une emphase relevant de la caricature. Les caractéristiques principales des personnages sont ainsi mises en exergue d'un grand coup de crayon que l'on sent parfois rageur, empreint d’un sens de l’urgence. Le capitaliste est dépeint avec haut de forme et nœud papillon, sorte de résidu de boursicoteur dégénéré tout droit sorti du XIXème siècle ; c'est la version désincarnée de M. Monopoly. L'industriel a pour seule vocation de mettre au pas les travailleurs, afin de répondre aux injonctions du capitaliste ; il prend les traits d'un général au teint verdâtre. Enfin, les masses laborieuses, si elles ont de la chance, sont représentées sous les apparences d'un personnage « Lego » (les employés) mais, si la fortune les déshérite, sont réduites au statut de machine productive, incarnée par un cheval de trait (les ouvriers). Pour ne pas gâcher la surprise, le lecteur découvrira par lui-même les rôles assignés par Jorion et Maklès à nos leaders politiques, à commencer par Barack Obama. Dans l'ensemble, l'aspect graphique évoque parfois l'univers du groupe fictif « Gorillaz ».

5Quelle est la valeur ajoutée du dessin dans cette entreprise? C'est un support didactique original, ni plus, ni moins. Pour quelqu'un de relativement informé, convaincu par exemple qu'il existe encore des inégalités en ce bas monde, les dessins n'apportent pas un complément d'imaginaire ou ne donnent pas à voir une représentation de la crise spéculative qui soit foncièrement novatrice. Les traits du spéculateur en joueur de Monopoly, ou ceux de l’industriel en chef de guerre, relèvent plutôt de registres convenus. Là où ils sont intéressants, par contre, c'est chaque fois qu'ils permettent un certain humour noir, précisément parce qu'ils grossissent le trait. C'est la troisième caractéristique proclamée de l'ouvrage : son humour. Pour le coup, c'est là que se situe l'intérêt de la forme dessinée, car plusieurs des dessins sont effectivement hilarants, et rendent justice à une forme de dérision féroce, dont l'excès même suscite une ironie amusée. Ce n'est d'ailleurs pas la seule forme d'émotion avec laquelle joue le dessin, qui peut parfois restituer un très fort sentiment de désespoir ou de solitude dans la souffrance.

6La dernière caractéristique annoncée par le sous-titre, « pas complètement désespérée », prête en revanche à caution. Bien sûr, les auteurs ménagent une porte de sortie à leurs dominés, marionnettes aux mains des tireurs de fils capitalistes. Qu'auraient-ils pu faire d'autre? Accepter sans autre forme de procès la résignation ambiante? Renoncer à toute possibilité de faire prise sur ce système? Une telle issue serait inconcevable. Toutefois, après avoir passé la plus grosse partie de l'ouvrage à expliquer que toute vie à déserté les protagonistes principaux de ce capitalisme machiniste, après avoir démontré toute la force implacable de ce système, la porte de sortie ménagée par les auteurs pour nous autres, pauvres jouets aux mains des puissants, n'est absolument pas convaincante. C'est un peu comme si on disait aux passagers du Titanic : « soyez solidaires, on ne sait jamais ». La direction du navire et les éléments déchaînés sont hors de portée, mais chacun est invité à se mettre en ordre avec sa conscience.

7C'est là que se joue l'aspect le plus critiquable de l'ouvrage, qui repose sur une interprétation très psychologisante de la domination. Occupées à leur labeur qu'elles sont, les masses en ont oublié qu'elles ont un jour donné leur consentement, ou que celui-ci leur a été extorqué, bref, qu'il leur est toujours possible de le reprendre et de retrouver la voie de l'autonomie. Il y faut donc une prise de conscience, condition préalable à toute libération. C'est, à notre sens, se refuser la chance d'agir avec tous ceux qui savent très bien ce qui se passe et qui n'ont besoin de personne pour le leur expliquer doctement. Tout au long de l'ouvrage se dégage l'impression parfois très dérangeante d'avoir affaire à une nouvelle eschatologie, qui cantonne le capitaliste à son rôle de capitaliste, l'industriel à son rôle d'industriel, faisant reposer sur les seules épaules des masses laborieuses la responsabilité de la prise de conscience et du changement salutaire. Au fond, dans l'analyse proposée, le capitaliste a fondamentalement le droit d'être ce qu'il est, à savoir une crapule ; déjà, c'est lui qui décide et, de toutes façons, c'est plus fort que lui. En ce sens, c'est peut-être avec les meilleures intentions du monde que le dominé seul dispose d'une capacité de changement, mais il n'est pas interdit d'y voir aussi une forme de violence consommée : à lui la responsabilité de notre devenir.

8Ce bémol mis à part, dans l’ensemble, il convient de ne pas bouder son plaisir. L’ouvrage est une très bonne introduction aux mécanismes du capitalisme contemporain et de la spéculation financière. En outre, une bonne dose d’humour noir n’a, à notre connaissance, jamais fait de mal à personne, et le lecteur éprouve une certaine jouissance libératrice à partager la férocité de l’analyse de Jorion et la rage du trait de Maklès.

Haut de page

Notes

1  Paul Jorion, La crise du capitalisme américain, Paris : La Découverte, 2007 (2nde édition parue en 2008 aux Éditions du Croquant), ainsi que L’implosion. La finance contre l'économie: ce que révèle et annonce la crise des subprimes, Paris : Fayard, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Thoreau, « Paul Jorion et Grégory Maklès, La survie de l’espèce », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 janvier 2013, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10334

Haut de page

Rédacteur

François Thoreau

Aspirant du F.R.S.-FNRS en sciences politiques et sociales, au centre de recherche Spiral, au sein du département de science politique de la Faculté de droit, à l'Université de Liège. Membre fondateur du réseau belge pour les Sciences & Technologies en Société (STS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page