Navigation – Plan du site

Cass R. Sunstein, Anatomie de la rumeur

Célia Poulet
Anatomie de la rumeur
Cass R. Sunstein, Anatomie de la rumeur, Markus Haller, 2012, 192 p., trad. P. Hersant, préf. Fabrice Clément, postf. Stéphane Werly, ISBN : 978-2-940427-16-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Edgar Morin, La rumeur d’Orléans, Seuil, coll. « L’histoire immédiate », Paris, 1969.
  • 2  Jean-Léon Beauvois, Robert-Vincent Joule, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens(...)
  • 3  Les guillemets sont utilisés volontairement, la notion de « démocratie » n’étant pas définie ni di (...)

1Curieux petit livre que celui-ci ; si l’on pense aux travaux fondateurs d’Edgar Morin dans La rumeur d’Orléans1 à la lecture du titre de l’ouvrage de Cass R. Sunstein, on comprend dès les premières lignes que l’ambition de l’auteur se situe davantage du côté de la psychologie sociale pour ce qui est de la discipline, proposant un outil à l’usage des « honnêtes gens » pour reprendre les mots de Jean-Léon Beauvois et Robert-Vincent Joule2. L’objectif de l’ouvrage est double : il s’agit d’une part de comprendre comment il peut y avoir une adhésion à des croyances fausses de la part d’individus supposément éclairés, et d’autre part quels sont les moyens institutionnels (notamment juridiques) de lutte contre la diffusion d’informations fallacieuses pour un bon fonctionnement de « la démocratie »3. Par rumeur, il faut alors entendre « croyance fausse », ou dont, en tout cas, la véracité n’a pas été prouvée ; quant aux modalités de sa diffusion, l’auteur se préoccupe essentiellement de la nouveauté Internet dans la circulation des informations. Tout au long de la lecture, c’est moins un souci scientifique qui anime Sunstein, qu’un problème de gestion de l’information dans un régime représentatif, entre respect d’une liberté d’expression totale et encadrement des dérives du « marché de l’information ».

2S’appuyant sur différentes expériences réalisées par des chercheurs en psychologie et psychologie sociale, Sunstein propose une catégorisation quasi-systématique et à vocation descriptive des rumeurs, des mécanismes psychologiques de leur diffusion, et, en premier lieu, des propagateurs de rumeurs. Ces derniers sont distingués en fonction de ce qui les anime : altruistes, intéressés, croyant en l’information diffusée ou non, c’est avant tout l’intention qui semble les différencier, intention qui peut aller pour l’auteur jusqu’au désir de nuisance, « tout simplement pour blesser » (p. 42). Les groupes ciblés par les propagateurs de rumeur sont cependant décrits à travers des catégories plus nuancées et des mécanismes cognitifs moins teintés d’un certain manichéisme. Premier grand processus psychologique traité par l’auteur, la continuité ou la discontinuité d’une information proposée avec les croyances préalables d’un individu : on sera plus à même d’adhérer à une proposition quelconque si celle-ci ne contredit pas voire confirme quelque chose que l’on pensait vrai auparavant.

3Partant de cet axiome, l’auteur décrit trois grands processus à l’œuvre dans la diffusion des rumeurs. En premier lieu, les « cascades informationnelles » : plus le nombre d’individus qui croit en une information donnée est grand, plus les nouvelles adhésions à cette même information croissent, la croyance du plus grand nombre étant gage psychologique de véracité. En second lieu, « les cascades de conformité » consolident les cascades informationnelles, décrivant le processus par lequel on suppose que l’avis des autres est nécessairement le bon, créant une pression du groupe de pairs, une pression du conformisme. Enfin, troisième grand mécanisme, le phénomène de la « polarisation de groupe ». Sunstein s’appuie sur une expérience réalisée en 2005 sur le « processus démocratique » (p. 71). Faisant discuter les participants entre eux dans le cas de groupes formés sur la base de la proximité de leurs positions politiques, les chercheurs avaient montré qu’à l’issue de la discussion, les positions des individus s’étaient durcies, se radicalisant dans l’interaction sociale et renforçant les certitudes préexistantes. Le jugement du groupe se fait alors plus sévère que la somme des jugements individuels, mécanisme central dans la diffusion et l’acceptation des rumeurs.

4On conçoit aisément à quel point ces phénomènes se retrouvent amplifiés à l’échelle du gigantesque par Internet qui se fait le relais par excellence de la rumeur. En toile de fond, Sunstein s’interroge sur la place de l’information ‑ et de l’information erronée ‑ dans l’avènement d’un nouveau type de société de la surveillance, et des effets de la « libre circulation des idées » sur « la vérité » (p. 129). La métaphore économique parcourt tout l’ouvrage de Sunstein, car c’est bien d’une approche régulative dont il s’agit ici : comment articuler liberté totale d’expression et préservation du débat démocratique ? L’auteur présente et discute différentes outils élaborés par les institutions étatsuniennes pour lutter notamment contre la diffamation, au premier rang desquels les effets d’intimidation juridiques. Les grandes difficultés éthiques qui sont soulevées par la protection contre la diffamation dans le droit constitutionnel reposent essentiellement sur des traitements différenciés selon qu’il s’agit de personnages publics, de citoyens lambda : on punit dans un cas la malveillance, dans l’autre la négligence dans le traitement de l’information. La tension est grande entre préservation des réputations et principe d’une liberté totale d’expression et c’est ce qui préoccupe l’auteur, soucieux de faire éclater la « vérité » contre le mensonge dans la circulation de l’information.

5Cet ouvrage est intrigant à plusieurs titres, oscillant en permanence entre une visée très descriptive, parfois presque caricaturale à force d’être catégorique, et un questionnement sur la formation des citoyens sous le régime de la démocratie aux États-Unis. L’approche économique de l’information pousse l’auteur à décrire la circulation des savoirs sous le modèle du marché, et à mobiliser une vision assez binaire des relations sociales : ainsi, on est progressiste ou conservateur, altruiste ou avec volonté de nuire, la vérité s’opposant au mensonge et l’appellation « démocratique » peu questionnée. Pourtant, tout l’intérêt de l’ouvrage repose précisément sur le dépassement de ces catégories, concluant dans ses dernières lignes que « le libre marché des idées s’avère parfois incapable de faire triompher la vérité » (p. 167). On peut alors imaginer, sur la base des outils proposés par Sunstein, de repenser la circulation des savoirs non pas sous la loi de l’offre et de la demande, mais en la complexifiant au regard de la diversité des expériences sociales qui poussent les individus à adhérer à des discours, mais aussi à en changer au gré de leurs parcours sociaux.

Haut de page

Notes

1  Edgar Morin, La rumeur d’Orléans, Seuil, coll. « L’histoire immédiate », Paris, 1969.

2  Jean-Léon Beauvois, Robert-Vincent Joule, Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens, Presses Universitaires de Grenoble, 2002.

3  Les guillemets sont utilisés volontairement, la notion de « démocratie » n’étant pas définie ni discutée dans l’ouvrage, et correspondant dans son usage aux régimes politiques représentatifs occidentaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Poulet, « Cass R. Sunstein, Anatomie de la rumeur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 09 janvier 2013, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10335

Haut de page

Rédacteur

Célia Poulet

Docteur en sociologie, ATER à l’ENS de Lyon. Membre du Centre Max Weber et chercheur associé au LAMES/MMSH.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page