Navigation – Plan du site

Benjamin Stora, Linda Amiri (dir.), Algériens en France. 1954-1962 : la guerre, l’exil, la vie

Mathilde Pette
Algériens en France
Benjamin Stora, Linda Amiri (dir.), Algériens en France. 1954-1962 : la guerre, l'exil, la vie, Éditions Autrement, 2012, 223 p., préface de Luc Gruson, ISBN : 978-2-7467-3306-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  On découvre notamment des archives du Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigratio (...)

1Les éditions Autrement publient ici le catalogue de l’exposition Vies d’exil, 1954-1962. Des Algériens en France pendant la guerre d’Algérie, qui se tiendra à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (Paris) jusqu’en mai 2013. Un ouvrage où s’entremêlent archives1, photographies, affiches et témoignages mis au regard de contributions de chercheurs, historiens, sociologues, politistes et démographes.

  • 2 On pense notamment à Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie T (...)
  • 3 « La vie quotidienne » ; « le rapport à la société française » ; « la passion du politique » ; « vi (...)

2Alors que commémorations, événements et publications2 se sont bousculés au cours de l’année 2012 à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, obtenue après les Accords d’Évian du 18 mars 1962, l’exposition se consacre quant à elle aux immigrés venus des territoires colonisés jusque sur le territoire métropolitain pendant la Guerre d’Algérie, entre 1954 et 1962. Si le conflit s’est principalement déroulé dans les départements français d’Algérie, entre l’État français et son armée d’une part, et les indépendantistes algériens d’autre part, il s’est aussi manifesté sur le territoire métropolitain. La présence de nombreux immigrés algériens, alors dénommés les « Français musulmans d’Algérie », y est pour beaucoup. En 1954, quand débute la guerre d’Algérie, ils sont plus de 250 000 à être présents en France métropolitaine. Après les Italiens et les Espagnols, il s’agit alors de l’immigration la plus importante qui entretient une relation toute singulière avec la France et la population française du fait de l’histoire coloniale. C’est le quotidien de cette population que l’exposition explore au fil de six rubriques3 qui ponctuent également l’ouvrage.

  • 4  Voir aussi à ce sujet les documentaires de Yasmina Adj, Ici, on noie les Algériens et de Jacques P (...)
  • 5  J.-R. Genty, Les étrangers dans la région du Nord. Repères pour une histoire régionale de l’immigr (...)
  • 6  Ibid, p. 213.

3Le rapport au fait politique apparaît comme le fil rouge de ce livre. Les contributeurs reviennent en effet sur les formes du militantisme indépendantiste en France métropolitaine. Le 17 octobre 19614 tient ici une place particulière. Jean-René Genty souligne que « l’immigration fut à la fois un réservoir de cadres politiques, de militants aguerris et une importante source de financement pour la cause nationale »5. Pendant la période de la guerre d’Algérie, les « Français musulmans d’Algérie » sont perçus comme des ennemis de l’intérieur. Ils font l’objet d’une forte répression policière ainsi que de violences xénophobes. Le conflit s’exporte sur le territoire métropolitain, entre Français et Algériens mais aussi entre Algériens (ce que l’ouvrage ne permet pas de saisir dans toute sa complexité). On voit ainsi comment la période de la guerre d’Algérie participe à la construction de l’image de l’immigré algérien comme « archétype de l’élément asocial » selon l’expression de Jean-René Genty6. D’autres contributions reviennent quant à elles sur les prises de position politique des principaux partis de la droite et de la gauche française au sujet de la guerre d’Algérie et sur l’engagement de militants français en faveur de l’indépendance.

4Le lecteur pourra s’étonner de ne pas voir davantage traité le rapport des immigrés venus d’Algérie au travail et aux employeurs, alors même qu’il existe un lien structurel entre immigration algérienne et immigration de travail. En effet, dès le début du XXe siècle, cette immigration est d’abord une immigration de travail (parmi les immigrés algériens, plus de neuf personnes sur dix est un homme) encadrée par le Service Social de la Main d’Œuvre Étrangère(SSMOE) qui organise entre 1919 et 1937 la venue en France métropolitaine de nombreux travailleurs étrangers. La Société Générale d’Immigration, créée au début des années 1920, est composée d’organismes patronaux et s’occupe quant à elle du recrutement. Après la Seconde Guerre Mondiale, l’immigration est encadrée par l’Office National de l’Immigration (ONI) créée par l’ordonnance du 2 novembre 1945 ainsi que par l’Office Algérien de la Main d’Œuvre(OFAMO) créé en 1956 et qui a pour mission d’encadrer le recrutement et l’arrivée sur le territoire français des travailleurs en provenance d’Algérie. Les principaux secteurs d’emploi sont alors la sidérurgie, la métallurgie, la chimie, l’industrie mécanique, l’industrie textile, le bâtiment et plus faiblement les mines. Ce n’est qu’à partir des années 1950 que le regroupement familial permet progressivement aux immigrés de faire venir en France métropolitaine femmes et enfants (ils ne sont que 20 000 en 1954).

  • 7  Source : Insee, recensement 2009, exploitation principale.

5Au-delà des spécificités induites par la séquence temporelle étudiée, le présent ouvrage permet plus largement de relire l’histoire de l’immigration algérienne en France ainsi que les relations franco-algériennes. Si l'ouvrage n'est pas à proprement parler une prétention académique, il participe amplement à l'entreprise de diffusion de la connaissance et de mémoire engagée par la Cité nationale de l’histoire de l’immigration. L’exposition et l’ouvrage trouvent ici un intérêt contemporain car en représentant plus de 13% des immigrés présents sur le territoire français7, l’immigration algérienne est aujourd’hui la plus importante en France et reste une immigration « pas comme les autres », marquée du sceau de la colonisation et du conflit de la guerre d’Algérie qui a engagé les deux pays.

Haut de page

Notes

1  On découvre notamment des archives du Musée national de l’histoire et des cultures de l’immigration, de la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, du Centre historique minier du Nord Pas-de-Calais, d’archives départementales, de journaux (Témoignage chrétien ou encore Paris Match), de la préfecture de police de Paris ainsi que des archives provenant de collections particulières.

2 On pense notamment à Abderrahmane Bouchène, Jean-Pierre Peyroulou, Ouanassa Siari Tengour, Sylvie Thénault (dir.), Histoire de l’Algérie à la période coloniale, 1830-1962, La Découverte, 2012 ; M. Péju, P. Péju, Le 17 octobre 1961 des Algériens. La triple occultation d’un massacre, La Découverte, 2012 ; G. Pervillé, La guerre d’Algérie (1954-1962), PUF, 2012 ; M. Sifaoui, Histoire secrète de l’Algérie indépendante, L’Etat-DRS, Nouveau Monde, 2012 ; H. Souaïdia, La sale guerre. Le témoignage d’un ancien officier des forces spécialistes de l’armée algérienne, La Découverte, 2012  (http://lectures.revues.org/8657); B. Stora, Histoire de l’Algérie. XIXe-XXe, La Découverte, 2012 ; Stora B., La Guerre d’Algérie expliquée à tous, Seuil, 2012 ; B. Stora, T. Quemeneur, Algérie 1954-1962 - Lettres, carnets et récits des Français et des Algériens dans la guerre, Les Arènes, 2012.

3 « La vie quotidienne » ; « le rapport à la société française » ; « la passion du politique » ; « vie culturelle, littéraire et artistique » ; « 17 octobre 1961 » ; « l’indépendance et après ? ».

4  Voir aussi à ce sujet les documentaires de Yasmina Adj, Ici, on noie les Algériens et de Jacques Panijel Octobre à Paris, tous les deux sortis en salle en 2011.

5  J.-R. Genty, Les étrangers dans la région du Nord. Repères pour une histoire régionale de l’immigration dans le Nord Pas-de-Calais (1850-1970), L’Harmattan, 2009, p. 122.

6  Ibid, p. 213.

7  Source : Insee, recensement 2009, exploitation principale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Pette, « Benjamin Stora, Linda Amiri (dir.), Algériens en France. 1954-1962 : la guerre, l’exil, la vie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 10 janvier 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10355

Haut de page

Rédacteur

Mathilde Pette

Docteure en sociologie, ATER. Laboratoire Clersé, Université Lille 1.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page