Navigation – Plan du site

Élisabeth Pélegrin-Genel, Des souris dans un labyrinthe. Décrypter les ruses et manipulation de nos espaces quotidiens

Philippe Lorenzo
Des souris dans un labyrinthe
Elisabeth Pélegrin-Genel, Des souris dans un labyrinthe. Décrypter les ruses et manipulations de nos espaces quotidiens, Paris, La Découverte, 2012, 176 p., 1ère ed. 2010, ISBN : 9782707174772.
Haut de page

Texte intégral

1Le titre éveille la curiosité, l’entame de la quatrième de couverture préfigure un contenu à la hauteur de nos questionnements : c’est vrai, pourquoi voit-on les cuisines de chez McDo là où, d’une manière générale, les autres restaurants les cachent? Réédition de l’ouvrage paru en 2010, Des souris dans un labyrinthe, revisite nos espaces de vie quotidiens, espaces que notre modernité affranchit des distinctions passées, et qui, dans leur majeure partie, sont devenus des espaces de consommation et/ou de contrôle, revendiqués ou cachés. En quatre parties, d’inégales importantes, Élisabeth Pélegrin-Genel nous emmène de l’espace le plus large, celui de la ville et des transports, au plus intime, celui de notre habitation, en passant par celui virtuel d’internet.

2La première partie, « un espace sans frontières », explore ce que l’auteur appelle « la fluidité de l’espace » par la disparition d’oppositions : ville/campagne, jour/nuit, public/privé, et donc son indifférenciation. Le maître mot de cet espace construit notre modernité est « automobilité » : pratique sociale qui consiste à ne pouvoir traverser un espace qu’en voiture et dans lequel la distance ne se compte plus kilomètres, mais en unités de temps. Être mobile est la norme obligatoire, « nous sommes (définitivement ?) une société qui se pense sur quatre roues », estime l’auteur (p. 25)

3La campagne, « banlieue infinie irriguée par un réseau routier entrelardé de ronds-points » (p. 28) en est partie intégrante. Mais une campagne propre, silencieuse, sans odeur, où habiter serait le rêve de 80 % des Français ; alors que la ville serait ce lieu de non-droit, de violence, de quartiers non-sécuritaires. La nécessité pour les nantis est alors de vivre dans des gated communities, villes gardées et accessibles uniquement à leurs habitants.Car l’espace joue sur les comportements et le bien-être des populations. L’auteur rappelle ainsi combien les palais, hôpitaux, les bibliothèques les écoles, etc. jouent de ces fonctions d’autorité, de soumission ou de transmission.

4Mais l’espace que notre société a construit est un espace voué à la consommation : aires de service des autoroutes, aéroports, gares, etc., espaces dupliqués, non lieux, emprunt à Auger, où la valeur qui prédomine est celle de la consommation. C’est sur cette idée que s’ouvre la deuxième partie : « la mise en scène d’espaces à consommer sans modération », évoque les subterfuges des espaces de consommation pour séduire le consommateur. Sont ici pointés les « mondes enchantés » où l’espace est mis en scène dans l’objectif de rentabilité du chiffre d’affaires : les musées qui se transforment en boutiques, les grands magasins, les boutiques de luxe qui s’inspirent des galeries d’art et mettent en spectacle leurs marchandises. Mais participent aussi de la mise en scène les expositions universelles, Disneyland, jusqu’à Paris-plage, au Club Med, Center parcs ou tutti quanti ; espaces comme à Las Vegas « où l’artificiel s’appuie sur l’authentique et transforme l’authentique en artificiel » (p. 94).

5La troisième partie, « la mise en scène de la transparence », montre le cœur d’une société moderne qui banni le caché pour le plus-que-visible, l’opaque pour le transparent. Les murs d’enceinte des villes, les murs entourant les maisons ont disparu au profit du grillage ou du barbelé qui délimitent et sécurisent en laissant voir. Car pour notre société, transparence et surveillance sont les deux piliers de la sécurité. L’open space, le bureau paysager repose sur le même concept en ce qu’ils permettent dans l’organisation et l’espace de travail le contrôle absolu de l’autre, mais aussi l’autocontrôle. Nous nous trouvons alors dans cette nouvelle sorte de panoptique, comme dans les restaurants McDonald’s, mais aussi dans le bureau de poste ou dans la file d’attente aux caisses : les uns sous le regard des autres, l’employé sous le double regard du chef et du client.

6Enfin, dans la dernière partie, « la mise en scène de soi et la fin de l’intimité », l’auteur s’interroge en deux cours chapitres sur notre espace quotidien le plus intime qu’est la maison, d’une part, dans les espaces virtuels, d’autre part. La maison est-elle d’ailleurs le dernier espace refuge de l’intimité, puisqu’on s’y donne à voir ? Certainement, affirme l’auteur, mais les comportements ont changé, marketing et publicité à l’appui : « l’habitat absorbe notre ambivalence,  nos oscillations entre le désir de s’exposer et celui de disparaître dans une niche confortable. » (p. 157). Le logement répond ainsi à la fluidité et au besoin de transparence de ce qu’est devenu notre espace, pour se rapprocher, peut-être, de ceux photographiés dans les pages des magazines. Quand elle aborde l’espace virtuel qu’est Internet, Élisabeth Pélegrin-Genel referme en quelque sorte la boucle de nos espaces. L’espace virtuel est devenu une nouvelle dimension de notre quotidien. Nous sommes ou allons devenir les cyborgs, ces êtres qui traversent le cyber-espace, parce qu’espaces réels et virtuels sont en train de se confondre. Et de nous mettre en garde : alors que nous voulons effacer notre singularité dans notre quotidien matériel, nous laissons, et très souvent à notre corps défendant, une multitude de traces dans l’espace virtuel.

7Cependant, si l’on apprend ici ou là des choses, qui permettent éventuellement de réfléchir sur nos propres comportements, une certaine déception pointe lorsque l’on voudrait avoir plus d’éléments ou les preuves qui fondent le discours de l’auteur. Pour intéressantes qu’elles soient, telle conversation surprise dans le train (p. 23), telle observation au jardin public (p. 43), ou à l’entrée dans Notre-Dame de Paris (p. 57), ou encore les voyages à Las Vegas de l’auteur (p. 91), fleurent plus l’anecdote que l’observation structurée. Une démonstration réellement scientifique et argumentée des propos fait défaut, mais peut-être n’était-ce pas là après tout l’objectif de l’auteur. Architecte, urbaniste et psychologue du travail, Élisabeth Pélegrin-Genel fait plus ici œuvre d’essayiste, et incite finalement le lecteur à prolonger sa réflexion par la lecture de ses autres ouvrages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Lorenzo, « Élisabeth Pélegrin-Genel, Des souris dans un labyrinthe. Décrypter les ruses et manipulation de nos espaces quotidiens », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 janvier 2013, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10359

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page