Navigation – Plan du site

Jean-Louis Fournel, Jacques Guilhaumou, Jean-Pierre Potier (dir.), Libertés et libéralismes. Formation et circulation de concepts

Célia Poulet
Libertés et libéralismes
Jean-Louis Fournel, Jacques Guilhaumou, Jean-Pierre Potier (dir.), Libertés et libéralismes. Formation et circulation des concepts, Lyon, ENS Éditions, coll. « Gouvernements en question(s) », 2012, 445 p., ISBN : 978-2-84788-346-6.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif pluridisciplinaire s’attache au nécessaire exercice d’une généalogie du concept de liberté – ou plus exactement des concepts de libertés – et d’une histoire de ses usages politiques à travers les doctrines se réclamant du libéralisme ou pouvant être décrites comme libérales. L’objectif central proposé par Jean-Louis Fournel, Jacques Guilhaumou et Jean-Pierre Potier dans l’introduction de cet imposant volume est celui d’une déconstruction des liens philosophico-politiques entre la pensée de « la liberté », problématique fondatrice de la philosophie, et l’analyse des « libéralismes », qui correspondent davantage à des corps de doctrines politiques ou économiques. Dans cette archéologie des idées politiques, il faut donc distinguer pour mieux les analyser ensemble, les discours savants d’un côté et les évènements de l’autre, c’est-à-dire l’adaptation d’un discours savant à la vie politique à travers une approche historique, afin de « mettre à jour les impensés du libéralisme » (p. 8). L’ouvrage s’articule en trois grandes parties : « Libertés », « Démarcations », « Expériences », reflétant la volonté des auteurs de distinguer entre concept philosophique et expériences historiques d’un modèle politique, et surtout de ne pas réduire l’ensemble des possibles ouverts par la pensée de la liberté aux choix historique des modèles libéraux.

2La première partie de l’ouvrage se situe déjà dans ce regard croisé entre histoire et philosophie. Ainsi, la première contribution de Jean-Claude Zancarini et Laurent Biaggioni entre-t-elle directement dans le vif de cette ambition méthodologique, montrant les liens entre la mobilisation de la libertas au service de la revendication de l’autonomie florentine face à la présence romaine et aux pressions pontificales. Pendant plus de trois siècles, le concept de liberté, fondateur de la forme gouvernementale florentine, se voit discuté – notamment entre Machiavel et Guichardin – pour finalement être réutilisé par Charles Quint, concédant à Florence une indépendance totale vis-à-vis des puissances étrangères … à l’exception de l’Empire !

3Ce parti pris méthodologique permet dans les contributions suivantes une relecture des grands penseurs de la liberté à l’aune de leurs contextes politiques de production. Pierre Dockès dessine dans « Hobbes, la peur et le lien social », un portrait du concept de liberté dans la pensée contractualiste hobbesienne. Inséparable de sa théorie de l’État, la liberté trouve sa condition d’existence dans la sortie de l’état de nature mais se trouve compromise par le scepticisme de Hobbes à l’égard de la viabilité « naturelle » d’un lien social coopératif sans l’utilisation politique de la peur. Claude Gautier met également en relation la critique du républicanisme chez Hume avec la popularité au XVIIIe siècle du thème du rapprochement entre corruption et Constitution au Royaume-Uni. On pourrait presque parler d’anthropologie humienne tant l’interrogation centrale du philosophe se situe dans l’articulation entre réflexion sur la nature humaine, propice à préférer le circonstancié, la passion, l’intérêt immédiat, et une forme gouvernementale, qui, pour ne pas succomber à la tyrannie, doit s’inscrire dans une ambition universaliste.

4Alain Clément explore le discours des économistes libéraux à l’encontre des pratiques coloniales sous l’Empire Britannique entre 1750 et 1815. À un moment où l’Empire se voit réduit de la plupart de ses colonies américaines, la question de la liberté des peuples se fait de plus en plus centrale dans le discours des économistes libéraux, qui ne voient, Smith et Burke en tête, qu’un intérêt mercantile dans l’exploitation coloniale, violant les principes fondamentaux de la libre concurrence, mais, surtout, un obstacle insupportable à l’affranchissement des peuples colonisés. L’approche économique ne se départit pas, en ce sens, d’une philosophie libérale portant un discours sur la nature même de tous les hommes à être libres. Ce lien complexe entre économie et éthique est également au cœur de l’article de Gérard Klotz sur les discours libéraux (et plus particulièrement le modèle physiocrate) et leur discussion au XVIIIe en France, rappelant que l’émergence du libéralisme aux XVIIe et XVIIIe siècles s’inscrit dans une imagination politique et économique proposant une alternative au système des privilèges. La réflexion sur le libéralisme économique est prolongée dans l’article de Christine Fauré sur les théories de l’Abbé Sieyès, s’opposant aux travaux d’Adam Smith au nom d’un principe humaniste visant à rendre à l’ouvrier la part d’initiative qui lui revient dans la production des biens.

5Si le libéralisme économique tend à s’intéresser à la liberté des échanges et à la garantie de l’équité entre les acteurs, le libéralisme politique prend pour cheval de bataille la fabrication de citoyens libres – plutôt qu’égaux. Ainsi Annie Léchenet présente les deux positions adversaires des pères fondateurs des États-Unis Jefferson et Madison, et l’ambivalence de l’interprétation historique dans leurs discours. Là où Jefferson se méfie de l’exécutif à l’encontre du peuple gouverné, Madison, lui, se méfie du législatif comme émanation du pouvoir du peuple. À l’origine des divergences entre ces deux hommes qui sont pourtant ensemble les fondateurs du même Parti Républicain, se trouve un rapport différencié aux concepts de République, de droits fondamentaux, de citoyenneté, Jefferson se montrant par exemple sceptique à l’égard de la République en ce qu’elle n’aurait fonctionné que dans les temps antiques ou dans de petites villes (comme Florence). L’émergence du mot « individualisme » est par la suite interrogée par Marie-France Piguet à travers les débats politiques sur la liberté individuelle au XIXe siècle, rappelant que le terme a tout d’abord été utilisé dans un sens péjoratif comme exaspération de la liberté individuelle, pouvant conduire au chaos social avant que Benjamin Constant ne milite pour une réhabilitation du terme, expression pour lui de la seule forme juste de société.

6La deuxième partie de l’ouvrage s’intéresse aux démarcations proposées par différents penseurs et/ou expériences historiques à partir des débats initiés entre les XVIIIe et XIXe siècles, en commençant par une exploration du rapport au libéralisme de Hegel dans un article de Philippe Soual. L’éthique libérale hégélienne du pouvoir consiste en la pensée d’un pouvoir permettant l’expression de la liberté, droit naturel de l’individu, mais qui doit s’exprimer dans le cadre d’une société policée et étatisée, garantissant l’exercice du droit et du devoir réciproques du citoyen libre. La défense de la liberté individuelle comme droit naturel et indispensable structure également la pensée de Boris Nikolaevitch Tchitchérine (1828-1904), discutée dans texte de Sylvie Martin. Résolument occidentaliste, Tchitchérine fait la critique de la théorie socialiste parfois au prix d’une tentation évolutionniste, le modèle occidental lui semblant le « chemin unique du progrès » et le pouvoir royal comme phase nécessaire et intermédiaire de sortie de l’anarchie. L’aversion du penseur russe à l’égard du socialisme est encore une fois à rattacher à son contexte historique et politique, où la chute de la République en France en 1848 lui apparaît comme le fait des forces socialistes. Ainsi, la liberté apparaît comme valeur suprême de fondement du droit, et seule garantie contre l’arbitraire du pouvoir, destinant toute autre voie que le libéralisme à l’échec puisqu’en contradiction avec la nature libre de l’homme.

7Jean-Christophe Angaut poursuit l’investigation à travers l’interrogation des liens entre anarchisme et libéralisme, posant comme remarque préliminaire l’indétermination définitionnelle qui caractérise les deux concepts, et les points communs qui les rapprochent : refus du pouvoir coercitif de l’État, primauté du niveau individuel de l’action, liberté comme valeur première. Encore une fois, ce sont des contextes différenciés qui permettent de décrire les variations des doctrines et des concepts, le libéralisme étant marqué par la chute du système féodal, tandis que l’anarchisme s’inscrit davantage du côté du mouvement ouvrier. L’hybridation des concepts et des doctrines est également l’objet de l’article de Jean-Pierre Potier sur les travaux de Léon Walras, économiste « socialiste libéral », décrivant en 1907 le « système qui prépare et assure la paix : justice sociale, rachat des terres, libre échange » (p. 279). Thibaut Rioufreyt s’attache à décrire les mouvements doctrinaux de la gauche contemporaine à travers le concept de « social-libéralisme », autour de l’idée d’un marché « vertueux » mais devant être régulé pour maintenir son autonomie. Enfin, dernière contribution de cette seconde partie « démarcations », Michel Senellart porte son regard sur le rapport complexe de Foucault à l’État de droit, l’obéissance qui en découle apparaissant au philosophe comme fin en soi du pouvoir souverain des individus.

8La troisième et dernière partie de l’ouvrage, « expériences », voit la focale se déplacer sur des travaux davantage historiques, autour de l’application des doctrines libérales et de leur variété. Julie Grandhaye ouvre le bal dans son article sur le mouvement décembriste en Russie, entre 1801 et 1825, soulignant la contribution méconnue de la Russie impériale à l’élaboration d’une culture libérale en Europe, à travers la figure de Pavel Pestel, pionnier des mouvements révolutionnaires d’émancipation paysanne. Gilles Pollet se penche ensuite sur l’influence des réseaux libéraux dans la construction d’un État solidariste en France, dessinant une oscillation entre République conservatrice et République solidariste, aboutissant à un relatif consensus porté par Waldeck-Rousseau : il faut régler les questions sociales sans excès d’interventionnisme.

9Les partis libéraux allemands connaissent un chemin différent dans l’entre-deux-guerres, connaissant leur apogée sous la République de Weimar avec plus d’un million d’adhérents pour le SPD, pour finalement faire face à un déclin de l’influence du parti dès 1925, notamment du fait du manque de soutien des syndicats (texte de Horst Möller). Hélène Miard-Delecroix reste en terre germanique, analysant le débat mêlant la question des libertés publiques à celle des droits fondamentaux, qui anime le champ politique allemand dans les années 60 et 70 face à la pression de mouvements contestataires, méfiants vis-à-vis de l’État. La tension entre droits et libertés est également évoquée dans l’article de Keith Dixon sur le cercle de Saint-Andrews, groupe étudiant conservateur : précurseur et défenseur d’un marché libéral, annonciateur du thatchérisme, la tendance néolibérale s’articule ici avec un soutien sans faille aux colons blancs d’Afrique du Sud, élément oublié des biographes du mouvement néolibéral au Royaume-Uni et complexifiant l’analyse classique de son émergence. Dans le dernier article du recueil, Hélène Richard s’intéresse à la propriété privée en Russie postcommuniste et montre que la mise en place d’un « code du Logement » a correspondu, pour les institutions gouvernementales, un moyen de pousser les propriétaires à se conformer à la norme contractuelle voulue par l’État, dessinant de nouveaux arrangements entre les groupes socioéconomiques après la chute du modèle soviétique.

10On regrettera à la lecture de cet ouvrage l’absence d’une conclusion générale, qui permettrait un retour synthétique sur les contributions, complexes et érudites, qui le composent. En effet, si le livre propose une cartographie des concepts de libertés et de libéralismes, riche et passionnante par la multiplicité des approches (historiques, économiques, philosophiques, politistes pour la plupart), on aurait sans doute apprécié de trouver quelques mots de synthèse essayant de tisser entre eux entre les apports de chacun des articles. Néanmoins, ce livre répond à son ambition énoncée dès l’introduction : proposer une analyse conjointe des théories de la liberté à une histoire des libéralismes, où l’on retiendra que si les frontières entre discours savants et discours politiques sont poreuses, l’histoire et les contextes socio-politiques ont autant d’influence sur l’évolution des théories que l’inverse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Poulet, « Jean-Louis Fournel, Jacques Guilhaumou, Jean-Pierre Potier (dir.), Libertés et libéralismes. Formation et circulation de concepts », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 janvier 2013, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10360

Haut de page

Rédacteur

Célia Poulet

Docteur en sociologie, ATER à l’ENS de Lyon. Membre du Centre Max Weber et chercheur associé au LAMES/MMSH.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page