Navigation – Plan du site

Éloi Laurent & Jacques Le Cacheux, Économie de l’environnement et économie écologique

Guillaume Arnould
Economie de l'environnement et économie écologique
Eloi Laurent, Jacques Le Cacheux, Economie de l'environnement et économie écologique, Armand Colin, coll. « cursus. economie », 2012, 214 p., ISBN : 978-2-200-27221-0.
Haut de page

Texte intégral

1Éloi Laurent et Jacques Le Cacheux nous livrent ici un manuel particulièrement novateur. Alors que l’exercice et le format relativement condensé de ce type d’ouvrage ne laissent en général que peu de place à l’originalité, les deux auteurs parviennent à exposer de manière approfondie l’ensemble des apports de l’analyse économique aux questions environnementales. C’est d’ailleurs un domaine dans lequel ils ont produit de nombreuses recherches très intéressantes au sein de l’Observatoire Français des Conjonctures Économiques (OFCE). Voici donc présenté ici le fruit d’un travail combinant à la fois les apports théoriques les plus récents et la capacité à s’adresser à un large public.

2Éloi Laurent, dont la thèse a été dirigée par Jacques Le Cacheux, est à l’origine de l’importation en langue française d’un courant qui renouvelle profondément l’approche économique des questions environnementales : l’économie écologique. Celle-ci est abordée dans la seconde partie de l’ouvrage et met en perspective les apports désormais bien connus de l’économie de l’environnement traditionnelle. Cette dernière fait l’objet de la première partie du livre. L’ensemble est présenté de manière pédagogique en divisant les parties en deux thèmes : analyses et politiques d’une part et défis et débats de l’autre.

3Après avoir posé le cadre historique et intellectuel en introduction, ce manuel vise à éclairer à la fois le dépassement du piège malthusien et les problèmes actuels que ce constat pose. En effet, alors que la pensée économique classique a longtemps considéré de manière pessimiste l’augmentation de la population et de la production comme risquant de provoquer malnutrition et surexploitation de ressources ; l’approche néo-classique a montré tant aux niveaux microéconomique que macroéconomique que l’accroissement de richesse était possible tout en tenant compte de la rareté des ressources naturelles. Aujourd’hui pourtant, l’impact de l’activité humaine sur l’environnement et en particulier en termes de changement climatique rend nécessaire la mobilisation d’outils intellectuels variés pour mieux en saisir les enjeux.

4Les analyses économiques issues de l’économie de l’environnement ont mis en valeur plusieurs points clés. Ainsi un problème essentiel est celui de la propriété des biens issus de la nature. Le fait que la plupart des individus puissent en disposer sans réelles limites entraîne des phénomènes de surexploitation ou de passager clandestin : chacun a intérêt à en profiter en laissant d’autres les entretenir. On constate également que le simple fait de posséder des ressources naturelles abondantes et recherchées ne se traduit pas systématiquement par un accroissement des richesses (le mal hollandais). Le mécanisme de marché semble inopérant en la matière et l’intervention étatique extrêmement complexe à la fois pour valoriser et protéger ces biens. Il faut donc prendre en compte les arrangements institutionnels mis en place pour protéger et exploiter efficacement l’environnement : on retrouve ici les apports d’Ostrom sur les biens communs (gérés par une collectivité identifiée), ceux de Tiebout sur les biens collectifs locaux (limités à une collectivité géographiquement délimitée) ou ceux de Buchanan sur les biens clubs (gérés par un groupe exclusif). De même, le livre de Laurent et Le Cacheux explicite l’intérêt des analyses en termes d’externalité ou de coût social pour penser l’aspect économique de la gestion des ressources naturelles.

5Suit alors un exposé des politiques découlant de l’économie de l’environnement. Les auteurs présentent ainsi les méthodes de valorisation des ressources naturelles ou l’application du calcul coût-bénéfice à l’environnement. Cela soulève les limites évidentes d’une appréciation purement économique des services rendus par la nature qui combinent à la fois une valeur d’usage directe telle que l’alimentation, et une valeur de non-usage d’existence comme l’altruisme envers l’environnement. Ainsi l’économie peut apporter des éléments d’aide à des décisions telles que la construction d’infrastructures … mais avec une incertitude très élevée. D’où un développement de techniques de valorisation utilisées dans le domaine financier (les options) ou technologique (le principe de précaution). Par ailleurs Laurent et Le Cacheux reviennent sur l’outil fondamental de valorisation du futur qu’est la méthode d’actualisation et qui permet l’arbitrage temporel entre préférence pour le présent ou le futur. Ces politiques sont illustrées par les démarches concrètes mises en œuvre comme les réglementations contraignantes, les taxes et subventions environnementales ou les marchés de permis d’émission.

6En abordant les défis et débats, les auteurs traitent des questions de société et des controverses sur l’énergie, l’agriculture, la gestion des ressources naturelles épuisables, l’emploi « vert » ou la gouvernance environnementale mondiale. Le prisme de l’analyse économique permet de mieux en comprendre les enjeux sans pour autant y apporter de réponse univoque. Cette partie de l’ouvrage relève de l’économie appliquée puisqu’elle mobilise les modèles théoriques exposés précédemment pour apprécier leur pertinence. À l’aide de différentes données très récentes sur des cas pratiques (par exemple : les stocks de poissons), l’ouvrage fournit une illustration claire de l’impossibilité de régler de manière simple des problèmes aussi complexes. On peut d’ailleurs regretter l’usage de statistiques dont la construction comporte de nombreuses limites méthodologiques et intellectuelles (par exemple : que signifie valoriser une forêt ?).

7C’est en traitant dans la deuxième partie de l’économie de l’écologie que ce livre réalise le meilleur plaidoyer imaginable pour l’intérêt d’une lecture économique des questions environnementales. Véritable approfondissement de l’économie de l’environnement en ce qu’elle en partage des postulats (rareté, capacité de calcul rationnel des agents, rôle des inégalités économiques etc.) et y apporte une focale originale (la centralité de la soutenabilité du développement économique), l’économie écologique développe une vision systémique des liens entre environnement et richesse. Comme le montrait déjà Social écologie d’Éloi Laurent, ce courant prolonge l’analyse d’Elinor Ostrom sur la capacité d’arrangements institutionnels à offrir des solutions aux contraintes rencontrées. Ce sont donc de nouvelles thématiques écologiques que l’économiste peut éclairer : la construction d’indicateurs de richesse intégrant l’environnement, la valorisation de la dette écologique, le lien entre inégalités sociales et précarité énergétique … Loin de se contenter d’opposer binairement économie de l’environnement et économie écologique, ce manuel en montre les complémentarités, les divergences tout en cherchant en permanence à les illustrer par des analyses et des statistiques. Il réussit à marier à la fois la conceptualisation complexe des questions environnementales et leurs déclinaisons institutionnelles dans l’action politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Éloi Laurent & Jacques Le Cacheux, Économie de l’environnement et économie écologique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 14 janvier 2013, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10362

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page