Navigation – Plan du site

Franck Poupeau, Les mésaventures de la critique

Frédéric Ballière
Les mésaventures de la critique
Franck Poupeau, Les mésaventures de la critique, Raisons d'agir, 2012, 165 p., ISBN : 978-2-912107-66-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir à ce sujet : Luc Boltanski, De la critique, Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Ga (...)
  • 2  Soulignons à cet égard que l’auteur participe activement à la diffusion de l’œuvre de Pierre Bourd (...)

1À rebours des publications qui depuis quelques années en appellent à refonder la critique en sociologie1, l’ouvrage de Franck Poupeau demeure fondamentalement attaché à l’héritage théorique de Pierre Bourdieu2. Sa réflexion part d’un constat politique. Depuis les années 1990, la gauche radicale peine à construire une alternative au néolibéralisme. Focalisée sur la défense des luttes minoritaires ou celle de l’État social, elle s’est progressivement coupée d’une partie de son électorat. Le réarmement d’une critique radicale repose donc sur la reconquête « de ces masses invisibles », fortement exposées aux effets du capitalisme mais insuffisamment politisées pour entrer dans la lutte. Ainsi, l’auteur insiste sur la nécessité d’analyser les obstacles à cette mobilisation, au premier rang desquels figurent les modes de domination symbolique suscitant leur adhésion à l’ordre social en place. A travers cet essai, Franck Poupeau entend donc tracer les contours d’une sociologie du dévoilement mise au service d’un renforcement de la gauche radicale.

2Le livre se compose de cinq chapitres correspondant pour la plus part à des textes déjà publiés, mais augmentés et remaniés pour l’occasion. Les premiers sont consacrés à l’analyse de plusieurs initiatives alternatives au capitalisme, à partir desquelles l’auteur tire les enseignements nécessaires à une refondation de la critique. Revenant sur l’expérience altermondialiste, il nous montre comment, au tournant des années 2000, ce mouvement a progressivement perdu en influence. Insuffisamment inscrit dans des luttes locales, son existence dépendait surtout de l’exposition médiatique dont il bénéficiait en marge des grands sommets internationaux. Cette dépendance aux médias a alors assujetti son action à l’opinion publique, entrainant une perte d’autonomie qui coupa le mouvement de sa base militante. Dans le chapitre suivant, il s’intéresse aux utopies communautaires contemporaines auxquelles il reproche de se tenir à l’écart des luttes sociales. S’il leurs reconnait le mérite de constituer le témoignage vivant d’une alternative au capitalisme, il souligne leur incapacité à passer d’une expérience locale à une organisation sociale globale. Dès lors, ces initiatives ne peuvent se situer qu’à la marge du système et se révèlent impuissantes à le transformer. Il en va de même en ce qui concerne les politiques identitaires boliviennes sur lesquelles l’auteur a travaillé. Héritières du mouvement indianiste, elles se caractérisent par le refus de voir les multinationales piller les ressources naturelles du pays. Elles sont la traduction d’une forme de critique s’exprimant sur le mode de l’écologie internationale. En raison de leur assise sur ces thématiques, elles reçurent un écho favorable dans les classes moyennes et supérieures des pays industrialisés. Pourtant, l’auteur insiste sur l’incapacité de ce modèle politique à rendre compte de la situation de millions d’individus qui, à travers le monde, vivent de rapports d’asservissement au travail, bien loin de ces préoccupations environnementales.

3Ce que donne à comprendre les expériences rapportées par Franck Poupeau, c’est la difficulté à construire une critique radicale capable de recouvrir des revendications aussi hétérogènes, tout en s’appuyant sur une mobilisation de grande ampleur. Pour dépasser cet obstacle, il suggère de recentrer la critique sur la mise au jour des modes de domination qui inhibent l’action politique des dominés. C’est donc le rôle des sciences sociales qui est ici convoqué par l’auteur et auquel il va consacrer le reste de l’ouvrage.

4À partir de l’exemple des émeutes urbaines de 2005, il montre comment les sciences sociales ont parfois été cantonnées à un rôle d’expertise. Lors des évènements survenus dans les banlieues françaises, les sociologues sollicités pour réagir dans les médias n’ont alors produit que des analyses à chaud, formulées en termes de sociologie urbaine ou de discrimination. Passant sous silence la dimension politique de ces émeutes, ils se sont inscrits dans la continuité des pouvoirs publics, qui depuis deux décennies s’emploient à nier toute initiative politique chez les populations issues de ces quartiers. Dans cette configuration, le discours sociologique, loin de questionner le système en place, se limite à produire des connaissances visant la résolution des difficultés sociales. Pour Franck Poupeau, cette posture est significative de l’existence d’une « sociologie d’État » à laquelle il reproche d’être « […] de plus en plus envahi(e) par un mainstream qui valorise les acteurs et leurs capacités d’action. » (p. 105) De son point de vue, ces courants tendent à encenser l’autonomie des dominés et conduisent, dans le même temps, à les rendre responsables, pour ne pas dire coupables de ce qui leur arrive. Cette attitude participe d’une déresponsabilisation de l’État et favorise la stabilité d’un ordre social producteur d’inégalités. L’auteur renvoie ainsi dos à dos, la théorie de l’acteur rationnel, l’individualisme méthodologique ou la sociologie pragmatique, accusés tour à tour de se contenter de reproduire le discours des acteurs ou de fournir des instruments d’analyse au capitalisme. Appelant à rompre avec ce postulat, l’auteur plaide pour la pratique d’une sociologie visant à mettre au jour les violences symboliques qui empêchent la mobilisation.

5Avançant dans la lecture de l’essai, la réflexion se déplace ainsi d’une analyse des expériences alternatives au capitalisme à une forme de manifeste pour une sociologie critique, dont l’enjeu semble être le monopole du discours auprès des acteurs de la gauche radicale. Les dernières pages de l’ouvrage sont ainsi consacrées à désamorcer les accusations de scientisme ou de misérabilisme dont la sociologie critique fait parfois l’objet de la part de ses détracteurs. In fine, l’auteur se pose en défenseur du paradigme bourdieusien qu’il présente comme étant la seule voie permettant la refondation d’un critique radicale de gauche.

  • 3  Didier Fassin, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences (...)

6Pour conclure, l’intérêt de la réflexion proposée par Franck Poupeau  est de penser de manière ouverte l’idéal émancipateur de la sociologie dans son articulation à l’action politique. De ce point de vue, les analyses produites par l’auteur dans la première partie de l’ouvrage se révèlent riches d’enseignements pour envisager la refondation d’une critique de gauche. Toutefois, en ce qui concerne le rôle des sciences sociales, la radicalité du propos tend parfois à opposer de manière manichéenne sociologie critique et « sociologie d’État ». Ce faisant, l’auteur passe sous silence la fécondité de nombreux travaux qui adoptent des postures méthodologiques et théoriques intermédiaires. Comme le souligne Didier Fassin dans un article de la revue « Tracés », d’autres voies peuvent être explorées : « il s’agit en somme de déplacer la critique, de la situer en dehors ou au-delà du choix qui a parfois été présenté comme devant être fait entre dévoilement et traduction, entre considérer que les agents sont pris dans une illusion qui les soumet à une domination qu’ils ignorent et affirmait qu’ils détiennent une vérité sur la société que le chercheur ne ferait que mettre en forme dans ses analyses3. » Car il nous semble que c’est aussi en se plaçant à la frontière de ces deux pôles, dans cet espace liminal qu’investissent nombre de jeunes chercheurs, que peuvent émerger les ressources intellectuelles d’une émancipation par la sociologie.

Haut de page

Notes

1  Voir à ce sujet : Luc Boltanski, De la critique, Précis de sociologie de l’émancipation. Paris, Gallimard, 2009 et plus récemment : Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ? Penser le global au croisement des savoirs, Paris, la Découverte, coll. « Bibliothèque de MAUSS », 2012. (Note critique de Sylvaine Bulle : http://lectures.revues.org/8557).

2  Soulignons à cet égard que l’auteur participe activement à la diffusion de l’œuvre de Pierre Bourdieu. Il a notamment codirigé la publication posthume de ses cours sur l’État. Voir à ce sujet : Pierre Bourdieu, Sur l’État, cours au collège de France (1989-1992), Paris, Seuil, 2012.

3  Didier Fassin, « Une science sociale critique peut-elle être utile ? », Tracés. Revue de Sciences Humaines, 2009, p. 200.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ballière, « Franck Poupeau, Les mésaventures de la critique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10363

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Ballière

Cadre pédagogique en travail social (IRFFE de Picardie/ Université Picardie Jules Verne).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page