Navigation – Plan du site

Patrick Vassort, L’homme superflu. Théorie politique de la crise en cours

Gérard Creux
L'homme superflu
Patrick Vassort, L'homme superflu. Théorie politique de la crise en cours, Le Passager Clandestin, 2012, 160 p., ISBN : 9782916952710.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Patrick Vassort est construit en six parties autour desquelles il interroge les conséquences de la logique capitaliste actuellement à l’œuvre. Il revient sur la notion de modernité à travers une analyse critique qui lui permet de poser les bases de sa réflexion, retenant en l’occurrence que la vitesse et l’accélération font partie indéniable de la modernité. S’appuyant sur l’approche d’Harmunt Rosa, il lui reproche cependant de ne pas interroger ce phénomène à travers une globalité caractérisée par le capitalisme, car selon l’auteur, la vitesse et l’accélération sont le produit de ce régime économique ainsi que des vecteurs de domination des individus. Ces derniers n’en seraient pas conscients, anémiés par la consommation de biens auxquels ils sont réduits. L’accélération a eu pour conséquence de produire de la masse : l’auteur fait ainsi une distinction entre masse et peuple. Ce dernier renvoie à une dimension culturelle, sociale, artistique et intellectuelle, tandis que la masse qui concerne aussi bien les individus que les hommes (« conçus comme des objets ») renvoie à quelque chose d’indistinct et qui laisse de coté toute dimension humaine ou culturelle. Dans ces conditions, l’individu appartenant à cette masse est à la fois producteur et consommateur, et participe ainsi à sa propre domination.

  • 1  Cependant, il aurait intéressant que l’auteur développe et définisse davantage la “culture” à laqu (...)

2Mais ce qui interroge l’auteur, c’est « l’intériorisation par les individus des mécanismes d’autocontrôle et d’autorépression sur lequel repose l’ordre social capitaliste » (p. 35). Ainsi, ce qui définit cet ordre est une « société du spectacle ». Cette dernière prend ses racines dans l’Allemagne de Weimar, caractérisée par la transformation de « la culture en “biens sous-culturels de masse” est soumise à la puissance des pouvoirs économiques et politiques » (p. 111). Cette société crée selon l’auteur de la « fausse conscience », car elle ne représente pas la réalité sociale, mais une certaine manière de la voir. Cet ordre imposé entretiendrait l’illusion de l’autonomie et de la liberté. Elle dépossèderait « les individus de leur dimension imaginative ou inventive puisqu’ils sont sous le joug de la consommation de divertissements industrialisés, c’est-à-dire consommés en masse » (p. 37). L’auteur pense ainsi que l’industrialisation des biens culturels qui repose sur la vitesse de production et la vitesse de lecture « détruit la dimension complexe et radicale de la culture1 » (p. 40). La culture de masse n'est plus que de la consommation effrénée de produits industriels. Une telle culture repose sur deux vecteurs : vitesse de production et vitesse de lecture, de compréhension, d'appropriation par les individus. Ceci sous-entend une diminution de la complexité du sens de ces biens culturels. C'est ainsi que naît le spectacle en tant que support de l'idéologie dominante et que la culture devient culture de masse, c'est-à-dire négation de la culture.

3Reprenant les réflexions d’Althusser sur les appareils idéologiques d’État (AIE) et en montrant leurs limites, car le contexte capitalistique à changé dans le sens où il n’est plus identifiable à une figure particulière, mais à un groupe, qu’il est mondial, ce qui brouille davantage son repérage, il propose de nommer cette forme de capitalisme les appareils stratégiques capitalistes (ASC). Leurs finalités ne résident pas uniquement dans l’accumulation financière, mais servent aussi la « polymérisation » des « pensées faibles » pour mieux asseoir leur domination. Parmi ces pensées, l’auteur cite à titre d’exemple « le consommateur-citoyen », « la défense de la valeur travail », « l’impératif de croissance », etc. Si ces injonctions semblent s’opposer au système, sur le fond, elles traitent du travail, de croissance, de capital et les réformes qu’elles engendrent, laissent intacte l’idéologie dominante et ne touchant pas le système en lui-même. Pour Patrick Vassort, les appareils qui produisent ces structures du champ politique sont l’institution scolaire et universitaire, le système informationnel et l’armée. À travers la mise en adéquation des connaissances à la production capitaliste, et les programmes d’évaluation internationalement définis du système scolaire, le projet capitaliste peut ainsi diffuser son idéologie à l’échelle de la planète, réduisant ainsi la neutralité du champ éducatif. Pour ce qui est de l’information, l’auteur considère que la télévision, la radio, la presse et Internet sont devenus « un appareil stratégique transnational de structuration de l’idéologie capitaliste et de répression intellectuelle » (p. 91). Si Internet semble moins contrôlé que les autres médias, l’auteur estime que les grandes entreprises commerciales ont aujourd’hui largement investi la toile et que les moteurs de recherche (en particulier Google) permettent de repérer les habitudes des personnes et de leur diffuser les messages « des groupes dominants de l’économie et des médias » (p. 93). Enfin l’armée, en partant de l’exemple de guerre en Irak et de la puissance américaine, n’a pas seulement réprimé, mais aussi imposé une idéologie, déstabilisant en même temps la politique étrangère européenne.

  • 2  « Le capital se reproduit et s’accroit par l’existence d’une redistribution injuste et inégale, pa (...)
  • 3  Patrick Vassort pense que la masse actuelle n’est plus basée sur des identités collectives (comme (...)

4Si les théories marxistes ont mis en avant les caractéristiques économiques du capitalisme2, Patrick Vassort, en reprenant les analyses de Zygmunt Bauman, ajoute un élément à savoir « la banalisation de la superfluité » (p. 121) qui n’est pas selon lui une conséquence du système, mais une organisation en elle-même. La société moderne est productrice de déchets qu’il est nécessaire de recycler, mais cet aspect ne tient pas de place dans la « conscience collective ». Afin de mieux cerner cette société du déchet, l’auteur fait intervenir la variable temporelle. Si le temps nécessaire à la fabrication d’un produit diminue, le temps ainsi gagné ne fait rien d’autre que fabriquer du superflu. Et la finalité du projet capitaliste aujourd’hui, c’est justement la disparation même du temps de productivité et par extension de toutes contraintes. La conséquence est que « l’homme lui-même est appelé à devenir superflu […] [voué] à la digestion perpétuelle des productions de la machine capitaliste qui [le] digère à son tour » (p. 124). Cette superfluité est d’autant plus remarquable que l’individu ne se reconnaît plus à travers une identité collective,3 mais comme individu autonome (bien que finalement il se comporte en conformité à l’ensemble de la masse). Cette individualisation conduit à la non-action et au repli sur soi (les objets numériques type smartphone ou tablette participent selon l’auteur de ce repli).

5Revenant rapidement sur la crise en cours, Patrick Vassort estime qu’il n’y a que deux solutions : la destruction du capitalisme ou « la consécration politique de la superfluité de l’homme à travers des formes inédites de totalitarisme » (p. 124). C’est ce dernier point qu’il développe dans l’épilogue de son ouvrage où après avoir repris le concept de totalitarisme et sa corrélation avec le capitalisme, il conclut, en citant Hannah Arendt, que « le processus pour comprendre [les gouvernements totalitaires] doit clairement et avant tout, être un processus de compréhension de soi-même » (p. 141).

  • 4  Jean-Michel Besnier, L’homme simplifié, Paris, Editions Fayard, 2012

6L'ouvrage de Patrick Vassort est vivifiant pour le lecteur qui partage son point de vue et qui est convaincu que l’idéologie capitaliste porte la responsabilité de la crise en cours. Reprenant les théories critiques (en particulier de l’école de Francfort), il « réactive » des auteurs, toujours d'actualité, pour une compréhension percutante du monde contemporain. Cependant, sa seule lecture ne sera pas suffisante et il peut être lu en parallèle avec les ouvrages de Zygmunt Bauman (qu’il cite par ailleurs) ou encore celui de Jean-Michel Bernier L'homme simplifié4 qui apporte des éléments complémentaires à la compréhension de cet « homme superflu ».

Haut de page

Notes

1  Cependant, il aurait intéressant que l’auteur développe et définisse davantage la “culture” à laquelle il fait référence.

2  « Le capital se reproduit et s’accroit par l’existence d’une redistribution injuste et inégale, par l’exploitation des travailleurs, et par la lutte des classes » (p. 121).

3  Patrick Vassort pense que la masse actuelle n’est plus basée sur des identités collectives (comme le nazisme par exemple) mais est marquée par la rationalité scientifique, la vitesse et l’accélération.

4  Jean-Michel Besnier, L’homme simplifié, Paris, Editions Fayard, 2012

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Creux, « Patrick Vassort, L’homme superflu. Théorie politique de la crise en cours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10370

Haut de page

Rédacteur

Gérard Creux

Docteur en sociologie et attaché de recherche à l'IRTS de Franche-Comté

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page