Navigation – Plan du site

Serge Latouche, Didier Harpagès, Le temps de la décroissance

Lou-Andréa Chéradame
Le temps de la décroissance
Serge Latouche, Didier Harpagès, Le temps de la décroissance, Le Bord de l'eau, coll. « Troisième culture », 2012, 92 p., ISBN : 978-2-35687-202-9.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  De très nombreux ouvrages existent sur la notion de décroissance. Voir : Denis Bayon, Fabrice Flip (...)

1Le titre de cet ouvrage repose sur un jeu de mots qui met en avant, d'une part, l'échéance rapide et inexorable d'un changement sociétal, avec la rupture du mythe de la croissance éternelle, et, d'autre part, le rapport au temps spécifique que promeut le mouvement de la décroissance1. Avec une hausse de deux degrés avant la fin du siècle, le changement climatique impose en effet une nouvelle donne aux activités humaines, économiques et sociales. Celles-ci ne peuvent se poursuivre selon la logique qui les anime aujourd'hui, à savoir la recherche irrationnelle de croissance économique. De fait, il nous faudra assumer une rupture de cette croissance que nous connaissons depuis le début de l'ère industrielle, avec les problèmes et les difficultés que cela pose. Face à cet alarmant constat, les auteurs proposent dans ce petit ouvrage une série de mesures qui semblent à même de pouvoir faire de cette décroissance forcée un passage vers une société de sobriété, où le bien-être de chacun profiterait à l'ensemble de l'humanité et de la planète. Dans cette société, le temps, celui qui rythme nos activités quotidiennes, ne serait plus un facteur d'aliénation. La logique consumériste serait remplacée par la recherche d'un bonheur qui supposerait avant toute chose la réappropriation de ce temps, principe de l'autonomie et de l'émancipation humaine.

  • 2 On peut lire à ce propos : Alain Caillé, Marc Humbert, Serge Latouche, Patrick Viveret, De la conv (...)

2Figure importante du mouvement de la décroissance en France, Serge Latouche n'en est pas à son premier ouvrage, et on retrouve bien évidemment ici les thèses qu'il défend depuis maintenant plusieurs décennies, à savoir, entres autres, une critique de « l'économicisation » de la société, où le processus de marchandisation s'étend au delà des limites  raisonnables ; la critique de l'aliénation par la consommation de masse ; la nécessité d'une « décolonisation des imaginaires » afin de changer nos habitudes et nos mentalités ; la nécessité enfin de penser une société respectueuse et consciente de son empreinte écologique, une société conviviale2 et sobre dans laquelle les relations sociales seraient remises au cœur de l'activité humaine. Son co-auteur, Didier Harpagès, est professeur en lycée de sciences économiques et sociales. Publié une première fois en 2010, cet ouvrage reste parfaitement d'actualité, avec des propositions de changement (réformes de l'habitat, invention de politiques monétaires locales, relocalisation de l'activité productive...) issues de l'observation du succès de certaines expériences sociales déjà mises en œuvre en certains endroits et toujours en cours aujourd'hui.

3À travers une démarche qui retrace le développement de nos sociétés industrielles et modernes, avec pour point de départ l'invention de l'horloge au cœur du Moyen Âge, en allant jusqu'à la crise des subprimes et aux enjeux environnementaux auxquels nous sommes aujourd'hui confrontés, les auteurs exposent leurs doutes et critiques quant à la capacité de notre société à nous guider vers le bien-être. C'est donc sous la forme d'un petit (90 pages sur 10x18 cm) essai que l'on retrouve ici, en condensé, les réflexions et données sur lesquelles s'appuient de façon générale les penseurs et militants du mouvement de la décroissance. De nombreuses références, données en note de bas de page, permettent au lecteur de vérifier ou d'approfondir les propos des auteurs (notamment par rapport aux chiffres donnés, sur l'extinction des espèces, sur le réchauffement climatique, les pollutions etc.). Par ailleurs, un petit lexique est fourni en fin d'ouvrage, avec une trentaine de définitions, et permet d'éclairer certaines notions clés de l'économie (main invisible, externalité, flexibilité du travail notamment) et de souligner des notions ou expressions plus spécifiques mobilisées dans cet ouvrage (écomunicipalisme, Chiemgauer, slow city...).

  • 3 Harmut Rosa, sociologue allemand, a travaillé sur cette dimension temporelle et a discuté à ce pro (...)

4Avec une écriture simple, et une mise en page qui souligne les éléments phares du propos, l'objectif est bien ici de proposer, de façon la plus accessible possible, un certain regard sur notre société. Si l'argumentation est cohérente, il faudra pourtant accepter certains postulats de départ, comme celui d'un « fond originel » duquel l'humanité se serait progressivement détachée, et avec lequel il serait temps de renouer contact. Par ailleurs, le développement sur le rapport au temps qu'entretiennent aujourd'hui les hommes dans leurs activités quotidiennes, s'il est pertinent, reste succinct pour qui voudra s'intéresser à la dimension sociologique d'une telle analyse3.

Haut de page

Notes

1  De très nombreux ouvrages existent sur la notion de décroissance. Voir : Denis Bayon, Fabrice Flipo, François Schneider, La décroissance. Dix questions pour comprendre et débattre, 2012 (http://lectures.revues.org/8308), ou encore Baptiste Mylondo (dir.), La décroissance économique. Pour la soutenabilité écologique et l'équité sociale, 2009 (http://lectures.revues.org/891).

2 On peut lire à ce propos : Alain Caillé, Marc Humbert, Serge Latouche, Patrick Viveret, De la convivialité. Dialogues sur la société conviviale à venir, 2011 (http://lectures.revues.org/1297).

3 Harmut Rosa, sociologue allemand, a travaillé sur cette dimension temporelle et a discuté à ce propos la notion « d'accélération » pour évoquer la difficulté que peuvent aujourd'hui connaître les individus à réaliser quotidiennement des tâches de plus en plus nombreuses dans des unités de temps de plus en plus réduites. Voir : Harmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps, 2011 (http://lectures.revues.org/2619).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lou-Andréa Chéradame, « Serge Latouche, Didier Harpagès, Le temps de la décroissance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10375

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page