Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2010Vieillir pose-t-il vraiment probl...

Vieillir pose-t-il vraiment problème ?

Stéphane Alvarez
Vieillir pose-t-il vraiment problème ?
« Vieillir pose-t-il vraiment problème ? », Lien Social et Politiques, n° 62, 2009, EAN : 9782890354579.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicole F. Bernier et Isabelle Mallon sont membres du comité international de rédaction de la Revue

1Vieillir pose-t-il vraiment problème ? Ce numéro de la revue « Lien social et politiques » affiche sa volonté de remettre en cause un postulat partagé tant par le sens commun, que par certaines « élites » scientifiques ou politiques. Ainsi le phénomène mondial du vieillissement démographique ne doit-il pas être pensé comme un « fardeau », incitant à un pessimisme démographique aux conséquences négatives multiples : économiques, sociales, politiques, sanitaires... Les nombreuses contributions de spécialistes venant de disciplines variées (démographes, spécialistes en santé publique, sociologues...) s'inscrivent dans cette intention de reconsidérer ce que les co-directrices 1 de ce numéro ont nommé un « pronostic apocalyptique » annoncé par le phénomène de vieillissement des populations.

  • 2 Les baby-boomers sont les personnes nées entre 1945 et les années 60-70 (selon les pays), période d (...)
  • 3 Le care est un terme anglo-saxon que l'on peut traduire par « prendre soin », « se soucier de ». Gé (...)

2Afin d'appréhender la complexité des transformations liées au phénomène du vieillissement des populations et des individus, cet ouvrage multiplie les angles d'analyse. Ainsi la première partie s'intéresse à la façon dont est traité socialement le vieillissement démographique dans une approche comparative. Le démographe Jacques Légaré, tout en insistant sur l'aspect positif du vieillissement, souligne le fait que l'entrée des baby boomers 2 québécois dans les âges de la retraite et de la vieillesse concerne toutes les générations. Cette évolution démographique doit orienter les politiques sociales contemporaines vers une « équité intergénérationnelle » pour une gestion saine et solidaire du vieillissement des populations. Ce but n'était pas celui poursuivi par l'administration Bush aux Etats-Unis, à en croire Daniel Béland. L'auteur montre que la campagne de 2004, restée vaine, en faveur d'une « privatisation partielle » des retraites, était basée sur une vision idéologique du vieillissement démographique : un « choc démographique » forcément pessimiste. Barbara Da Roit et Blanche Le Bihan, pour leur part, se demandent comment s'articulent l'aide familiale et l'intervention publique dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes en France et en Italie, deux pays à la tradition familialiste. L'introduction d'allocation monétaire pour les tâches de care 3, permet certes d'externaliser le care, mais sans pour autant conduire à une défamilialisation de celui-ci. La place et le rôle des familles auprès de leur parent dépendant sont alors redéfinis par cette introduction des politiques sociales dans la sphère privée.

3La seconde partie traite de l'injonction faite aux personnes âgées d'entrer dans un vieillissement « actif ». Débat d'actualité avec la réforme des retraites, le vieillissement « actif », ou le « bien vieillir », porte la préoccupation politique de réduction des coûts de santé publique. Le risque d'une telle volonté politique réside tout autant dans l'occultation de la pluralité des formes de vieillissement individuel que dans la mise en place d'une normalisation des pratiques individuelles. Aline Chamahian montre que les formations dans les Universités Tous Âges concernent une population âgée issue des classes moyennes, plus ancrée dans cette logique de vieillissement « actif » que les autres couches de la population. Pia-Caroline Hénaff-Pineau met pour sa part en avant la pluralité de sens que les personnes âgées donnent à leur pratique sportive, et Philippe Cardon analyse les transformations des pratiques alimentaires au moment du veuvage sous l'angle des différences de genre et de classe. Il nous livre ainsi un éventail de contextes sociaux influençant l'observance ou la non observance des prescriptions nutritionnelles très présentes chez les sujets âgés.

4La troisième partie discute de la représentation sociale négative du vieillissement, qui masque la diversité du « vieillir » et les manières d'accompagner le vieillissement. Ainsi, Alain Thalineau et Laurent Nowik analysent les mobilités résidentielles des retraités se situant en « milieu de retraite », c'est-à-dire les personnes âgées de 70 à 84 ans vivant à domicile. Le sens donné à cette mobilité résidentielle se caractérise par la recherche d'une sécurité « ontologique » (Giddens, 1994), et d'un désir d'agir pour une préservation d'un Soi se démarquant de l'image du « vieux », image importée du sens commun faisant de ces derniers l'antithèse de l'injonction contemporaine à la mobilité. Vincent Caradec, s'appuyant sur une enquête réalisée auprès d'aidants familiaux, remet en cause la notion de burden, « fardeau ». L'élaboration d'une typologie tend à montrer que la satisfaction et l'engagement sont deux modalités effectives du sens que peuvent donner les aidants à l'accompagnement d'un proche âgé, loin d'être alors pensé seulement comme un « fardeau ». Enfin, Laure Blein et ses collaborateurs nous ramènent au Québec, où les aidants familiaux sont désormais de plus en plus issus du baby-boom. S'appuyant sur une enquête de terrain, ces auteurs montrent que leur conception de la vieillesse renvoie à une idéologie proche de « l'âgisme », produisant une image dépréciée de cette étape de la vie. Ces deux derniers articles mettent ainsi en relief diverses manières de penser l'aide selon que les aidants s'éloignent ou non des représentations sociales de la vieillesse et du vieillissement.

5Enfin, la dernière partie s'intéresse davantage aux services publics ayant pour cible les personnes âgées dépendantes. Au Québec, l'articulation entre intervenants professionnels et famille dans la production de soins aux personnes peut être à même de créer des tensions relatives aux rôles que chacune des parties souhaitent jouer dans cette relation ternaire, selon Jean-Pierre Lavoie et Nancy Guberman. En France, Françoise Piotet et Elise Finielz se sont penchées sur la politique de prévention de la dépendance élaborée par la CNAV envers les personnes considérées comme « fragiles » . Les écueils auxquels fait face cette politique résident selon les auteurs dans la difficulté de définir ce qu'est la notion de fragilité, aujourd'hui largement inspirée du modèle biomédical. Peut être devrions nous davantage nous préoccuper de ce qui participe de la fragilité sociale ?

Haut de page

Notes

1 Nicole F. Bernier et Isabelle Mallon sont membres du comité international de rédaction de la Revue

2 Les baby-boomers sont les personnes nées entre 1945 et les années 60-70 (selon les pays), période de forte croissance du taux de natalité dans les pays industrialisés.

3 Le care est un terme anglo-saxon que l'on peut traduire par « prendre soin », « se soucier de ». Généralement, le care désigne l'ensemble des aides et des soins apportés aux personnes nécessitant de l'aide pour la réalisation de diverses activités. Voir Laugier, Molinier, Paperman, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Alvarez, « Vieillir pose-t-il vraiment problème ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 juin 2010, consulté le 26 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1038 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.1038

Haut de page

Rédacteur

Stéphane Alvarez

Doctorant en sociologie, Laboratoire UMR PACTE 5194, Université Pierre Mendès France Grenoble 2

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search