Navigation – Plan du site

Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979)

Gauthier Fradois
Si je veux, quand je veux
Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Archives du féminisme », 2012, 358 p., ISBN : 978-2-7535-2026-4.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d'une thèse d'histoire soutenue sous la direction de Jean-François Sirinelli à l'Institut d'études politiques de Paris en 2010, l'ouvrage de Bibia Pavard, Si je veux quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979), publié aux Presses Universitaires de Rennes en 2012, est structuré chronologiquement en trois parties. Il retrace en premier lieu le récit de la contraception en France, des premières initiatives de la gynécologue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé en 1955 au vote de la loi Neuwirth en 1967. Puis vient un deuxième moment caractérisé par « le glissement de la revendication de la légalisation de la contraception à celle de la libéralisation de l'avortement » (p. 16). Enfin, la troisième partie rend compte des luttes sociales autour des lois portant sur l'avortement en 1975 et en 1979. L'auteur privilégie la catégorie du genre pour étudier ensemble les mobilisations collectives, les constructions médiatiques, et les processus législatifs, en montrant que « s'il est indéniable que les questions de contraception et d'avortement se féminisent sur la période étudiée, en donnant un rôle central aux femmes comme objets et sujets des discours ainsi que des actions, cette féminisation implique des interprétations multiples et une lecture qui n'est pas toujours féministe » (p. 15). S'appuyant sur le dépouillement de nombreuses archives et entretiens, ce travail offre au politiste d'intéressantes pistes de réflexion pour l'analyse des processus de construction sociale des problèmes publics.

2Tout d'abord, en se détachant des figures héroïques construites au fil des années, dont Simone Veil est le modèle incontournable, Bibia Pavard rend sa complexité à l'histoire d'un ensemble de mobilisations réussies. Si la loi autorisant la diffusion et la vente des moyens contraceptifs est connue sous le nom du député qui l'a défendu à l'Assemblé Nationale, Lucien Neuwirth, son adoption finale doit autant à l'entreprise collective regroupée autour de la gynécologue Marie-André Lagroua Weil-Hallé (la Maternité Heureuse, puis le Mouvement français pour le planning familial – MFPF –) qu'à la reformulation en offre politique de cet enjeu en 1965 par François Mitterrand. Prises de position concurrentes pour le travail électoral de production des votes pour l'élection du Président de la République au suffrage universel, construction médiatique focalisée sur la pilule et rapports d'expertise scientifique accélèrent la constitution de la reconnaissance de la contraception comme une revendication légitime des parents pour contrôler les naissances. De plus, la loi Veil de 1975 est l'aboutissement de multiples actions collectives non concertées. En effet, loin de consister en un projet rationnel et uniforme, l'auteur montre qu'un enjeu politique se construit par des luttes concurrentielles entre organisations militantes pour imposer la représentation légitime des formes d'un problème. Les différentes mobilisations pour la libéralisation de l'avortement se sont ainsi structurées, tant entre les groupes qu'au sein même des groupes, autour de l'opposition entre deux schèmes d'analyse du monde social au principe de l'action militante, l'un mettant l'accent sur la lutte des classes, l'autre sur le genre. Cette divergence s'illustre par exemple dans le désaccord entre le MLF et l'avocate Gisèle Halimi pendant les procès de Bobigny au sujet de la stratégie de la défense. Elle constitue également une tension genrée, selon l'auteur, au sein du MLAC, entre militants qui considèrent la revendication de l'avortement libre comme étant constitutif d'un changement politique général et militantes qui conçoivent la libération du corps des femmes comme une fin politique en soi.

3Mais au-delà des divergences de représentations, le maintien de la cohésion de groupes mobilisés agissant comme des entrepreneurs de causes apparaît incertain lorsque les objectifs qu'ils se sont assignés semblent atteints. En effet, les processus d'institutionnalisation dépendent des possibilités de conversion du capital militant collectivement accumulé. Le développement rapide du MFPF, structuré par l'ouverture de centres qui diffusent informations et moyens de contraception à partir de 1961, lui assure une position privilégiée lorsqu’est publié le décret de 1972 instaurant les Établissements d'informations et de conseil conjugal et familial. Aux stratégies de contournement des lois interdisant la diffusion des contraceptifs se substitue, après le vote de la loi Neuwirth libéralisant la contraception, une négociation pour « la reconnaissance des centres de l'association comme des centres agréés par l'Etat » (p. 109), et de ce fait, la pérennisation des postes d'hôtesses d'accueil autour du développement du conseil conjugal et familial. Les médecins, dont les compétences médicales reconnues ont renforcé la respectabilité mise en avant par l'association à ses débuts, trouvent également dans des instances légitimes (Conseil supérieur de l'information sexuelle, de la régulation des naissances et de l'éducation familiale, etc.) des possibilités de reconversion en tant qu'experts sur la sexualité. La même logique prévaut pour les médecins engagés dans les Groupes d'information pour la santé dont l'investissement dans les mobilisations pour la libéralisation de l'avortement permet l'apprentissage d'un savoir-faire technique (méthode Karman) à travers la pratique d'avortements illégaux favorisant ainsi, après que la loi Veil est promulguée, « l'institutionnalisation de la pratique des avortements en milieux hospitaliers » (p. 288) et un aboutissement professionnel pour leurs compétences. Ces formes de recomposition des engagements militants participent également à la diffusion (et à leur transformation) de représentations dans différents espaces sociaux.

  • 1  Rémi Lenoir, « L'effondrement des bases sociales du familialisme », Actes de la recherche en scien (...)
  • 2  Rémi Lenoir, « La famille, une affaire d'Etat », Actes de la recherche en sciences sociales, 1996, (...)

4Si l'analyse du travail de construction de problèmes publics au prisme du genre permet de montrer la féminisation progressive des problématiques de contraception et d'avortement sur la période donnée, tant au niveau des acteurs mobilisés que de la production discursive, elle n'en permet toutefois pas d'en comprendre tout le sens. L'auteur ne tient pas suffisamment compte de la transformation des structures familiales dans leur ensemble, notamment des luttes symboliques pour imposer la définition légitime de la famille comme mode de reproduction de l'ordre social, dans une conjoncture qui suit l'effondrement des bases sociales du familialisme traditionnel1. Il aurait été ainsi intéressant d'étudier l'« espace de la cause de la contraception et de l'avortement » (p. 320)en tenant compte plus largement de l'ensemble des politiques familiales. Bibia Pavard montre bien ce que doit le travail de production d'une nouvelle morale conjugale centrée sur le couple à la production normative de la sexologie émergente, mais elle ne le lie pas explicitement aux changements des rapports d'autorité au sein de la famille (l'autorité parentale se substituant progressivement à l'autorité paternelle) caractérisées, entre autres, par des transformations dans la structure et la reproduction du patrimoine des ménages. Il n'est ainsi pas anodin que soit votées par exemple, en 1975 la réforme du divorce, et en 1976 « l'allocation de parent isolé dont la création – votée à l'unanimité – était alors présentée comme un moyen d'offrir une alternative à l'avortement »2 Les luttes sociales autour des techniques médicales de gestion de la reproduction biologique sont inséparables des transformations de l'ordre familial.

Haut de page

Notes

1  Rémi Lenoir, « L'effondrement des bases sociales du familialisme », Actes de la recherche en sciences sociales, 1985, Volume 57-58, p. 69-88.

2  Rémi Lenoir, « La famille, une affaire d'Etat », Actes de la recherche en sciences sociales, 1996, Volume 113, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Fradois, « Bibia Pavard, Si je veux, quand je veux. Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 15 janvier 2013, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10383

Haut de page

Rédacteur

Gauthier Fradois

Doctorant à l'Université Paris X, membre du GAP (Groupe d'analyse politique)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page