Skip to navigation – Site map

Florian Keller, Comique extrémiste. Andy Kaufman et le Rêve Américain

Pauline Alessandra
Comique extrémiste
Florian Keller, Comique extrémiste. Andy Kaufman et le Rêve Américain, Éditions Capricci, 2012, 204 p., trad. Pauline Soulat, ISBN : 9782918040569.
Top of page

Full text

1 Le visage d'Andy Kaufman est plus connu sous les traits de Jim Carrey qui lui a redonné vie dans le film Man on the Moon de Milos Forman en 1999. Pourtant, cet artisteaméricain, qui refusait qu'on le nomme « comique », fut l'un des plus célèbres et des plus controversés dans les années 1970 et 1980. Quelque peu tombé dans l'oubli après sa mort en 1984, Florian Keller, critique de cinéma suisse, se lance dans une analyse qui échappe au carcan de la biographie, préférant se concentrer sur une étude plus socioculturelle de l'œuvre d'Andy Kaufman. L'auteur ne cherche pas, en effet, à percer le mystère Kaufman (qui était-il vraiment, pourquoi un tel goût pour la subversion?) mais à étudier les liens existant entre les idées véhiculées par l'artiste et l'idéologie du « Rêve Américain », dont la figure de Kaufman sert parfois de prétexte à l’analyse.

2 Avec quatre chapitres aussi denses que parfois complexes, Keller cherche en premier lieu à analyser ce que furent les principes fondateurs de l'humour d'Andy Kaufman. Il cherche à comprendre par quels mécanismes il pouvait faire rire, toucher un public ou le révolter. Parfois à la limite de la psychanalyse, l'auteur s'appuie de très nombreuses fois au cours de sa recherche sur le philosophe et psychanalyste Slavoj Žižek pour montrer comment le comique d'Andy Kaufman « a produit une critique de l'idéologie du Rêve par une mise en scène détachant l'Amérique de l'évidence de son ordre établi ». Dans un premier temps, Keller étudie la position ambiguë de Kaufman dans le monde de l'humour étant toujours aux « limites de la transgression ». En effet, s’il a longtemps été considéré comme un artiste avant-gardiste aux penchants plutôt européens qu'américains, Keller cherche au contraire à démontrer qu’Andy Kaufman était un pur produit du modèle idéologique américain. L'éloignant des comparaisons récurrentes qui l'associent à Pirandello, Ionesco ou encore aux dadaïstes, Keller montre que l'humoriste appartient plus que jamais à l'espace culturel américain, s'appuyant alors sur ses plus grandes valeurs : la possibilité de toujours se réinventer, de se multiplier, d'accéder à la célébrité etc. Andy Kaufman, insaisissable, a incarné ces idéaux dans leur forme la plus extrême, si bien qu'aujourd'hui, personne n'est parvenu à déterminer qui était le « vrai » Andy Kaufman. Et les scénaristes de Man on the Moon, tout comme Florian Keller l'auront bien compris. À l'inverse de Citizen Kane, il n'y a aucun « rosebud » dans la vie d'Andy Kaufman.

3 Néanmoins, loin d'être ce personnage hors du temps comme on a pu le prétendre, le recours aux recherches de Lacan et de Žižek permet à l’auteur de montrer à quel point Kaufman a pu utiliser « l'hyperconformisme comme mode de subversion ». C'était donc parce que ces représentations épousaient parfaitement bien la société et la culture américaine qu'elles en devenaient dérangeantes pour le public. D'ailleurs, pour le journaliste Richard Corliss dans son essai sur les acteurs comiques, Kaufman n'est pas un humoriste car il ne prend pas de distances avec le monde culturel qu'il remet en question. Au contraire, il est « le cœur même de l'idéologie la plus puissance d'Amérique ». Plus qu'un simple citoyen, l'humour de Kaufman, sans distance, fait de lui le Rêveur Américain par excellence.

  • 1 Pour Žižek dans The Plague of fantasies, 1997, « l'excès de jouissance menace « de nous plonger da (...)

4 Keller s'arrête alors longuement sur ce qu'est le Rêve Américain. Usant de procédés relevant plus de la psychanalyse que du phénomène historique, il montre combien en tant que tel, la structure du Rêve Américain ne peut tenir ses promesses. Évoluant dans une pensée de la jouissance théorisée par Lacan et reprise par Žižek, l'auteur montre combien étrangement, le Rêve Américain n'impose pas à ses sujets une interdiction de jouir comme le fait le principe de plaisir de Freud (c'est l'interdiction qui produit le désir de transgresser pour atteindre la jouissance). Or, parce que le Rêve Américain est fondé sur la liberté, chacun est donc susceptible de vivre ce Rêve de façon illimitée. Andy Kaufman mettant alors parfaitement bien en scène ces contradictions, prétendant toujours se réinventer dans le but d'atteindre le succès et le bonheur. Pourtant, il provoque son public et le confronte à la « nuit psychotique »1d'une jouissance incontrôlable par la multiplication sans limite de ses identités. Pour Keller, il est donc « l'incarnation inquiétante de la jouissance traumatique qui forme le cœur inavouable du Rêve Américain ».

5 Dans les deux derniers chapitres de son ouvrage, Florian Keller souhaite étudier de plus près la question fondamentale de la multiplication des identités d'Andy Kaufman comme élément dépendant de l'idéologie du Rêve Américain. Analysant de manière très précise chacun des personnages incarnés, la recherche se penche alors sur la question de l'hystérie, celle qui remet en question la limite entre réalité et simulation, entre la réalité et l'illusion de la mise en scène. Or, pour Keller, Kaufman est un imitateur hystérique mimant sans relâche le discours public dont l'idéologie majeure demeure le Rêve Américain. Il se l'approprie à un tel degré qu'il parvient à le remettre en cause, par exemple à travers le personnage Foreign Man. Devenu « sujet en série », ce sont autant de possibilités d'accéder à la notoriété et à la richesse par ces personnages. C'est d'ailleurs un point important pour l'auteur qui analyse longuement la question de la célébrité : Andy Kaufman la déconstruit en même temps qu'il l'exploite, incarneant jusqu'à l'extrême l'idée d'Andy Warhol que chacun aurait un jour son quart d’heure de gloire. Kaufman va jusqu'à proposer à un mendiant avec une guitare de jouer sur scène avec lui le temps d'une représentation.

6 A de nombreux égards, le Comique extrémiste d'Andy Kaufman est donc bien mis en évidence dans l'œuvre de Florian Keller qui tente une approche novatrice de cet artiste insaisissable. En lisant la carrière de Kaufman sous le prisme du Rêve Américain, il montre à quel point loin d'être éloigné de la culture américaine, il en est, au contraire, la parfaite incarnation.

Top of page

Notes

1 Pour Žižek dans The Plague of fantasies, 1997, « l'excès de jouissance menace « de nous plonger dans une nuit psychotique ».

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Alessandra, « Florian Keller, Comique extrémiste. Andy Kaufman et le Rêve Américain », Lectures [Online], Reviews, 2013, Online since 16 January 2013, connection on 19 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10392

Top of page

About the author

Pauline Alessandra

Étudiante en master d'histoire contemporaine à l'ENS de Lyon

By this author

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page