Navigation – Plan du site

« Qui décide de ce qui compte ? », Projet, n° 331, 2012

Marie Duru-Bellat
Qui décide de ce qui compte ?
« Qui décide de ce qui compte ? », Projet, n° 331, 2012, CERAS, ISSN : 0033-0884.
Haut de page

Texte intégral

1Sur la question (et le titre alléchant) de « Qui décide de ce qui compte », la revue Projet vient de publier (dans le numéro 331 de décembre 2012) une brassée de contributions de chercheurs d’horizons variés (économistes, sociologues, philosophes…) et aussi de militants alternatifs dans les domaines du développement ou de la consommation. Ces textes sont brefs, mais ils sont remarquablement convergents. Ils partent de la question classique des cours de méthodologie pour sociologues, à savoir la nécessaire critique des sources, notamment statistiques, pour en élucider le mode de construction, jamais « neutres » ajoutera-t-on souvent… Il est alors classique de souligner, en mobilisant les travaux d’A. Desrosières, que l’état de la statistique publique d’un pays révèle quels problèmes sont dignes d’être posés, et combien le développement de la statistique publique va de pair avec l’affirmation de l’Etat. Alors que les statistiques publiques ont explosé dans la seconde moitié du vingtième siècle, avec ‑ état keynésien oblige ‑ production de données sur l’offre et la demande globale et la conjoncture économique, on a vu apparaître plus récemment dans un contexte de mondialisation, de nombreux indicateurs permettant de comparer les performances des pays (selon la logique du « benchmarking »), et orientant plus ou moins subrepticement les politiques des états – chacun étant invité à imiter ceux qui, à cette aune, apparaissent les meilleurs, suivant la « méthode ouverte de coordination ».

2Ce n’est pas pour mettre directement en débat ce mode de gouvernance que les auteurs construisent leur propos, mais avant tout (comme le fait Florence Jany-Catrice dans le texte introductif) pour critiquer la « frénésie du chiffre » qui s’est emparée des états néolibéraux et semble les dispenser de toute interrogation substantielle sur ce qui est mesuré. Le PIB sert ainsi de suprême arbitre alors même que les économistes ont beaucoup écrit sur les limites de cet agrégat, à tel point que les politiques se sont emparés de cette question avec la commission Stiglitz chargée par N.Sarkozy en 2007 d’imaginer de nouveaux indicateurs de richesse.

3Le problème, souligne l’auteure, ce n’est pas seulement que, dans cette perspective, tout doit avoir un prix, mais que « donner un pris à tout, c’est oublier que certains dommages sont totalement irréversibles », et tout ne se compense pas, comme le posent implicitement tous les indicateurs agrégés. À cette perspective très prégnante en écologie, vient se greffer un questionnement sur le bien-être, certes difficile à quantifier et surtout qui ne peut relever que d’arbitrages individuels. F. Jany-Catrice conclut à la nécessité d’un dialogue démocratique sur les objectifs que l’on décide de poursuivre et, mais en second lieu seulement, les repères objectifs que l’on se donne pour vérifier qu’ils sont atteints.

4Dominique Méda reprend cette critique du PIB, qu’elle avait précédemment engagée avec son ouvrage « Au-delà du PIB », publié en 2008. Elle insiste sur le fait que cette mesure comme toutes les autres incorpore des jugements de valeur, dont on s’étonne alors qu’ils ne soient faits que par les seuls économistes, sans débat public, alors même qu’il s’agit de décider la valeur apportée par tel ou tel bien (ou d’affirmer que tel bien n’apporte aucune satisfaction). Le PIB consacre alors la valeur accordée par les économistes à la production, ignorant ce qu’on appellera des « productions non marchandes » ou non productives. De plus, vont être intégrées dans le PIB des productions qui détruisent des ressources non renouvelables : l’essentiel est de produire un surplus et ceci exprime, souligne l’auteure, « un rapport de force déséquilibré en faveur des possesseurs de capital ». Ce serait donc la mise en place si ce n’est de nouveaux rapports de force du moins de nouveaux lobbies qui permettrait de mettre en œuvre des « nouveaux indicateurs de richesse » dont tout le monde reconnaît l’intérêt… sur le papier !

5Mais les chercheurs de l’INSEE auxquels ce numéro donne aussi la parole (Jean-Luc Tavernier et Philippe Cunéo), s’ils sont ouverts à ces évolutions ‑ ils rappellent d’ailleurs que l’INSEE calcule désormais l’empreinte carbone de la consommation ‑, restent dubitatifs quant à la possibilité de « mesurer ce qui n’a pas de prix » (tel le bonheur), et plus encore de produire des chiffres véritablement comparables d’un pays à l’autre, ce qui est aujourd’hui une exigence pour un organisme public comme l’INSEE

6Qui doit, en la matière, décider ? C’est la question que pose Jean Gadrey, qui dénonce la mainmise des experts, au sein de la commission Stiglitz, ou encore à l’OCDE. Cette organisation vient ainsi de lancer un indicateur composite de « mieux vivre », qui agrège 19 variables censées en rendre compte mais de fait liées au bien-être matériel (et sans surprise corrélées in fine au PIB lui-même). J. Gadrey rappelle que le collectif FAIR (Forum pour d’autres indicateurs de richesse) rejette cette approche, non démocratique et où tous les « biens » peuvent toujours se compenser, alors que certains d’entre eux commettent des dégâts irréversibles. Et il insiste sur ce qu’il considère comme une inflation d’indicateurs, une sorte de fuite en avant pour échapper peut-être à des décisions difficiles à prendre. Comme sa collègue Jany-Catrice, il ne rejette pas les indicateurs, mais suggère de distinguer des « indicateurs d’alerte », à même de sensibiliser aux problèmes sociaux ou écologiques, et des indicateurs établissant des « objectifs de politique publique » et permettant d’en suivre la réalisation à l’instar des « objectifs du millénaire » de l’ONU. Dans tous les cas, la question de la définition collective de ce qu’il convient de compter et de ce qui compte le plus est évidemment primordiale.

7Il ne faut donc pas, enchaîne Jean Merckaert, laisser « les comptables régler leurs comptes entre eux ». Pour qui connaissait déjà un peu les débats autour des nouveaux indicateurs de richesse, ce texte est le plus original. Il explique comment sont édictées par l’International Accounting Standards Board les normes comptables des entreprises. Association privée d’experts comptables, cette association sise aux Etats-Unis a pour objectif d’informer les investisseurs sur la valeur des entreprises. Mais la manière dont cette valeur est estimée inclut forcément des choix et ils sont discutables et la récente crise financière en fournit plusieurs exemples présentés en détail dans le texte ; par la manière dont on évalue les actifs des banques, les normes peuvent dans certains cas masquer le risque d’effondrement qui les menace, ou masquer des stratégies d’évasion fiscale de la part de multinationales. Et l’auteur de conclure en citant Eve Chiapello expliquant comment ces normes transforment de fait l’entreprise qui devient une marchandise, à faire fructifier pour le plus grand profit des actionnaires… Dans un autre texte, Michel Capron développe une perspective similaire à propos des normes ISO, qui, elles, vont s’efforcer, mais de manière démocratique cette fois, d’évaluer la responsabilité des entreprises en matière de responsabilité sociétale.

8Certains textes illustrent concrètement comme le choix de valoriser certains indicateurs est parfois explicitement politiques (comment ce « bonheur national brut » est promu au Bhoutan, ou encore comment un peuple d’Amazonie, les Sarayaku, développe ses propres indicateurs selon sa culture propre). Au total, comme le souligne E. Chiapello pour clore ce dossier, la question de ce qui compte, de ce qui fait la richesse d’un pays ou d’une entreprise est tellement polémique – puisqu’in fine c’est bien souvent le capitalisme et son obsession du profit qui sont en jeu-, et les « routines idéologiques » en la matière sont telles qu’on comprend qu’il soit si difficile de changer les indicateurs !

9Le lecteur referme ce dossier pleinement convaincu que derrière tout chiffre il y a tout un processus social. Les statistiques ne sont donc pas… des photos ! Elles deviennent vite un enjeu social qui peut affecter le phénomène même qu’elles prétendent mesurer. Ainsi, en est-il de la mesure de la richesse : la production de nouveaux indicateurs est-elle in fine une condition nécessaire et suffisante de nouveaux choix politiques, et à quelle condition, au-delà de l’appel à la démocratie fait par pratiquement tous les auteurs, ce dossier est trop bref pour nous apporter les convictions des auteurs sur ces questions sociologiquement et politiquement importantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « « Qui décide de ce qui compte ? », Projet, n° 331, 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10395

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page