Navigation – Plan du site

Bernard Pudal, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours

Laure Célérier
Un monde défait
Bernard Pudal, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours, Editions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2009, 215 p., EAN : 9782914968607.
Haut de page

Texte intégral

1« C'est à cela qu'on reconnaît les communistes : ils sont fous, possédés par le diable, ils mangent les enfants, et en plus, ils manquent d'objectivité », affirmait Pierre Desproges. Rappelant cette citation dans son ouvrage intitulé Un monde défait, les communistes français de 1956 à nos jours et paru en 2009, Bernard Pudal met bien le doigt sur les faiblesses de l'analyse française du Parti Communiste Français (PCF). S'étonnant du ridicule d'un parti au mieux agonisant, dont l'on commémore souvent le passé avec nostalgie, s'insurgeant contre la menace toujours réelle que ferait peser l'idéologie sur nos libertés, notre regard sur le PCF reste en effet trop passionnel, partiel et contradictoire. Dans le champ scientifique, les historiens adoptent parfois des postures anti-communistes sans la moindre distanciation alors que les déclinologues de tous poils retracent la chute du PCF « en imputant implicitement la responsabilité de la maladie au malade» (p 9), sans suffisamment prendre en compte la multiplicté et la diversité des explications.

2Dans cet ouvrage, Bernard Pudal pallie brillamment ces insuffisances, afin de mieux établir les logiques de l'involution du PCF. Il montre ainsi en premier lieu comment se définit l'élite communiste après la mort de Staline, et quelles sont les conséquences de cette définition sur les intellectuels rattachés au parti, avant d'étudier les causes d'un désarroi s'emparant, dès la fin des années 1970, des militants qui finissent par massivement déserter le parti. Avec la mort de Staline, les communistes doivent trouver de nouveaux fondements à l'autorité politique. Mais leurs difficultés, caractérisées par la grande confusion dans laquelle les tentatives de renouvellement ont été mises en place, semblent contribuer à l'affaiblissement du PCF. Staline ayant été discrédité par le rapport Khrouchtchev de 1956, ce sont les intellectuels qui doivent combler le vide symbolique causé par l'impossibilité nouvelle du culte du petit père des peuples. Les philosophes sont, entre autres, appelés à concilier le besoin fidéliste des masses, pour reprendre Gramsci, et une théorie matérialiste et rationaliste. Le Parti doit alors faire face à un langage plus critique d'intellectuels à l'autonomie grandissante. Dans le même temps, la demande de marxisme croît dès les années 1960 : les ouvrages sur la question sont de plus en plus demandés, les professeurs de philosophie participent à la diffusion du marxisme dans l'enseignement, les sympathisants et militants demandent également à être formés. Au final, les intellectuels ne sont plus une poignée, mais tendent à former une masse, et « le marxisme excède les intellectuels communistes » (p 73). Bien évidemment, dans ce contexte, le profil sociologique des militants, de plus en plus issus des classes moyennes et supérieures, se modifie. En fait, dès 1967, les études sociologiques démontrent que le couple « classe ouvrière » et « PCF » relève, pour reprendre les mots d'Hobsbawm, de la tradition inventée. Le PCF n'est pas majoritaire chez les ouvriers, et il apparaît que c'est l'abstention qui est le premier parti ouvrier, comme l'avait souligné Pierre Bourdieu. Cela ne saurait que traduire la défiance, le scepticisme et l'autonomie du monde ouvrier à l'égard du monde politique.

3Si l'on ajoute à cela le refus, par la direction du parti, d'une autonomisation de la pratique scientifique que réclament nombre d'intellectuels comme Louis Althusser, on obtient l'ensemble des conditions premières d'une crise du communisme français. Ce refus du débat d'idées devient incompréhensible lorsque, au début des années 1960, le parti lance l'idée d'un programme commun de gouvernement entre socialistes et communistes. En outre, les évènements de mai 1968 révèlent que cette stratégie du programme commun est perdante. D'une part, les communistes se sentent en effet démunis face à une mobilisation qui leur échappe et qu'ils ne comprennent pas ; d'autre part, ils sont incapables de présenter des alternatives politiques crédibles. Par conséquent, le vide du pouvoir entraîné par la perte du référendum de de Gaulle, est corrélée à une potentielle marginalisation du PCF. Intellectuellement, le parti est également dans une position difficile, puisqu'il a refoulé dès les années 1930 les thématiques au centre de la contestation sociale de mai 1968, comme la critique des rapports d'autorité et de domination des femmes. Par la suite, les résultats électoraux confirment que l'alliance avec les forces de gauche n'est pas optimale : le programme commun de gouvernement signé en 1972 profite principalement au parti socialiste. En plus de cela, le PCF perd, dès les années 1960, son emprise sur certains groupes sociaux, comme les enseignants d'origine populaire ou les travailleurs immigrés de plus en plus importants parmi les ouvriers. Les nouveaux militants à fort capital culturel, qui investissent massivement le PCF après 1968, menacent l'élite du PCF et soutiennent les intellectuels autonomes. Les cadres d'origine ouvrière, qui gardent un poids et un statut très important dans la hiérarchie bureaucratisée du Parti, sont souvent sélectionnés en raison de leur fidélité, de l'ancienneté de leur militantisme. Pour ces raisons, le fossé se creuse entre les élus le corps militant. Enfin, les cadres des fédérations locales s'intellectualisent et leur défiance grandit à l'égard d'un parti qui perd sa dimension de référentiel inconditionné. En 1977, le PCF de Georges Marchais, décide de mettre fin au programme commun et de se recentraliser autour des dirigeants. De nombreux intellectuels, comme Althusser en 1978, perdant espoir dans la formation d'un parti comme intellectuel collectif partent.

4Ces errements du PCF transforment profondément la relation de certains militants au parti. Pierre Bourdieu écrivait, dans Les Méditations pascaliennes parues en 1977, que si les évènements historiques semblent déterminer la désaffection des militants, c'est parce que les habitus des militants étaient susceptibles d'être affectés par ces évènements. Et c'est bien cela qui semble expliquer l'hémorragie militante du PCF. Les désengagements peuvent s'analyser de différentes manières. Il existe tout d'abord un déracinement de militants originellement staliniens, déroutés par l'incohérence idéologique et institutionnelle du PCF, ou bien de militants qui, désireux de participer à un renouveau du PCF, ne comprennent pas le retour à la rhétorique révolutionnaire après 1978. Les désenchantés sont ensuite des communistes convertis, militants tardifs, et qui expriment un mécontentement progressif lié au fait que le PCF ne répond pas à leurs attentes et à leurs espoirs. Le plus souvent, la désaffection se fait lentement, les militants semblant désespérément renégocier leur adhérence au parti, pour mieux différer la rupture.

5Les parcours individuels de désengagement mènent à une réelle hémorragie après 1977. Le cercle vicieux s'enclenche, dans lequel la désaffection et les défaites électorales se renforcent mutuellement. Les élections européennes de 1984, où les communistes enregistrent un net recul, entraînent une crise de panique liée à la prise de conscience de l'inéluctabilité du déclin. Dès lors, le nombre d'élus du PCF décline et l'unité se fissure. La notabilisation et la technocratisation du parti renforcent la perte de crédibilité du PCF. Ce dernier ne s'adapte pas aux mutations du milieu ouvrier et n'accepte qu'in extremis l'idée d'accorder le droit de vote aux immigrés pour les élections locales, les dirigeants craignant que cette mesure ne contribue à diluer le vote communiste. Dans les années 1990, l'inertie caractéristique du PCF n'arrange pas la situation. Le parti se lance dans une stratégie de démocratisation que les revers électoraux persistants invalident. La surenchère des débats semble masquer le vide décisionnel, et préserver l'inertie de l'appareil, en disqualifiant les critiques ravalées au rang de vulgaire opinion. On observe également que les associations historiquement en lien avec le PCF s'en sortent d'autant mieux qu'elles perdent leur référence au communisme, comme c'est le cas avec le Secours Populaire.

6Bernard Pudal nous permet fondamentalement de comprendre, bien mieux qu'avec la plupart des analyses déjà parues sur le sujet, la complexité et la diversité des logiques. L'ouvrage est une incontestable référence, mêlant avec intelligence les références théoriques et les témoignages militants, il propose une analyse solide et convaincante du déclin du PCF. Il est relativement accessible et ne s'adresse pas qu'à un public de spécialistes. Enfin, l'explication de l'inertie d'un parti dont l'inflation démocratique ne fait que masquer l'absence de réelle redéfinition idéologique, semble autoriser une éclairante analogie avec le cas de l'actuel Parti Socialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laure Célérier, « Bernard Pudal, Un monde défait. Les communistes français de 1956 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 10 juin 2010, consulté le 28 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1040

Haut de page

Rédacteur

Laure Célérier

Professeure agrégée de sciences économiques et sociales - Université Paris Est-Créteil - IUT de Fontainebleau.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page