Navigation – Plan du site

Pablo Ortemberg, Rituels du pouvoir à Lima. De la monarchie à la République (1735-1828)

Guillaume Gaudin
Rituels du pouvoir à Lima
Pablo Ortemberg, Rituels du pouvoir à Lima. De la monarchie à la République (1735-1828), EHESS, coll. « En temps et lieux », 2012, 285 p., ISBN : 978-2-7132-2367-9.
Haut de page

Texte intégral

1Comment à partir d’une série de cérémonies et de rituels politiques saisir l’essence de l’autorité politique en suivant le passage d’un pouvoir monarchique et colonial à un pouvoir républicain et indépendant ? C’est en ces termes que l’on pourrait résumer la démarche de Pablo Ortemberg qui, comme le souligne son préfacier, Nathan Wachtel, oscille entre étude des structures et analyse fine des événements. L’auteur livre en effet une description précise des usages, des gestes, des emblèmes, des parcours et des acteurs des rites du pouvoir à Lima et effectue un relevé précis des changements et des continuités d’un règne à l’autre et d’un régime à l’autre. L’auteur s’attaque ainsi à une période relativement longue, 1735-1828, de laquelle il extrait les moments politiques forts que sont les proclamations royales et les entrées des vice-rois sous l’Ancien Régime, puis les serments constitutionnels et républicains à partir de 1808. Traiter de cette période est en soi un défi car les bouleversements furent multiples : les réformes militaires, fiscales et politiques des Bourbons, les guerres d’Indépendances hispaniques à partir de 1808 jusqu’à l’expulsion de Bolivar et l’instauration pérenne d’une République péruvienne en 1828. Le tout s’inscrit dans un long siècle des Lumières, épris de nouveaux symboles et de nouveautés sur l’ordre sociopolitique.

2Le terrain d’étude est celui d’une capitale vice-royale de la monarchie hispanique au caractère polycentrique : Lima aussi nommée « Cité des Rois » (sa date de fondation correspond au jour des Rois mages). Il faut bien se rendre compte de l’importance des distances dans cet empire : le roi qui réside à Madrid ne s’est jamais rendu en Amérique ; la nouvelle de sa mort met plusieurs mois à arriver. En 1748, l’auteur anonyme qui décrit les festivités en l’honneur de Ferdinand VI rend compte de l’importance de cette situation : « Plus grande est la distance, plus grande doit être la révérence pour Sa Majesté » (p. 81). Cette distance-temps s’avéra par exemple difficile à gérer pour le vice-roi en poste lors de l’abdication de Ferdinand VII en 1808. Lima compte au XVIIIe siècle autour de 50 000 habitants et concentre les grandes institutions monarchiques : le vice-roi, le tribunal supérieur (audiencia), l’archevêque et une institution extrêmement puissante, l’Inquisition. Les acteurs de ces rites, qui sont souvent de grandes fêtes urbaines, sont ceux d’une société coloniale extrêmement complexe et inégalitaire. La noblesse créole est puissante, mais jalouse les privilèges des « Péninsulaires » alors que les Indiens sont ségrégués dans un quartier périphérique. La présence de Noirs et de Métis est également perçue par les autorités comme un risque de désordre.

3Les thèmes de l’image du roi, des cérémonies monarchiques puis républicaines (et du passage de l’un à l’autre) sont inépuisables, tout comme leur bibliographie. Fort d’une double formation en anthropologie et en histoire, Pablo Ortemberg utilise la large palette des approches à sa disposition. Il mobilise l’anthropologie politique, la sociologie des relations de pouvoir, les nombreux travaux d’histoire culturelle « cérémonialiste » (Ernst Kantorowicz, Norbert Elias, Michel Fogel, Mona Ozouf). L’auteur reprend à son compte l’idée que les funérailles et les entrées royales, les sacres et les couronnements ont la capacité d’asseoir et de légitimer une autorité effective. Concernant l’Amérique espagnole, l’historiographie est également dynamique depuis les années 1990 : les ouvrages de Karine Périssat et Jaime Valenzuela Marquez, respectivement sur les cérémonies royales à Lima aux XVIe et XVIIe siècles et sur la liturgie du pouvoir dans le Chili colonial, fournissaient un excellent socle pour étudier la période charnière de 1730-1830. Par ailleurs, la période de commémorations du bicentenaire des Indépendances a relancé débats et analyses sur le passage de l’Ancien Régime à la modernité dans l’espace hispano-américain. Le défaut de références à l’historiographie méso-américaine, par exemple les travaux de Víctor Mínguez Cornelles, concernant l’autre grand espace impérial hispanique en Amérique, la Nouvelle Espagne1, témoigne de l’absence de visée comparatiste de Pablo Ortemberg. Quelques éléments de mises en relation auraient permis de comprendre le caractère inédit ou non de l’histoire liménienne par rapport à sa jumelle Mexico. Pour autant, l’auteur ne se limite pas au Pérou et, pour les Indépendances, les détours par Buenos Aires et le Chili éclairent les logiques liméniennes.

4Pablo Ortemberg distingue cinq périodes : une monarchie baroque dont l’ordre sociopolitique est mis en scène lors des entrées des nouveaux vice-rois dans Lima. Une deuxième période de fines évolutions perceptibles dans les proclamations de Ferdinand VI (1747), Charles III (1759) et Charles IV (1789). Une troisième période de transition avec la proclamation inédite d’un roi qui a abdiqué, Ferdinand VII en 1808, puis le serment à la Constitution de Cadix (1812). Enfin, une période de recomposition et de tâtonnements emprunte de transpositions et de nouveautés autour de la déclaration d’Indépendance du Pérou (1821) et les réformes du « Protecteur » San Martín comme l’invention des couleurs du drapeau national ou la création de l’Ordre su Soleil (sur le modèle de la Légion d’honneur), puis la difficile mise en place d’une République constitutionnelle et le rôle de Bolivar, adulé puis honni.

5À partir d’un corpus complet de récits (souvent anonymes) des différentes cérémonies liméniennes, Pablo Ortemberg livre une description extrêmement minutieuse du déroulement des rituels : il suit pas à pas les défilés, les processions, leurs acteurs, les gestes, les objets, les costumes, etc. De la sorte, l’ouvrage constitue une référence à laquelle spécialistes et curieux pourront se référer.

6Quant à la thèse défendue de savoir s’il y a continuité ou rupture au cours de cette période tumultueuse, l’auteur, à raison, ne tranche pas. Sur plusieurs points, il y a bien continuité ou légère inflexion, parfois réactivation des rites monarchiques après 1808. Le rôle des cérémonies est bien de donner à voir le pouvoir et de créer une émulation (parfois une compétition) entre les participants afin d’afficher leur attachement à l’autorité. Cet objectif est rempli en occupant et en parcourant le territoire urbain et périurbain (le port du Callao) et les espaces symboliques. Les processions dans la ville et les arrêts à certains lieux clés ne sont pas systématiquement les mêmes tout au long de la période, mais l’auteur note des constantes fortes : la Plaza mayor, la cathédrale, le palais vice-royal, le Cabildo municipal. Ces lieux forment l’essence du pouvoir et de la culture hispanique : les pouvoirs royal, religieux et municipal. Une fois l’Indépendance proclamée, le palais vice-royal devient palais présidentiel et les pouvoirs religieux et municipaux maintiennent toute leur autorité, notamment lors des réjouissances. En effet, l’autre grande constante est la référence systématique au religieux, en l’occurrence au catholicisme et au clergé : après 1812, le modèle du serment constitutionnel de Cadix avait instauré l’espace religieux comme « source morale du nouveau corps souverain ». En 1822, les députés du premier congrès constituant (une majorité relative était composée de clercs) se retrouvèrent dans la cathédrale pour prêter serment « de conserver la sainte religion catholique apostolique et romaine, comme propre à l’État et de maintenir le Pérou dans son intégrité (…) ». L’auteur revient à plusieurs reprises sur l’importance du patronage des différentes Vierges, les messes d’actions de grâce et multiples prières qui accompagnent l’histoire politique du Pérou. Dans les objets porteurs d’une grande valeur symbolique, on note encore une continuité : au pennon royal, qui bénéficie de sa propre cérémonie et d’une série de rituels et d’attentions, succède le drapeau national, dont le contenu et les couleurs suivent les aléas de la guerre d’Indépendance. Le lecteur retrouvera d’autres éléments rituels qui se répètent de 1735 à 1828, comme le rôle des corporations (et des castas) et le souci des autorités de s’attacher la fidélité des élites liméniennes par des honneurs, la préséance jouant un rôle primordial. Des temps forts des festivités qui emportent l’enthousiasme populaire font l’objet de débats : les corridas, plébiscitées, sont un temps arrêtées puis réactivées par Bolivar. Il faut enfin noter que les grandes fêtes combinent souvent des enjeux locaux et globaux : le principal exemple réside dans le tremblement de terre de 1746, puis la Constitution de Cadix et la fête des héros locaux du libéralisme et de l’Indépendance.

7Dans les évolutions, il faut relever en premier lieu la lente et constante montée de la militarisation : les milices se multiplient et les défilés deviennent progressivement militaires. Les origines de ce phénomène viennent des réformes bourboniennes qui placent des officiers comme vice-rois. Les guerres des années 1810-1820 poursuivent et amplifient le phénomène avec une véritable militarisation de la société. On note également des transformations dans l’usage de l’incaïsme au gré de la volonté des Créoles, parfois des Indiens, de faire référence à un passé américain glorieux. Enfin, l’Indépendance donne une place aux femmes dans les rites de souveraineté : la volonté est d’inclure tout le peuple dans la communauté souveraine puis républicaine.

8En somme, le livre de Pablo Ortemberg par ses conclusions bien argumentées et son analyse minutieuse des fêtes propose une histoire politique du Pérou lors du passage de l’Ancien Régime à la République. L’auteur amène la preuve que cet aspect culturel n’est pas simplement narratif et symbolique mais bien performatif et réel : le pouvoir s’appuie durablement sur le religieux et le militaire dans un ensemble de gestes et de symboles forts souvent issus de la période monarchique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Pablo Ortemberg, Rituels du pouvoir à Lima. De la monarchie à la République (1735-1828) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10405

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Gaudin

Maître de conférences en histoire à l’université Toulouse 2-Le Mirail

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page