Navigation – Plan du site

Florence Hulak, Charles Girard (dir.), Philosophie des sciences humaines. Concepts et problèmes

Jocelyne Sfez
Philosophie des sciences humaines
Florence Hulak, Charles Girard (dir.), Philosophie des sciences humaines. Concepts et problèmes, Vrin, coll. « Histoire de la philosophie », 2012, 279 p., ISBN : 978-2-7116-2405-8.
Haut de page

Texte intégral

1Plutôt que de définir les sciences humaines à partir d’un objet commun dont l’unité est illusoire, ou à partir de leurs méthodes, parfois radicalement opposées, cet ouvrage collectif fait le choix judicieux d’interroger leur proximité à partir de neuf concepts transversaux. Sont ainsi problématisés en une trentaine de pages chacun les concepts de causalité, norme, interaction, événement, nature, société, inconscient, expérimentation et neutralité. Leur traitement, effectué par une dizaine de spécialistes d’horizons divers, permet de rendre compte à la fois de la fécondation réciproque des sciences humaineset de leur fécondité générale.

2Outils hérités de la philosophie dont les sciences humaines se sont émancipées, ces concepts sont autant de points d’entrée dans les problèmes ontologiques, épistémologiques ou pratiques de ces sciences. Ce faisant, leur examen montre que la philosophie a légitimement quelque chose à dire des sciences humaines, sans occuper un rôle douteux de surplomb, aujourd’hui impensable : en interrogeant ces concepts fondamentaux des sciences humaines, la philosophie se donne pour elle-même un accès sûr à leurs savoirs et à leurs questionnements, sans lesquels elle ne saurait désormais avancer.

3Ainsi P. Demeulenaere montre-t-il que la recherche d’une causalité à l’œuvre pour expliquer les faits sociaux se heurte d’une part à la complexité de leur intrication, d’autre part à la représentation des événements sociaux commeen partie au moins le fruit de la liberté. À quelles conditions peut-on reconnaître des relations causales entre des faits ou des événements sociaux ? Après avoir distingué les notions de cause, loi et mécanisme ainsi que leurs intrications, l’auteur montre comment deux traditions scientifiques s’affrontent. Mobilisant tour à tour Comte, Marx, Durkheim et Mill, il constate que l’on peut parler de lois au niveau macroscopique et tenter de modéliser des relations causales. Pourtant, d’autres (Dilthey) refusent catégoriquement l’existence de lois en sciences sociales : la réalité sociale, relevant de l’intention, doit être comprise plutôt qu’expliquée. Pourtant, s’il faut souligner l’importance de la compréhension de situations historiques particulières en sciences sociales (Weber), la variabilité historique existe aussi dans la nature et il ne peut pas y avoir d’explication d’un phénomène particulier sans postuler des lois générales (Hempel). Une épistémologie des sciences sociales doit dès lors chercher à préciser les garanties d’utilisation des scénarios causaux à la fois inévitables et problématiques.

4R. Ogien se demande dans quelle mesure l’appel aux normes sociales permet d’expliquer les conduites humaines. Si les normes sociales sont largement acceptées, c’est peut-être parce qu’elles sont « imposées par ceux qui en ont le pouvoir » (Becker) ou qu’elles sont prédictives et attractives : nous les suivons, convaincus que c’est ainsi qu’il convient de faire, parce que ce sont des habitudes qui réalisent des valeurs et, ce faisant, induisent des attentes. Le recours à la notion de norme permet de relativiser les idées de contrainte et de sanction dans l’explication de l’action et montre que nous poursuivons les fins qui sont valorisées. Les normes et les valeurs qui lessous-tendent sont des institutions sociales qui préexistent aux individus et leur survivent, mais qui sont intériorisées par l’individu lors de sa socialisation (culturalisme, Parsons). Or, on peut a contrario penser que l’agent pourrait agir de la même manière, non par habitude, mais par intérêt (rationalisme, Homans, Blau). L’examen de ces deux positions montre que l’explication de l’action par les normes est insuffisante, alors que la norme est parfois revendiquée comme une seconde nature ou comme une ressource. Au lieu de chercher un compromis entre ces deux façons de les concevoir, on peut tenter, comme les ethnométhodologues (Garfinkel), de décrire comment ces procédures explicatives sont construites, et en relever les limites.

5En tant qu’action réciproque engagée par les partenaires d’un échange, l’interaction serait toujours sociale. Elleintéresserait les sciences sociales en interrogeant particulièrement le rapport entre l’individu et les normes au sein des actions ordinaires de la vie quotidienne, et en requérant une méthode adéquate pour l’appréhender. C. Bonicco-Donato examine d’abord l’origine de la notion dans la sociologie allemande (Simmel), avant de présenter deux manières antagonistes de développer une analyse de l’interaction : d’une part l’interactionnisme symbolique de Blumer et de Strauss, proposant une compréhension faible de la normativité sociale, d’autre part l’interactionnisme réaliste de Goffman, mettant en œuvre une normativité extrêmement forte, sans exclure une action individuelle. Simmel s’efforce de remonter des interactions qui forment la société aux formes a priori qui les conditionnent. Il établit les dispositions cognitives que les individus doivent nécessairement avoir pour que quelque chose de social puisse émerger. Mais cette analyse ambiguë donne lieu à des interprétations divergentes dans l’École de Chicago, qui sont ici examinées.

6L’événement, en tant que fait ponctuel, déterminant, ou significatif, est la matière même de l’histoire. Mais ce qui vaut pour l’homme de l’histoire ne vaut pas pour l’homme d’histoire, et vice-versa. Du point de vue scientifique, le recouvrement des définitions est problématique car il peut faire craindre que ce qui paraît significatif soit illusoirement tenu pour déterminant : l’histoire n’aurait alors aucun caractère scientifique. Fl. Hulac se demande alors comment expliquer les événements et en quoi ils peuvent constituer un objet légitime pour les sciences humaines.

7P. Charbonnier montre comment les formes sociales de l’existence sont ancrées dans une réalité naturelle immédiatement problématisée qui en rend possible une approche sociologique, ethnologique aussi bien qu’historique. Or, l’idée de nature s’y heurte aux mêmes équivocités qu’en philosophie. Mais les sciences humaines permettent d’interroger efficacement ces difficultés, en constituant la prise en charge de l’environnement naturel comme fait social. L’essai étudie la construction des rapports au milieu environnant, en distinguant causes naturelles et causes sociales dans leur dynamisme commun (Vidal de la Blache) ; il approfondit, avec Durkheim, Mauss et Levis-Strauss, la signification même de cette association, et interroge, avec Godelier et Descola,la façon dont les communautés humaines se conçoivent à travers l’idée de socialisation de la nature. L’idée de nature apparaît comme une stratégie intellectuelle de certaines sociétés pour produire la solidarité fondamentale des communautés humaines et de leur milieu, et pour se la représenter.

8E. Debray se demande ensuite si la société possède une réalité propre ou si elle n’est qu’un être de raison. Suivant Durkheim, l’auteur montre qu’il existe une force contraignante qui produit l’unité propre à une société et qui ne peut pas être produite intentionnellement. La complexité dans les rapports sociaux permet alors de comprendre comment la société, comme phénomène émergent, peut posséder une réalité propre.

9Cl. Pagès interroge l’incidence que peut avoir la conception de l’inconscient psychique sur le rapport de la psychanalyse aux sciences humaines. Avec Freud, la psychanalyse constitue indéniablement un apport à la culture et beaucoup de sciences humaines s’y sont ensuite évidemment intéressées. La question fondamentale reste pourtant celle du statut épistémologique d’une science de l’inconscient.

10St. Dupouy examine « la possibilité, la fécondité et les spécificités de l’expérimentation (…) dans les sciences de l’homme et de la société ».  Après avoir étudié les obstacles pouvant s’opposer à l’usage de l’expérimentation dans la production du savoir sur les phénomènes humaines et sociaux (Mill), l’auteur envisage le modèle expérimental  en sciences humaines (Durkheim, Halbwachs, Passeron) pour dégager les spécificités des pratiques expérimentales qui y sont mises en œuvre (Milgram, Rosenthal, Duflo, Orne).  

11Fr. Callegaro et Ch. Girard reviennent enfin sur la question de la neutralité axiologique, considérée comme une règle constitutive de l’activité scientifique et de sa validité, particulièrement critique en sciences humaines où le chercheur appartient au même monde de valeurs que les hommes qu’il étudie. Les auteurs examinent successivement, à partir de Weber, s’il est possible d’établir des faits en suspendant tout jugement de valeur (Bloch, Rothbard, Aron), puis s’il est impossible pour le savoir ainsi constitué de fonder des jugements de valeurs (Durkheim).

12L’ensemble dresse un portrait foisonnant de l’état des lieux des sciences humaines. Au traitement analytique des concepts sont adjoints une présentation succincte des auteurs ainsi qu’un index des noms. Qu’il soit permis de regretter, dans un ouvrage si dense et si utile, tant au philosophe qu’aux divers spécialistes de sciences humaines, que pour mesurer la fécondité de ces concepts, l’éditeur n’ait pas trouvé la place pour un index des notions ! Reste qu’il est difficile de faire mieux comme introduction vraiment sérieuse aux sciences humaines. Même s’ils s’en défendent, les auteurs en ont réalisé là une fort belle approche qui peut aussi valoir comme manuel sans jamais verser dans des simplicités réductrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jocelyne Sfez, « Florence Hulak, Charles Girard (dir.), Philosophie des sciences humaines. Concepts et problèmes », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 janvier 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10408

Haut de page

Rédacteur

Jocelyne Sfez

Docteur en philosophie de l’ENS-Lyon. Lauréate de la bourse Gustave Monod de l’IFHA en 2011 et de la bourse Fernand Braudel de la FMSH en 2012 pour un projet post-doctoral portant sur « la bibliothèque médicale de Nicolas de Cues ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page