Navigation – Plan du site

Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée

Lilian Mathieu
Des toxiques invisibles
Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée, EHESS, coll. « Cas de figure », 2013, 240 p., ISBN : 978-2-7132-2382-2.
Haut de page

Texte intégral

1Saturnisme, sang contaminé, amiante, vache folle, antennes-relais de téléphonie mobile… La liste est désormais longue des débats publics qui mettent en cause la responsabilité de certains produits toxiques dans le développement de pathologies nouvelles ou résurgentes. Des toxiques invisibles est consacré à l’une de ces affaires de santé publique, celle qui a dénoncé le caractère pathogène d’une catégorie de solvants, les éthers de glycol. L’exposition à ces produits toxiques, utilisés principalement dans les « salles blanches » (des univers de travail strictement confinés) de l’industrie électronique, favoriserait la survenue de troubles de la reproduction tels que des cancers du testicule et des fausses couches.

  • 1  Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 200 (...)

2Le livre s’inscrit ainsi dans la continuité des travaux consacrés aux conditions et aux séquences de la construction des problèmes publics. Il relève plus spécialement de l’étude des problèmes de santé environnementale, qui sollicitent l’expertise scientifique pour révéler les conséquences néfastes pour la santé de l’exposition à des toxiques utilisés par exemple dans l’industrie ou présents dans l’alimentation et les produits de consommation courante. Ce domaine de recherche — émergent en France depuis, notamment, le travail d’Emmanuel Henry sur le scandale de l’amiante1 — se situe à l’entrecroisement de la sociologie des mobilisations (tout particulièrement des mobilisations de victimes) et de la sociologie des sciences, tout en sollicitant fréquemment les acquis des sociologies du droit et des médias. L’originalité principale du présent ouvrage réside dans le caractère inabouti et ambigu de la construction du problème des éthers de glycol. Certes, des victimes et leurs défenseurs se sont mobilisés et ont avancé des arguments scientifiques pour exiger la reconnaissance des dommages subis et l’instauration de mesures préventives, mais sans parvenir à convaincre du bien fondé de leurs affirmations ni atteindre tous leurs objectifs. Une seconde originalité de l’ouvrage réside dans la démarche comparative adoptée par Jean-Noël Jouzel : étudiées aux États-Unis et en France, les mobilisations contre les éthers de glycol présentent des profils contrastés.

3Aux États-Unis, la remise en cause de l’usage des éthers de glycol par les firmes électroniques de la Silicon Valley date de la fin des années 1980. Elle a été le fait d’un cabinet d’avocats spécialisé dans les problèmes de santé environnementale, et ce dans un contexte de faible connaissance des conséquences sanitaires des produits toxiques. L’hygiène industrielle américaine voit en effet son rôle limité à la définition de doses maximales d’exposition, sans s’intéresser aux conséquences d’une exposition limitée mais régulière des travailleurs aux substances chimiques. Plus encore, la contribution directe des entreprises à la production des données scientifiques leur assure un pouvoir de gestion des risques de santé en leur faveur. Il a donc fallu aux avocats conquérir contre ces mêmes firmes la capacité de faire mener des études indépendantes à même de prouver le lien entre l’exposition à ces substances et les troubles de santé constatés chez les travailleurs. L’ouvrage fournit à ce titre de riches éléments sur l’entrecroisement des logiques scientifiques, économiques et judiciaires, les juges américains disposant d’un pouvoir de contrôle sur la parole des experts et les firmes étant à même de peser sur la publication des recherches. Surtout, le livre montre comment la définition du problème évolue au fil du temps, les avocats et les scientifiques passant de la mise en cause des seuls éthers de glycol à la responsabilité des combinaisons de substances chimiques dans l’étiologie des maladies, sans pour autant aboutir à des avancées substantielles en matière de reconnaissance et de prévention.

4Ce sont d’autres acteurs qui vont au milieu des années 1990 se trouver au cœur du débat français sur les éthers de glycol, en l’occurrence les syndicats, et ce dans le contexte d’une gestion paritaire de la santé au travail favorable au patronat et qui contribue à « jeter sur les toxiques professionnels et leurs conséquences sur le corps des employés un “voile d’ignorance” » (p. 106-107). Conscients de ce rapport de force défavorable, les syndicats français ont, à la différence des avocats américains, tout d’abord cherché à maintenir le problème dans les limites des instances de négociation paritaire, sans viser une large publicisation. Il faudra l’action individuelle d’un chercheur, sanctionné après des études contestées sur les éthers de glycol, pour que la question suscite de premières mobilisations. Celles-ci bénéficieront en outre d’un contexte favorable : éprouvées par le scandale de l’amiante alors en plein développement, les autorités sanitaires se sont montrées réactives et ont rapidement adopté des mesures préventives. Toutefois, la publicisation de la cause a imposé à ses entrepreneurs une simplification de ses enjeux : à la différence des États-Unis où les éthers de glycol se sont effacés derrière la question des combinaisons de substances, ce sont ces seuls éthers qui ont focalisé l’attention en France. Pour autant, la construction du groupe des victimes s’est révélée difficile et les arguments mobilisés pour attester leur caractère pathogène n’ont pas emporté la conviction, tandis que les stratégies de médiatisation, via notamment les associations de consommateurs, ont tourné court. Incapables d’élargir les enjeux du problème de santé et d’attester son urgence, les entrepreneurs de cause n’ont pu résister à son appropriation par les institutions de santé publique, aboutissant à un abaissement des seuils d’exposition mais non à une interdiction totale. Le problème a par suite disparu de l’espace public au début des années 2000.

5L’ouvrage offre une présentation claire et systématique des mécanismes qui contribuent à l’émergence (en l’occurrence temporaire ou partielle) d’un problème de santé environnementale et des logiques sociales (professionnelles, scientifiques, économiques, judiciaires, administratives…) qui y président. À ce titre, il s’impose comme une étude de référence dans son domaine de recherche. On regrettera cependant le caractère quelque peu désincarné de son propos : peu est dit des parcours et des propriétés sociales des entrepreneurs de cause, alors même que la construction du problème met en scène un nombre réduit de protagonistes et que les relations qui les unissent apparaissent très personnalisées. On regrettera également un vocabulaire trop uniformément utilitariste (caricatural p. 151 où un paragraphe concentre les termes « intérêt », « bénéfices », « ressources » et « usage stratégique »), qui tend à rabattre sur le seul calcul rationnel des logiques d’action dont on pressent qu’elles sont beaucoup plus hétérogènes (le rôle d’émotions comme l’anxiété ou la colère, par exemple, aurait pu avoir sa place dans l’ouvrage). On regrettera enfin que les apports de la comparaison France-États-Unis ne soient pas davantage développés, tant elle paraît suggestive sur la place relative du droit et de l’organisation des travailleurs. Mais on saluera surtout dans ce livre une contribution des plus appréciables à une sociologie de la production scientifique, de ses usages et de ses limites — c’est-à-dire, aussi et ainsi que le dit l’auteur, à une connaissance de la production sociale de l’ignorance.

Haut de page

Notes

1  Emmanuel Henry, Amiante, un scandale improbable. Sociologie d’un problème public, Rennes, PUR, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Jean-Noël Jouzel, Des toxiques invisibles. Sociologie d'une affaire sanitaire oubliée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 20 janvier 2013, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10413

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page