Navigation – Plan du site

Thierry Paquot, Introduction à Ivan Illich

Thomas Le Guennic
Introduction à Ivan Illich
Thierry Paquot, Introduction à Ivan Illich, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012, 128 p., ISBN : 9782707174949.
Haut de page

Texte intégral

1Comme le souligne fort à propos la présentation de l’ouvrage par l’éditeur, il est un paradoxe à propos d’Ivan Illich (1926-2002). Figure incontournable des débats intellectuels des années 1970, la pensée de cet auteur inclassable semble être tombée dans l’oubli au moment même où, face aux problèmes économiques, sociaux et environnementaux du XXIe siècle naissant, elle paraît révéler toute son acuité et que, par ailleurs, elle a légué de nombreuses thématiques et notions au sens commun : « les thèses sur la contre-productivité des institutions, le grignotage des communaux, le rétrécissement de la sphère d’autonomie, la « douce tyrannie » des professions « mutilantes », etc. sont dorénavant connues, validées, acceptées et banalisées sans qu’on sache nécessairement ce qu’elles doivent à Illich » (p. 77). Assurément, Introduction à Ivan Illich répare cette « injustice » : voilà l’œuvre d’Illich en voie de réhabilitation, proposée de nouveau au public et, ce faisant, mise en débat.

2Conçu comme une « introduction », l’ouvrage de Thierry Paquot marie savamment synthèse théorique, analyse de la réception, et biographie d’Illich. Sa proximité d’avec l’auteur teinte son propos d’une tonalité personnelle qui sert agréablement la présentation de l’œuvre et de l’homme. D’ailleurs, c’est sur ce dernier point que l’ouvrage de Thierry Paquot fait mouche et s’impose comme incontournable pour qui veut s’initier à la pensée d’Illich. C’est que celui-ci dispose d’un parcours atypique : polyglotte de naissance, prêtre défroqué, professeur érudit, animateur de séminaires, intellectuel cosmopolite, ami exigeant ; Illich se pose tout à la fois comme acteur de son existence et de l’histoire ‑ tant aux États-Unis, qu’au Mexique où il fonde un centre de recherche (le CIDOC) dont l’action sociale contribuera à sa renommée.

3Thierry Paquot choisit de présenter l’œuvre d’Illich en procédant à des regroupements thématiques, tout en conservant la progression chronologique des publications. Il propose un découpage en deux périodes. La première est consacrée à la critique des institutions dans la société postindustrielle et la seconde aux conséquences de ces mêmes institutions dans le domaine du symbolique.

4La critique d’Illich porte sur de nombreuses institutions : École, hôpital, Église, transports, travail. Ses ouvrages les plus célèbres en France, tels qu’Une société sans école (1971), La convivialité (1973) ou encore Némésis médicale (1975), s’articulent tous autour d’une critique des effets délétères des institutions, et du paradoxe qui les anime. Par exemple, au lieu d’éduquer et de réduire les inégalités, l’École nivelle les savoirs, trie les élèves et produit de l’échec scolaire ; elle désapprend aux individus à apprendre par eux-mêmes en légitimant le professeur et l’institution comme source unique du savoir. Au lieu de soigner, la médecine génère des pathologies, étend son domaine d’expertise aux problèmes sociaux qu’elle convertit en problèmes médicaux, ôte au patient toute autonomie : la médecine n’est plus une démarche locale, diagnostique et curative adaptée aux besoins du patient, mais devient une activité globale, spécialisée, standardisée et hétéronome.

5La deuxième phase dans les travaux d’Illich, la plus tardive et la moins connue, porte sur l’impact des institutions et de leur fonctionnement analysés précédemment, dans le domaine du sensible. Illich analyse par exemple la genèse du regard et de la lecture, ainsi que de leurs mutations à l’heure du développement des technologies numériques. Selon lui, « l’œil moderne réduit le regard […] à une forme de scannage » (p. 87), il vide la pratique de la lecture de sa dimension introspective et ruminante, pour en faire un acte plat d’enregistrement. Il est aussi question de l’évolution de la langue et des conséquences culturelles et symboliques de l’invention de l’alphabet dans le rapport que les individus entretiennent au temps et à l’espace. Illich procède ainsi à une épistémologie de la pensée occidentale : comment l’alphabet l’a-t-il structurée ? Comment l’écrit a-t-il pris le pas sur l’oral ? Comment l’alphabet a-t-il figé le temps et le flux des mots ?

6Quel que soit l’objet d’étude, le constat d’Illich est le même : l’évolution contre-productive des institutions, la programmation à outrance des sociétés, la constitution d’activités humaines en monopoles professionnels et l’empire grandissant de la technique, anéantissent l’autonomie du sujet. D’où ressort la nécessité de cheminer vers une société « conviviale » où l’individu recouvrira son autonomie grâce à un triptyque de valeurs : « survie, équité, autonomie créatrice » et où se (re)découvriront des espaces matériels et symboliques communs : des « communaux ».

7En définitive, Introduction à Ivan Illich constitue une véritable « malle au trésor ». Aux exposés théoriques et biographiques, Thierry Paquot ajoute un appareil bibliographique conséquent, ainsi qu’un lexique bienvenu pour s’approprier le « vocabulaire illichien ». À côté de la présentation générale, l’usage d’encadrés permet d’entrebâiller de nombreuses portes sur la pensée ou la trajectoire d’Illich. Enfin, les multiples développements sur la réception critique, éditoriale et académique de l’œuvre sont à saluer. Ils soulignent à la fois l’originalité d’un intellectuel difficile à classer, ses usages, ses amitiés et ses prolongateurs, tant du côté de la revue Esprit, des éditions du Seuil que d’un André Gorz ou d’un Jacques Ellul, intellectuels classés aujourd'hui aux côtés d’Illich comme inspirateurs de l’écologie politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Le Guennic, « Thierry Paquot, Introduction à Ivan Illich », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 janvier 2013, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10426

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page