Navigation – Plan du site

Anne Cheng, La Chine pense-t-elle ?

Jacques Ghiloni
La Chine pense-t-elle ?
Anne Cheng, La Chine pense-t-elle ?, Fayard, Collège de France, coll. « Leçons inaugurales », 2009, 44 p., ISBN : 978-2-213-64292-5.
La Chine pense-t-elle ?
Anne Cheng, La Chine pense-t-elle ?, Collège de France, CNED, Doriane films, coll. « Les leçons inaugurales du Collège de France », 2012, EAN : 3700246903598.
Haut de page

Texte intégral

1Le premier cours au Collège de France d’Anne Cheng répond aux critères formels des leçons inaugurales : situer ses travaux par rapport à ses prédécesseurs et les inscrire dans les derniers développements de la recherche. Anne Cheng, professeure à l'Institut national des langues et civilisations orientales entre 1997 et 2008, occupe, depuis 2008, la chaire d’Histoire intellectuelle de la Chine, sa leçon inaugurale ayant été donnée en décembre 2008 (l’édition électronique de ce texte, par le Collège de France est consultable en libre accès : http://lecons-cdf.revues.org/​184).

  • 1  Histoire de la pensée chinoise, Seuil, 1997.
  • 2  La pensée en Chine aujourd'hui, sous la direction d'Anne Cheng, Paris, Gallimard, 2007, collection (...)

2Le titre de sa leçon peut paraître singulier « La Chine pense-t-elle ? », comme s’il n’allait pas de soi que ce pays a une histoire culturelle. Il s’agit évidemment d’un clin d’œil, Anne Cheng ayant elle-même écrit dès 1997 un livre sur l’histoire de la pensée chinoise1 et dirigé en 2007 un ouvrage important sur la pensée en Chine2, où il s’agissait de détruire le mythe de « l'altérité chinoise », en particulier l'idée d'une pensée chinoise unique, fixée dès l'antiquité, qui n'aurait jamais connu de débats. Le titre de ce premier cours fait en réalité référence au livre de Guy Bugault L'Inde pense-t-elle ? (PUF, 1994), auteur d'un ouvrage de référence sur les convergences et divergences entre ce qu'on dénomme philosophie en Occident et en Inde, et grand spécialiste du bouddhisme.

3Anne Cheng est donc dans le prolongement de ses travaux sur la Chine, puisqu’elle expose dans sa leçon que « notre regard sur la Chine ne peut plus se permettre de rester distant et de construire à sa guise un objet appréhensible comme un tout quintessentiel », et qu’« à bien des égards, nous vivons encore pour une large part sur des conceptions formées il y a trois siècles à l’époque des Lumières qui ne sont cependant plus ni très éclairées ni très éclairantes ». Anne Cheng se fixe donc comme mission, avec ses collègues de la sinologie française, de remédier à l’ignorance, ou aux idées préconçues, que nous pouvons avoir concernant la Chine. Ces préjugés sont souvent alimentés par les multiples publications, trop souvent mal informées, sur la « sagesse chinoise ».

  • 3  François Cheng, Cinq méditations sur la beauté, Albin Michel, 2006.

4Anne Cheng rappelle, dans cette leçon, quelle a été l’importance de son histoire personnelle dans sa production intellectuelle : elle est en effet née de parents chinois artistes dans la France de l’après-guerre. Sa mère est rentrée en Chine en 1966 au moment de la Révolution culturelle, laissant sa famille sans nouvelles durant 10 ans. Son père est l’Académicien François Cheng, qui a écrit un magnifique livre, parmi d’autres, sur la beauté3, mêlant des méditations influencées par la culture européenne et chinoise. Anne Cheng se trouve ainsi, par sa biographie, à la confluence de deux cultures : la culture chinoise, inculquée dans le milieu familial, le Chinois étant sa première langue parlée, la culture européenne au travers de l’école de la République, de la maternelle à Normale Sup’.

5Cette double culture conduit Anne Cheng à lutter, par le biais de ses travaux, contre la dérive essentialiste que l’on trouve fréquemment à propos de la Chine, dérive du même type que celle que nous pouvons trouver dans des essais comme celui d’Huntington sur le « choc des civilisations ». Pour lutter contre ces préjugés, Anne Cheng se donne pour mission, dans un premier temps de lutter contre l’ignorance en mettant des fondations solides, constituées d’une culture minimale concernant la Chine. Il s’agit pour Anne Cheng d’une véritable mission de service public. Pour l’auteur, le combat contre l’essentialisme s’appuie sur l’histoire de la pensée chinoise, parfois en s’opposant au discours identitariste des dirigeants chinois, qui adoptent une réinterprétation de l’histoire de la pensée chinoise de manière à légitimer leurs positions idéologiques, par exemple en revisitant des thèmes plus ou moins confucéens.

6Pour Anne Cheng, le travail de base doit s’appuyer sur la lecture des textes, véritable imprégnation par la pensée chinoise, et donc qui ne se contente pas d’une analyse rapide. Elle parle à ce propos « d’écoute musicale », résultat d’un effort d’éducation, d’entraînement pour affiner notre oreille à écouter parler les textes et les auteurs chinois dans leur langue et leur contexte. Il s’agit véritablement d’entendre la sonorité des mots, sachant qu’en chinois un son est souvent un mot. Le travail est d’autant plus complexe qu’un certain nombre de notions chinoises sont intraduisibles et qu’il faut donc expliquer comment elles s’articulent entre elles afin de les comprendre. Cette attitude permet d’échapper à un certain type de comparatisme entre la culture occidentale et chinoise, soucieux d’échapper à l’européocentrisme, mais sombrant par ailleurs dans un orientalisme « muséifiant » la pensée chinoise, la chargeant d’une altérité indépassable, alors que toute culture ‑ et bien évidemment la culture chinoise n’échappe pas à cette propriété ‑ connaît un changement perpétuel, des mutations incessantes.

7La leçon inaugurale esquisse les leçons à venir. Celle d’Anne Cheng nous incite à suivre son travail au Collège de France. On peut notamment, sur le site du Collège4, suivre en vidéo ses cours, de 2009 à aujourd’hui, consacrés à Confucius.

8Anne Cheng rend également hommage à ses maîtres : Édouard Chavannes, Paul Pelliot, Henri Maspero, Paul Demiéville, Léon Vandermeersch… et plus particulièrement Jacques Gernet, professeur honoraire au Collège de France, titulaire de la chaire d' Histoire sociale et intellectuelle de la Chine, et Pierre-Etienne Will, professeur au Collège de France, titulaire de la chaire d'Histoire de la Chine moderne, qui a soutenu sa candidature au Collège de France.

9Nous retrouvons ces deux professeurs sur le DVD de la leçon inaugurale d’Anne Cheng pour une discussion à trois d’une durée d’une trentaine de minutes. Leurs propos portent surtout sur l’importance de la démarche historique. Ils l’illustrent par l’évolution du sens du mot « li » qui signifie ordre naturel, structure interne, essence des choses, organisation, notamment en montrant son évolution avec le bouddhisme et le taoïsme. Ils s’intéressent également au théâtre populaire, à la culture populaire en Chine et leurs liens avec les valeurs morales. Bien sûr, ils traitent également de Confucius et du confucianisme, qui, d’une sorte de secte de lettrés confucéens est devenu dominant avec son imposition par les Song. Fidèle à sa démarche, Anne Cheng montre que les valeurs confucéennes sont parfois plus universelles qu’elles ne paraissent (la piété filiale, par exemple, même si elle particulièrement exacerbée en Chine). Pierre-Etienne Will dénonce le discours culturaliste aujourd’hui en Chine, qui prétend s’appuyer sur des traditions millénaires, mais qui sont en fait de facture récente. Il assimile cette posture à une espèce de fondamentalisme.

10Nous avons par ailleurs sur ce DVD la leçon inaugurale d’Anne Cheng, ainsi qu’une présentation du Collège de France. Nous trouvons aussi bien sur le livret du DVD que dans le livre d’Anne Cheng, cet extrait des Entretiens de Confucius :

11À quinze ans, j’ai résolu d’apprendre.

12À trente ans, je me tenais debout.

13À quarante, je n’étais plus dans la confusion.

14À cinquante, je savais à quoi j’étais destiné.

15À soixante, j’avais l’oreille accordée.

16À présent que j’en ai soixante-dix, je suis les désirs de mon cœur sans jamais passer la mesure.

Haut de page

Notes

1  Histoire de la pensée chinoise, Seuil, 1997.

2  La pensée en Chine aujourd'hui, sous la direction d'Anne Cheng, Paris, Gallimard, 2007, collection Folio Essais.

3  François Cheng, Cinq méditations sur la beauté, Albin Michel, 2006.

4  http://www.college-de-france.fr/site/anne-cheng/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Anne Cheng, La Chine pense-t-elle ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 janvier 2013, consulté le 18 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10433

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page