Navegación – Mapa del sitio

Tobie Nathan, Isabelle Stengers, Médecins et sorciers

François Sicot
Médecins et sorciers
Isabelle Stengers, Tobie Nathan, Médecins et sorciers, Empêcheurs de penser en rond, 2012, 230 p., ISBN : 978-2-35925-063-3.
Inicio de página

Texto completo

  • 1  Parmi tant d’autres manières de faire de l’ethnopsychiatrie, sous ses diverses appellations.

1Médecins et sorciers est paru une première fois en 1995, a été réédité tel quel en 2004 et, en 2012, augmenté de deux petits textes où les auteurs sont censés « répondre à leurs contradicteurs » (dixit l’éditeur). T. Nathan, représentant d’une ethnopsychiatrie1 et I. Stengers, philosophe des sciences, proposaient dès la première édition deux textes qui, sans véritablement se répondre ou s’articuler, interrogeaient la scientificité des psychothérapies et, finalement, de l’ensemble des pratiques thérapeutiques à destination des malades psychiatriques. Ils interrogent également les prétentions à la modernité, à la rationalité de la médecine ‑ ici la psychiatrie ‑ moderne.

2Dans la même veine, Bruno Latour avait publié en 1996 chez cet éditeur une Petite réflexion sur le culte moderne des dieux faitiches. C’est la croyance, les ressorts de la guérison qu’il s’agit dans ces textes d’interroger. Une question classique en anthropologie mais plutôt dans les termes de l’efficacité symbolique. Les trois auteurs ont en commun de refuser ce que B. Latour nomme le grand partage : la différence entre savoir et croyance, mythe et raison, médecins et sorciers. Ici sous la forme d’une interrogation par T. Nathan de ce qui distingue diagnostic et divination (« la divination […] n’a pas pour mission de mettre au jour un visible caché, sa fonction est d’instaurer le lieu même de l’invisible ») et, chez I. Stengers, vrai médecin et charlatan. « Nous sommes obligés de penser que toutes les étiologies ‑ qu’elles soient d’origine savante ou sauvage ‑ toutes sont rationnelles » Ou encore : « les psychopathologistes continuent de prétendre qu’il existe une pensée d’un côté ‑ celle de la psychopathologie occidentale – des croyances de l’autre ‑ celles de ces (pauvres) sauvages » (T. Nathan).

  • 2  « Il y a l’idée que “tout se vaut”, qu’il n’y a pas de différence entre prendre des médicaments ou (...)

3Faut-il déconsidérer l’entreprise de T. Nathan et I. Stengers en recourant à des anathèmes tels que relativisme2 et culturalisme ? À notre avis non, c’est une mauvaise manière de se débarrasser d’auteurs qui posent des questions fondamentales sur le pouvoir ‑ et cette notion dans sa polysémie ‑ du médecin, dont le psychiatre, le sorcier, le psychanalyste. Car il ne faut pas masquer une raison supplémentaire du rejet violent dont ils sont souvent l’objet : leur participation à la critique de la psychanalyse. Nos deux auteurs ont en effet participé à la fois à La guerre des psys. Manifeste pour une psychothérapie démocratique (Les empêcheurs de penser en rond, 2006) et au fameux Livre noir de la psychanalyse (Les arènes, 2005).

4Dans Médecins et sorciers, T. Nathan fait un certain nombre de constats qui doivent, selon nous, être présents à l’esprit si l’on s’intéresse un minimum au pouvoir des psychiatres. Entre autres : la psychiatrie biomédicale isole le patient de la communauté ; le dispositif de soin crée tout à la fois les conditions de la guérison et produit le sens de la maladie (pourvu que l’événement malheureux dont on est affecté soit ainsi nommé) ; les esprits existent. Tout système thérapeutique peut être compris comme une forme d’articulation entre une intervention biologique (physique, chimique, etc.) et une intervention sociale (psychique, symbolique). Une perspective pragmatique en sociologie de la santé s’accommodera aisément, on s’en doute, de l’idée selon laquelle : « il ne s’agit pas de discuter du degré de « vérité » des interprétations mais d’observer la conséquence de leur mise en acte ».

5Ce texte de T. Nathan n’apporte qu’une pierre supplémentaire ‑ et il n’est ni le plus original (voir L’influence qui guérit ; O. Jacob, 1994) ni le plus travaillé au plan théorique ‑ à une longue série au travers desquels il a bâti sa conception des soins psychiatriques à apporter aux migrants. Nous concernant ‑ et l’on ne peut faire un compte-rendu de thèses aussi polémiques sans parti-pris ‑ nous sommes plus intéressés par son analyse du pouvoir psychiatrique (isoler versus insérer le malade, donner du sens, inscrire dans un dispositif) et son rattachement à l’anthropologie symétrique que par la thèse sur « les bienfaits des thérapies sauvages », qui à la fois, rappelle immanquablement le bon sauvage de Rousseau et, comme on le lui a bien souvent reproché, enferme l’autre dans sa soi-disant culture d’origine.

  • 3  Il vaut bien mieux lire à notre avis sur ces distinctions, l’introduction du dernier ouvrage de S. (...)

6On peut être surpris également par la forme que prend parfois la démonstration. De la part d’un auteur qui a pris tellement de distance avec une manière de faire de la psychanalyse, le recours à des petites histoires de cas exemplaires, dans lequel le thérapeute met en scène le dépassement des obstacles et la résolution du problème ‑ la guérison du malade, laisse perplexe. Le texte supplémentaire proposé par T. Nathan, qui justifierait cette nouvelle édition, part de la distinction entre malades, usagers, patients3 pour discuter de la place des malades mentaux dans les prises de décision les concernant. Un thème effectivement d’actualité mais que l’auteur prétend développer en comparant ces groupes tels qu’ils se développent en France… avec les « regroupements d’usagers dans les rituels de possession tels que n’dop au Sénégal, le djinadon des Bambaras… ».

7La contribution supplémentaire d’I. Stengers à ce thème des collectifs d’usagers (de) malades est bien plus intéressante, introduisant une distinction très claire entre deux types de collectifs : « il importe donc, politiquement, de construire la différence entre les associations de patients mis au service de leur maladie, telle qu’elle a été définie par les industriels (et, à leur suite, les scientifiques), et les associations d’usagers produisant un savoir propre à propos du paysage de diagnostics, de traitements, de rapports thérapeutiques dont ils sont usagers ». Et de plaider : « Bas les pattes ! Ce dont nous souffrons ne nous appartient pas ». Si ce petit texte doit être rapproché d’un autre important en sociologie de la santé, c’est celui dirigé en 2002 aux éditions La dispute par I. Baszanfger, M. Bungener et A. Paillet : Quelle médecine voulons-nous ? Ouvrage qui plaidait également, d’une autre manière, pour la réappropriation par les usagers du mandat de la médecine.

8I. Stengers dans son texte initial et central (« Le médecin et le charlatan ») croise deux préoccupations qui lui sont chères. Elle interroge le statut de la preuve dans les sciences (le statut de l’expérimentation dans la science moderne) et, variation sur ce thème, prolonge ses travaux sur l’hypnose (5 ouvrages sur la question) : « La guérison ne prouve rien. Le but poursuivi par la médecine (guérir) ne suffit pas à faire la différence entre pratique rationnelle et pratique du charlatan. L’impératif de rationalité et la dénonciation du charlatan deviennent en ce sens solidaires : le charlatan est défini comme celui qui revendique ses guérisons pour preuves ». D’autre part, elle poursuit sa lecture politique des sciences et son engagement pour que les citoyens se réapproprient la science, en fassent des questions politiques, ce qu’elle appelle une « intelligence publique de la science ». C’est aussi dans cette perspective qu’elle argumente pour que l’hypnose, le magnétisme, les pratiques des sorciers ne soient pas disqualifiées au nom de la vraie science.

9Mis bout à bout, les deux textes princeps de T. Nathan et I. Stengers sont assez convaincants pour réfuter le postulat selon lequel la maladie et le symptôme sont étroitement liés à la personne malade et à elle seule. Les deux textes y opposent que maladie et personne malade sont liés en réalité, dans et par le dispositif de soins et/ou dans le dispositif expérimental (par exemple le laboratoire dans lequel on produit et teste le médicament psychotrope, ou celui dans lequel la psychologie expérimentale teste le rôle de l’influence dans la modification des comportements).

Inicio de página

Notas

1  Parmi tant d’autres manières de faire de l’ethnopsychiatrie, sous ses diverses appellations.

2  « Il y a l’idée que “tout se vaut”, qu’il n’y a pas de différence entre prendre des médicaments ou un placebo, avoir recours à un chaman, faire du golf, du moment que c’est efficace. Et là, je me suis heurtée de front à ces positions-là que j’ai considérées comme perverses. La petite bande ‑ Pignarre surtout ‑ a tenté d’annexer Deleuze en jouant sur un certain dogmatisme psychanalytique. Mais l’idée de fond, c’est qu’il n’y a pas de différence entre la magie et la science » (« Entretien avec Élisabeth Roudinesco », Raisons politiques, vol. 1, n°25, 2007.

3  Il vaut bien mieux lire à notre avis sur ces distinctions, l’introduction du dernier ouvrage de S. Fainzang, L'automédication ou les mirages de l'autonomie, PUF, Paris, 2012.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

François Sicot, « Tobie Nathan, Isabelle Stengers, Médecins et sorciers », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 22 enero 2013, consultado el 23 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10436

Inicio de página

Redactor

François Sicot

Professeur de sociologie, Université Toulouse 2, LISST.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página