Navigation – Plan du site

« L’objet livre », Terrain, n°59, septembre 2012

Tatiana Burtin
L'objet livre
« L'objet livre », Terrain, n° 59, 2012, Maison des Sciences de l'Homme, ISBN : 978-2-7351-1507-5.
Haut de page

Texte intégral

1Ce cinquante-neuvième numéro de la revue d’ethno-anthropologie Terrain propose huit articles sur le livre en tant qu’objet concret, à travers différentes cultures pour lesquelles il a acquis une dimension sacrée, cultuelle, au sein de pratiques rituelles élaborées, ou, apport particulièrement intéressant de ce dossier, dans les sociétés tribales de tradition orale. L’illustration de couverture (YHW de Jean-Marc Dumont, 2012) présente d’ailleurs un livre fait de matière brute, vierge de tout texte, mais dont la couverture s’orne d’un trigramme stylisé qui suggère une silhouette humaine. Le numéro contient également la leçon inaugurale inédite de Marcel Mauss au Collège de France, un article sur les foires de troc en Argentine et un hommage au chercheur Isac Chiva.

2Le dossier principal a été conçu à la fois comme une tentative de comblement d’une lacune en matière d’anthropologie des biens matériels et de l’écriture (comme le montre la revue de littérature), et une synthèse portant un éclairage réciproque inattendu sur des recherches menées parallèlement par les deux directeurs de l’ouvrage, l’un au Tibet, l’autre dans la forêt amazonienne. La diversité des articles proposés permet de même d’observer un large éventail de manipulations de l’objet livre, et d’espérer une ouverture de ce champ original à d’autres disciplines généralement tournées vers l’écrit, ou à des ères culturelles pour qui le texte prime sur l’objet, à l’heure où la matérialité du livre change radicalement.

  • 1  Elizabeth L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change. Communications and Cultural Tra (...)

3Le premier article de Hildegard Diemberger (pp. 18-39) sur les livres sacrés tibétains montre comment la perception bouddhique du livre, relique dont la diffusion est une action méritoire, influence l’adoption des techniques de reproduction du texte, de la xylographie ancienne aux éditions numériques actuelles, « en élargissant les frontières traditionnelles de socialité qui sont associées » à sa matérialité (p. 37). L’expansion de l’imprimerie a eu des conséquences sur la formation monastique, hypothèse que Diemberger explore en revenant longuement sur le contexte de mécénat politique, de ferveur religieuse et d’évolution du marché du papier dans quelques régions du Tibet, en s’appuyant surtout sur les travaux d’Elizabeth Eisenstein1. On retrouve aujourd’hui cette « moralité du livre », à la fois religieuse et érudite, à travers la reproduction numérique et la diffusion à l’échelle mondiale des textes sacrés dans des réseaux qui brisent les frontières entre monde régulier et monde séculier.

4À l’opposé de cette attitude de dévotion, le rôle primordial accordé à la transmission orale et à la mémorisation de la somme sacrée de l’Agama dans les écoles hindouistes affirme la supériorité de l’oral sur l’écrit pour la diffusion du savoir, technique qui privilégie la matière des mots plutôt que la recherche du sens du texte, comme Chris Fuller l’expose dans son article (pp. 40-51). Cependant, la généralisation des procédés d’impression au début du XXe siècle, dont Fuller montre les conséquences pour la montée du nationalisme hindou et pour l’avènement d’une critique scientifique des textes par les chercheurs étrangers, conduisit à une forme particulière de canonisation des textes agamiques, qui, si elle devint importante pour leur connaissance extraterritoriale et pour l’évolution politique du pays, n’effaça pourtant pas les anciennes pratiques religieuses de transmission, toujours d’actualité. L’auteur souligne le parallèle entre cette tradition mémorielle et la place du Coran dans l’Islam : l’hindouisme ne connaît pas de culte du livre.

5Dans le Sud marocain et rural, les manuscrits savants, conservés comme des trésors par les familles ou les religieux, forment une composante essentielle du lien social et culturel, héros de nombreux récits. Cette thésaurisation repose, selon Romain Simenel (pp. 52-69), sur trois paradigmes : l’aura (diffusion et parcours des livres en Orient et en Occident, ancrage géographique et symbolique de la bibliothèque lié à des pouvoirs magiques légendaires), la prédation (par les djinns ou les colons) et le secret (le livre comme objet de filiation plus que de savoir, et « support de l’apprentissage poétique des connaissances », p. 68). Il s’inquiète du danger que court actuellement ce patrimoine de grande valeur historique, symbolique et matérielle, exposé aux détériorations du temps, aux convoitises des autorités coloniales hier, des collectionneurs saoudiens aujourd’hui. La dispersion de ce trésor dans des bibliothèques privées rend cependant délicate la mise en place d’un système de protection juridique et administratif efficace.

6Anouk Cohen présente quant à elle la diffusion actuelle du Coran dans le Maroc urbain d’aujourd’hui. Sa production massive (trois achats par an et par personne à Casablanca), la diversité des formes et des qualités d’impression du livre, sa présentation en vitrines, étapes éditoriales que Cohen détaille dans cette enquête (70-87), montrent l’ajustement de ce marché en plein essor à la demande des Marocains et à l’individualisation des pratiques de lecture et d’appropriation du message spirituel renfermé dans le Coran, autrefois dévolues à l’imam, au maître ou au père. Plusieurs critères déterminent les choix des consommateurs, comme la dimension, l’apparence ou le texte, selon que l’objet prenne une valeur esthétique, pratique (maniabilité) ou didactique (mémorisation des versets). Les versions éditées au Maroc veulent se démarquer des livres importés du Golfe, afin d’affirmer un texte orthodoxe fondé sur une tradition nationale. Ainsi, le livre sacré, objet commercial que chacun s’approprie selon son mode, est aussi l’enjeu de luttes politiques ; à ce titre il crée du lien social, autant à l’échelle de l’islam que dans les foyers, en manifestant une histoire, un patrimoine familial.

  • 2  Alfred Gell, L’Art et ses agents. Une théorie anthropologique [1998], Dijon, Les Presses du réel, (...)

7Partant de la théorie du « réseau de l’art » d’Alfred Gell (1990), sur les relations entre l’art et l’objet2, Warren Boutcher souhaite construire une « anthropologie historique des artéfacts littéraires » (p. 88). Les livres à l’âge moderne matérialisent des « agentivités » sociales combinées, celles des auteurs, des hommes de lettres, des patrons, etc., qui s’infèrent l’une l’autre. Tout artéfact littéraire partage les propriétés esthétiques des œuvres d’art, même si Gell n’a pas classé les livres parmi sa typologie des œuvres d’art. L’époque et la réalisation de la composition d’un livre, tout comme le réseau social et familial dans lequel il circule (Boutcher en prend un exemple chez Montaigne), ou la mise en présence d’un être par la totalité d’un livre (Bacon à propos du Basilikon Dôron de Jacques ier), sont des « indices » artificiels efficaces, qui font comprendre les agentivités sociales passés et présentes. On peut cependant regretter que cet article prometteur ne donne finalement pas d’exemples d’indices et d’agentivités à l’œuvre dans la matérialité des livres publiés aujourd’hui.

8Christine Jungen propose un article sur les manuscrits égyptiens déposés à Alexandrie (pp. 104-119). Le nouveau protocole de transmission et de conservation des textes transforme le rapport de la bibliothèque légendaire au savoir universel : les livres y sont pensés à la fois comme des éléments fondamentaux dans la production et la diffusion de la science, mais aussi comme des objets d’art protégés des manipulations. La fixation des manuscrits sur microfiches, synthèse de l’érudition arabe et allemande, et la restauration des originaux, qui permet de « ressaisir l’objet à travers ses qualités matérielles », grâce à un patient « profilage » de ses transformations et détériorations qui aboutit à la constitution d’un manuscrit « fort » (113-114), articulent la copie, la reproduction, l’original et l’authentique. Ces articulations sont reformulées dans un espace public, la salle de lecture, où les livres sont exposés sous vitrine mais consultables numériquement, à travers « l’oscillation entre le livre comme pièce d’un corpus et comme objet de collection ». L’ambition de la Bibliothèque serait donc de créer un « lieu total du manuscrit comme “matière de texte” » (p. 119), qui tente d’épuiser toutes les ontologies possibles du livre, de la stabilisation-fossilisation du manuscrit à sa réanimation à travers le décalage entre la vue et le toucher de l’objet.

  • 3  François Cooren, « Textual agency: how texts do things in organizational settings », Organization, (...)

9Jeremy Stolow montre enfin la manière dont le « textocentrisme » juif respecte scrupuleusement les critères religieux de mémorisation et de récitation du texte sacré dans la production et la diffusion des manuscrits, de la pierre au rouleau, et à la page virtuelle (pp. 120-137). Partant de la théorie de l’acteur-réseau de François Cooren3, qui n’est pas déterminée par la présence d’un sujet humain intentionnel dans la production d’un objet, Stolow prend l’exemple des éditions ArtScroll, maison juive orthodoxe réputée de Brooklyn, dont la production a évolué des textes religieux aux livres clairement commerciaux, mais est restée très attachée à la tradition orthodoxe. Support « d’agentivités matérielles » variées (p. 135), ces publications font émerger un textocentrisme nouveau, qui dépasse le pouvoir de la signification linguistique ou l’autorité des interprètes, pour se comprendre également comme relation à un objet dépositaire de stimuli sensoriels, d’affects et de souvenirs incarnés qui lui confèrent une présence quotidienne ou une dimension sacrée. Conçus intelligemment, accessibles, fiables, ils sont pensés par les éditeurs et les lecteurs comme des signes d’une authenticité et d’un rigorisme religieux plus fantasmés que réels, qui nourrissent d’ailleurs bien des polémiques.

10Il faut rendre hommage à la qualité plastique et scientifique de ce numéro, qui allie dans un savant dosage érudition, descriptions précises et analyses fouillées et stimulantes, le tout abondamment et agréablement illustré, faisant de ce livre une véritable réussite, matérielle aussi bien qu’intellectuelle.

Haut de page

Notes

1  Elizabeth L. Eisenstein, The Printing Press as an Agent of Change. Communications and Cultural Transformations in Early-Modern Europe, Cambridge University Press, 1979 et The Printing Revolution in Early Modern Europe, Cambridge UP, 1983.

2  Alfred Gell, L’Art et ses agents. Une théorie anthropologique [1998], Dijon, Les Presses du réel, 2009.

3  François Cooren, « Textual agency: how texts do things in organizational settings », Organization, vol. 11, n°3, pp. 373-393. En ligne :

http://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.201.825&rep=rep1&type=pdf [consulté en avril 2012].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tatiana Burtin, « « L’objet livre », Terrain, n°59, septembre 2012 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 23 janvier 2013, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10451

Haut de page

Rédacteur

Tatiana Burtin

Docteur en Littérature comparée de l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense et de l’Université de Montréal

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page