Navigation – Plan du site

Mafia et comportements mafieux

Jacques Ghiloni
Mafia et comportements mafieux
« Mafia et comportements mafieux », Illusio, n° 6-7, 2010, EAN : 9782914968720.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Réalisé par Matteo Garrone en 2008, d'après le livre éponyme de Roberto Saviano

1Dans le film Gomorra 1, consa-cré à la mafia napolitaine, on pouvait voir les rites initiatiques, la structuration hiérarchique et familiale du sous-prolétariat mafieux. On découvrait également les rapports d'intérêts qui reliaient la Camorra et l'économie capita-liste, au travers de l'enfouissement illégal des déchets industriels européens. Nous retrouvons dans ce numéro de la revue Illusio ces rites initiatiques, cette logique de domination, cette structuration familiale. Mais de manière plus explicite, il étudie les liens intimes entre le capitalisme et le système mafieux. Plus encore, il cherche à montrer comment le capitalisme favorise, voire institutionnalise les comportements de type mafieux. Les articles de la revue sont regroupés en 3 parties : la 1re s'intéresse au lien entre le système de production capitaliste et le développe-ment du système mafieux.

2La difficulté ici est de définir l'objet de l'analyse. Dans l'entretien réalisé avec Éric de Montgolfier, on voit que ce n'est pas simple : il considère plutôt les comportements mafieux que la mafia elle-même, et les définit comme étant des actes illégaux s'inscrivant dans des rapports hiérarchisés. D'autres textes parlent de Mafia-entreprise, de crime institutionnalisé, de criminalité structurée ou encore de criminalité systémique, sans que les termes se recouvrent. Le champ lui-même est vaste, il mêle des éléments comme le dopage, la corruption dans le football, le blanchiment d'argent dans les casinos ou les commerces... Ajoutons que les activités légales étant une cible durable et ancienne de la Mafia, on voit alors qu'il n'est pas simple de cerner l'objet d'étude.

3Si l'économie politique classique ne permet pas d'analyser les comportements mafieux - elle s'intéresse unique-ment à la pacification des échanges, garantie par le marché et l'État, et n'appréhende la mafia que comme un élé-ment exogène du système capitaliste -, on voit dans ce livre une analyse de la mafia comme une forme endogène de l'accumulation du capital, s'appuyant sur Marx et Braudel pour le démontrer. Ainsi, l'activité de la Mafia s'inscrit dans une logique de circulation de l'argent et des marchandises et la Mafia-entreprise fonctionne à l'instar des en-treprises légales sur la base de la rationalité économique et de la maximisation du profit, le mafieux lui-même étant considéré comme un personnage public, intégré dans la société civile. Ainsi, le crime institutionnalisé utilise les prin-cipes des dominations inhérentes au capitalisme qui reposent sur la lutte de tous contre tous, dans la recherche de la productivité et de la soumission de l'autre. C'est notamment le capitalisme mondialisé, dans sa dimension libérale, qui participe à l'apparition et au développement des institutions criminelles. Cette logique poussée à son comble s'impose alors à l'ensemble des sociétés capitalistes, gangrénant les économies licites.

4L'exercice professionnel d'activités criminelles n'est ni une forme déviante ni anomique de la division du travail, mais un échelon du fonctionnement social, notamment par la fourniture opportuniste de biens et services prohibés (dro-gue, prostitution, animaux, migrants, organes...) à des non-criminels, et aussi par la prise en charge organique de fonctions sociales légitimes que n'assure pas l'État dans certaines circonstances (protection des biens et des intérêts personnels, protection de l'ordre public, médiation dans les conflits internes ou avec l'extérieur...). Par ailleurs, les organisations criminelles ne peuvent pas se passer du concours de membres extérieurs appartenant à la société légale (pour le blanchiment, les conseils légaux et fiscaux, l'appui politique...).

5Le texte qui ouvre la deuxième partie, consacrée à l'extension des comportements mafieux au sein du monde social, mobilise de façon inattendue des auteurs comme Mandeville (traité des passions, fable des abeilles) afin de montrer que le libéralisme libère avant tout les passions, ou encore Freud (contrôle de la pulsion) et Lacan (l'enfant générali-sé devient un voyou généralisé). Il s'agit au bout du compte de dire que les conduites addictives, fréquentes dans l'économie de la jouissance sont exaltées dans l'économie marchande, l'ultralibéralisme encourageant l'imbrication des activités criminelles et des activités moralement valorisées. La corruption est généralisée : des managers, traders à l'ensemble des individus (soucieux de leurs fonds de pensions ou de leurs placements) on adopte un comporte-ment prédateur, pervers et égoïste.

6On trouve dans la suite de cette partie des textes qui confirment l'impression qu'on a déjà eue précédemment à propos du flou du champ étudié. Il est certain que si l'on envisage une généralisation des comportements mafieux, le soupçon se porte sur une multitude d'activités. Par exemple sont mis en parallèle les comportements des hommes politiques au niveau international et les comportements des chefs de bande ; est dénoncé le productivisme dans l'agriculture (pesticides, OGM, agrobusiness), la chasse, le trafic d'organes et l'exploitation des ours ; on passe par l'analyse du concept de common decency chez Michéa et sa critique pour revenir à l'appel au crime organisé par l'appareil d'État.

7La 3e partie est consacrée à l'analyse de l'institution sportive en tant que système mafieux. On retrouve des élé-ments déjà développés par Jean-Marie Brohm dès les années 90 sur les magouilles, délits, corruptions, trafics de produits dopants et violences du milieu sportif. On relève ici la complicité des journalistes sportifs, soit par leur par-ticipation active, soit par l'application de la loi du silence, ce qui est vrai également pour ces économistes, sociolo-gues et hommes politiques impliqués dans l'économie du sport. Les grandes institutions sportives comme le CIO ou la FIFA sont appréhendées comme des institutions sportivi-capitalo-mafieuses, minées par les pots-de-vin, le blan-chiment d'argent et la corruption. Les sommes financières gigantesques impliquées dans l'économie sportive favori-sent les relations avec les institutions criminelles, formant un système. Ce qui est vrai au niveau international est également analysé au niveau local (clubs de foot européens, autocratie du sport marocain).

Haut de page

Notes

1 Réalisé par Matteo Garrone en 2008, d'après le livre éponyme de Roberto Saviano

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Ghiloni, « Mafia et comportements mafieux », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 15 juin 2010, consulté le 09 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1047

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page