Navigation – Plan du site

Romuald Bodin, Les métamorphoses du contrôle social

Gaëtan Page
Les métamorphoses du contrôle social
Romuald Bodin (dir.), Les métamorphoses du contrôle social, La Dispute, 2012, 260 p., postface de Loïc Wacquant, ISBN : 978-2-84303-211-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Pour une histoire de la notion dans la sociologie nord-américaine, on peut consulter Nicolas Carri (...)

1Un des principaux mérites de l’ouvrage dirigé par R. Bodin est de tenter de tracer un lien entre des évolutions à première vue hétéroclites et irrégulières qui affectent différents secteurs de la société française contemporaine. Pour ce faire, il propose de travailler ces questions à partir de la notion de « contrôle social »1, relativement marginalisée dans la littérature sociologique française, employée comme clé de lecture des diverses contributions rassemblées dans cet ouvrage (18 pour 260 pages). En revanche, les raisons de cette marginalisation dans le champ sociologique français ne sont pas interrogées.

  • 2  Cf. aussi Rémi Lenoir, « “Contrôle (du) social” La construction d'une notion et ses enjeux », Info (...)

2R. Bodin revient sur cette notion en introduction, qu’il tente de conceptualiser en élargissant la focale. Voulant dépasser les « fausses oppositions » de représentations liées aux sociologies de la déviance d’une part (paradigme « conflictualiste ») et aux sociologies de l’intégration d’autre part (paradigme « fonctionnaliste »), il propose de penser ensemble ces travaux (de Durkheim et Foucault par exemple2). Ce travail le conduit à repérer quatre grands types de contrôles, organisés selon deux logiques de structuration (interne/externe, ouvert/fermé). La thèse principale du livre est que nous vivons aujourd’hui « un renforcement dans toutes les sphères de la vie sociale des modes externes fermés de contrôle (individuels et collectifs) qui n’est pas sans lien, semble-t-il, avec l’augmentation d’un certain nombre d’inégalités qui tendent à durcir et à multiplier les relations sociales asymétriques. » (p. 18).

3Si la définition qu’il propose du contrôle social (« processus objectif de désignation des différences socialement significatives et, dans son prolongement, la mise en place des dispositifs d’encadrement ou de suivi des personnes désignées par ces différences », p. 14) n’est pas nécessairement utilisée par les auteurs des contributions réunies dans les trois parties qui composent l’ouvrage, toutes convergent en soulignant que ce qui se joue dans chacun des secteurs étudiés n’est pas un simple « retour » du contrôle ou de la coercition, mais plus fondamentalement son évolution.

4La première partie propose d’étudier ces transformations à un niveau « infrastructurel ». S’y mêlent les analyses de V. Dubois sur les mutations du contrôle des bénéficiaires d’aides sociales à travers l’émergence puis l’institutionnalisation d’une catégorie de l’action publique, la « fraude » ; de G. de Peretti sur les remises en cause de l’indépendance de la statistique publique ; de J. Valluy qui retrace l’histoire de ce qu’il appelle la « xénophobie d’État », indispensable selon lui pour comprendre les continuités et les ruptures des politiques publiques de l’immigration en France ; de L. Willemez sur les transformations des formes du contrôle patronal lues au prisme des résistances des salariés. Ces « réflexions sur les grandes lignes de l’évolution contemporaine des modes de contrôle » (p. 19) sont utilement mises en perspective, dans un chapitre qui peut paraitre surprenant à première vue : une étude sur la Stasi. On pourra regretter que S. Combe soit la seule historienne conviée à cette réflexion sur les « métamorphoses » du contrôle social. Cette contribution frappe par les affinités que l’on peut relever avec certaines des transformations actuelles qui affectent nos sociétés contemporaines, notamment une « ambition de contrôle total » de certaines populations (immigrés, chômeurs, jeunes des classes populaires), ainsi qu’un processus de substitution des moyens (gestionnaires) aux objectifs (sociaux notamment), souligné par la manière dont la surveillance est devenue « une fin en soi » en RDA, escamotant la question de ses objectifs fondamentaux de lutte contre la subversion.

5Ces processus à l’œuvre sont illustrés par les contributions de la deuxième partie. Celle-ci réunit des analyses plus « localisées » de ces transformations qui affectent différents champs et secteurs d’activité, que ce soit la privatisation de la gestion des prisons (G. Salle), la rationalisation du travail social et la redéfinition de la notion de « handicap » (R. Bodin), l’institutionnalisation des centres de rétention administrative dans les dispositifs de contrôle des populations immigrées (N. Fischer), les rapports entre science et politique envisagés sous le prisme de la prévention précoce de la délinquance (G. Neyrand), les processus de pénalisation de l’institution scolaire (B. Geay), ou encore la transformation de politiques managériales de contrôle des salariés (H. Stevens). Ce qui se joue dans ces « métamorphoses », est tout d’abord le brouillage, pour ne pas parler de disparition dans certains cas, des logiques et fonctions sociales premières au profit de celles de rentabilité et de contrôle, redéfinissant les missions et objectifs des institutions concernées. Si elles sont « localisées », certaines de ces contributions mettent en jeu des mécanismes fondamentaux des mutations du « contrôle social ». La déstabilisation d’équilibres plus ou moins assurés entre logiques sociales, économiques et répressives est bien illustrée par le cas de l’école, dont B. Geay souligne avec raison que « comprendre le processus de pénalisation scolaire, c’est moins saisir l’irruption du pénal dans le scolaire que reconstituer cette économie générale des politiques publiques [ici les politiques d’« insertion » sur le marché du travail et de « tolérance zéro »], les ajustements progressifs que l’on y observe et la part qu’y prennent les différents secteurs concernés. » (p. 148).

  • 3  Stephen Bouquin (dir.), Résistances au travail, Paris, Syllepse, 2008, p. 10.
  • 4  Laurent Bonelli et Willy Pelletier parle à ce sujet de « caporalisations de l’action publique » : (...)

6Enfin, la dernière partie s’attache à retracer les « pratiques ordinaires » d’agents sociaux qui sont partie prenante de ces transformations, qu’ils soient contrôleurs ou contrôlés, bien souvent les deux à la fois comme dans le cas des conseillers en insertion au sein des missions locales étudiés par O. Paquereau. Les thèmes convergent avec les précédents, notamment concernant la prison et l’enfermement à travers le chapitre de L. Solini et C. Basson sur les fonctions des emplois du temps imposés aux détenus dans les établissements pénitenciers pour mineurs, mais aussi la question de la pénalisation de la question scolaire avec l’étude de L. Proteau sur les fichiers policiers concernant les élèves « absentéistes ». L’échelle d’analyse offrant des éclairages différents permet de penser la question des résistances au contrôle, comme celles des conseillers financiers de la banque postale étudiés par N. Vezinat, ou encore les conseillers principaux d’éducation (E. Douat). La question des résistances ici aurait pu constituer une entrée spécifique pour travailler la question de ces « métamorphoses ». Sans ignorer que la transformation du contrôle peut se développer en dehors de tout comportement déviant, la reconsidérer au prisme des « résistances » donnerait les moyens de comprendre les formes spécifiques qu’il prend. « Considérer les dispositifs disciplinaires comme un miroir renversé de ces résistances »3 permettrait de penser la production collective du contrôle social qui n’est pas un procès sans sujet. Par exemple, les formes actuelles que prend la réforme managériale de l’État seraient difficilement compréhensibles si l’on ne voyait pas les résistances et les marges d’autonomie que se sont ménagés certains fonctionnaires face aux précédentes tentatives de réforme4.

  • 5  Sur ce point, voit Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La dé (...)
  • 6  On peut lire à ce propos Laurent Jean-Pierre, « Un néolibéralisme pluriel ? A propos de Serge Audi (...)

7Les évolutions tendancielles qui se dessinent à la lecture de ces travaux disparates sont enfin mises en perspective dans la postface rédigée par L. Wacquant. Dans un chapitre-programme, il propose une « spécification sociologique du néolibéralisme ». Sont soulignées quatre logiques principielles telles que la promotion de la « dérégulation économique » ‑ qui se traduit pourtant par une inflation de règlements5 ; le retrait de l’État, réduit à faire respecter les « lois » économiques ; l’expansion de la pénalité à des groupes entiers, victimes de la dérégulation économiques, étiquetés comme « dangereux », promouvant un véritable « gouvernement de l’insécurité sociale » (p. 244) ; enfin, l’injonction à l’autonomie, qui se double d’une responsabilisation croissante. Les « métamorphoses » aperçues dans les divers secteurs ‑ qui ont en commun d’être le produit de luttes entre divers agents afin de rationaliser l’action de leurs subordonnés, de légitimer de nouvelles formes d’autorité et d’expertise ‑ prennent ainsi sens lorsque l’activité de l’État est prise en considération, éclairant le processus d’unification tendancielle des logiques de fonctionnement des différents champs sociaux6. Du coercitif à l’incitatif, on ressort de la lecture avec une impression de faire face à une seule et même politique derrière la multiplicité des lieux, dispositifs et pratiques.

  • 7  Lenoir, op. cit., p. 13.

8Il n’est pas certain que la notion de « contrôle social » permette de mieux penser les formes complexes de domination (et par exemple la question de son intériorisation) et ses reconfigurations, mais comme le soulignait Rémi Lenoir, « la question du contrôle social ne mériterait peut-être pas d’être posée si elle n’aboutissait pas à formuler une double question : qui contrôler et comment contrôler les modalités de contrôle instituées sous forme de réglementations, de dispositifs ou encore de professions ?7 » Car c’est à déplacer le regard sur les formes du contrôle social que nous invite cet ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Pour une histoire de la notion dans la sociologie nord-américaine, on peut consulter Nicolas Carrier, « La dépression problématique du concept de contrôle social », Déviance et Société, 1/2006 (Vol. 30), pp. 3-20.

2  Cf. aussi Rémi Lenoir, « “Contrôle (du) social” La construction d'une notion et ses enjeux », Informations sociales, 2005/6 n° 126, pp. 6-15.

3  Stephen Bouquin (dir.), Résistances au travail, Paris, Syllepse, 2008, p. 10.

4  Laurent Bonelli et Willy Pelletier parle à ce sujet de « caporalisations de l’action publique » : L'État démantelé. Enquête sur une révolution silencieuse, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2010.

5  Sur ce point, voit Béatrice Hibou, La bureaucratisation du monde à l’ère néolibérale, Paris, La découverte, coll. « Cahiers Libres », 2012. http://lectures.revues.org/9684.

6  On peut lire à ce propos Laurent Jean-Pierre, « Un néolibéralisme pluriel ? A propos de Serge Audier », Néo-libéralisme(s). Une archéologie intellectuelle », La revue des Livres, n°8, nov.-déc. 2012, pp. 27-35.

7  Lenoir, op. cit., p. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëtan Page, « Romuald Bodin, Les métamorphoses du contrôle social », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 janvier 2013, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10479

Haut de page

Rédacteur

Gaëtan Page

Doctorant en science politique à l'Université Paris Ouest

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page