Navigation – Plan du site

Martine Chaponnière, Silvia Ricci Lempen, Tu vois le genre ? Débats féministes contemporains

Marie-Carmen Garcia
Tu vois le genre ?
Martine Chaponnière, Silvia Ricci Lempen, Tu vois le genre ? Débats féministes contemporains, Lausanne, Éditions d'En bas, 2012, 204 p., ISBN : 978-2-8290-0439-1.
Haut de page

Texte intégral

1Le principe de l’égalité des sexes fait aujourd’hui l’objet d’un consensus largement partagé dans les démocraties contemporaines. Il semble si bien installé dans nos sociétés que la question de l’égalité entre les hommes et les femmes est souvent considérée comme réglée. Pourtant, lorsqu’on porte le regard au-delà du principe et que l’on s’attache aux trajectoires sociales, aux conditions d’existence, aux représentations, aux stéréotypes, aux pratiques, aux discours, à la politique, au travail ou à l’amour, on constate que la notion « d’égalité des sexes » est loin d’être consensuelle. Ainsi, comme le soulignent Martine Chaponnière et Silvia Ricci Lempen, l’idéal de l’égalité des sexes tarde à se réaliser. Au cœur de la problématique sociale et politique de l’égalité entre les hommes et les femmes se trouve en réalité la question de la différence entre les sexes. Les sexes sont égaux en droits mais ils sont toujours pensés, dans les représentations ordinaires comme fondamentalement différents. La féminité continue ainsi d’être fermement chevillée à la maternité et à l’élevage des enfants ; la masculinité est toujours pensée comme reliée à l’activité professionnelle.

2En outre, la conception de la différence sexuelle ne fait pas l’unanimité à l’intérieur du féminisme. Du féminisme matérialiste élaboré dans les années 1970 aux théories queers apparues dans les années 1990, en passant par les thèses différentialistes, postcoloniales ou postcolonialistes, la question de la « différence » ne trouve pas de réponse univoque. En décortiquant les concepts et les arguments des principaux courants féministes, cet ouvrage permet de se faire une idée claire des enjeux théoriques mais aussi politiques et sociaux que recouvrent les thématiques de « l’égalité » et de la « différence ». Après une mise au point concernant la définition du genre qui rappelle que celui-ci est un système social comprenant deux groupes n’ayant pas le même pouvoir, le livre amorce une revue des thèses féministes et des théories du genre en dix chapitres.

3Le premier s’intéresse au passage du féminisme militant au féminisme intégré dans les États. Il s’attache à expliquer comment le féminisme a été institutionnalisé aussi bien par la mise en place de « politiques du genre », que par le développement de questionnements féministes à l’intérieur de politiques publiques ou encore par l’institutionnalisation des recherches féministes. Le deuxième chapitre explique les théories contemporaines de l’égalité en convoquant particulièrement le féminisme matérialiste apparu dans les années 1970. Il montre comment celui-ci a rompu avec les conceptions naturalistes de la bipartition sexuée de l’humanité et mis en évidence la construction socio-historique des sexes à l’intérieur du système patriarcal. Cette conception du genre est au principe des luttes pour l’égalité entre les hommes et les femmes dans tous les domaines de la vie sociale. Elle est mise en parallèle, dans le troisième chapitre avec la théorie différentialiste, née durant la même période et qui considère, quant à elle, que les différences entre hommes et femmes sont fondamentales et que le combat féministe doit s’attacher à « l’égalité dans la différence » en valorisant la féminité.

4Les chapitres quatre, cinq et six traitent de l’application concrète du féminisme dans les domaines de la politique, du travail et de la culture. Les auteures montrent que dans la sphère politique, il ne « suffit pas d’ajouter des femmes et de remuer », la mixité formelle étant insuffisante pour annuler le pouvoir patriarcal. Sont ainsi mis en évidences les enjeux féministes de la « parité » et des « quotas ». En ce qui concerne l’univers professionnel, les analyses soulignent les effets négatifs en termes d’égalité des sexes des politiques des dispositifs de « conciliation » de la vie familiale et professionnelle et traitent également de la place centrale du care dans la relation entre femmes et travail. Enfin, l’impact du « postféminisme » dans les arts, les médias, la publicité et la culture est analysé sous l’angle du « retour larvé du patriarcat » à travers la déconstruction des catégories de sexe que cette approche implique.

5Les chapitres sept, huit et neuf, quant à eux, font le point sur des théories nouvellement entrées dans le champ du féminisme : le féminisme postcolonial ou postcolonialiste d’une part et la queer theory de l’autre. Le premier met en question l’unité du « groupe femme » soulignant les rapports de « race » qui le structurent. Le second dénonce le prétendu caractère naturel de l’hétérosexualité et vise la déconstruction radicale des catégories de sexe. Enfin, le chapitre neuf s’attache à un domaine relativement peu exploré par le féminisme et pourtant central pour saisir les rapports intra et inter-sexes : l’amour. Les auteures montrent qu’il s’agit de la « grande affaire des femmes ». Les hommes sont certes impliqués et intéressés par les affaires de cœur mais leur position est différente de celles de femmes. D’une part, l’amour entre individus de sexes différents est fondé sur la « passion de la différence » et une érotisation de la virilité, ce qui constitue un obstacle à l’égalité des sexes. D’autre part, l’amour maternel est socialement érigé en vertu féminine supérieure contraignant les femmes à la maternité et ainsi à l’enfermement dans la sphère domestique. Cela dit, Martine Chaponnière et Silvia Ricci Lempen soulignent que cette approche matérialiste de l’amour et du rapport des femmes à la maternité ne vient pas à bout de l’analyse des implications sociales de l’expérience exclusivement féminine et insupprimable que représentent la gestation et l’engendrement. En conclusion de leur livre, après l’exploration de différents domaines de la vie sociale sous l’angle des différentes théories féministes et une révision de principaux concepts de celles-ci, les auteures affirment que le féminisme représente toujours une véritable force de changement social.

6Cet ouvrage représente une référence précieuse pour ceux et celles qui souhaitent avoir une vision claire des enjeux théoriques qui travaillent le féminisme actuellement. Il constitue également une excellente initiation aux « études de genre » ainsi qu’une synthèse rigoureuse et fort utile pour les étudiant-e-s, les enseignant-e-s, les chercheuses et chercheurs familiarisé-e-s avec les problématiques de genre et l’histoire du féminisme. Tu vois le genre ? est écrit dans un langage clair et accessible qui ne cède en rien à la profondeur des analyses et à la rigueur du propos. Les chapitres sont bien reliés entre eux, des connexions explicites sont réalisées entre les différentes théories et les différents courants. On peut ainsi aisément saisir quelles sont les convergences, divergences, héritages ou ruptures entre différentes approches du genre. Au final, cet ouvrage est d’une lecture agréable et très intéressante que l’on soit profane ou initié-e en matière de féminisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Carmen Garcia, « Martine Chaponnière, Silvia Ricci Lempen, Tu vois le genre ? Débats féministes contemporains », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 24 janvier 2013, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10482

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page