Navigation – Plan du site

Béatrice Limare, La rançon de la fraise

Alexandre Hyacinthe
Béatrice Limare, La rançon de la fraise, Cinétévé, 2009.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi ceux qui ont fait date, on peut citer Le cauchemar de Darwin, Notre pain quotidien, ou encore (...)

1Qu'il s'agisse d'analyser les ressorts de l'agriculture industrielle, ou bien de présenter des alternatives possibles, un nombre croissant de documentaires se penche ces dernières années - avec plus ou moins de succès - sur la production alimentaire1.

2Parmi ceux-ci, La rançon de la Fraise part d'un constat singulier : on peut désormais, en plein hiver, manger des fraises que l'on trouve très facilement dans la grande distribution européenne. La majeure partie de cette production provient d'Espagne, de la région de Huelva en Andalousie. Le film est donc une tentative, de cinquante minutes environ, de suivre le fil de cette production, de la sélection et production de plants de fraisiers à la distribution de barquettes dans des centrales logistiques françaises, en rencontrant les acteurs et actrices de la fraise de Huelva : exploitants agricoles, travailleurs et travailleuses saisonniers - certains sans-papiers -, militants écologistes, distributeurs, laboratoire d'analyse, cancérologue.

3On découvre ainsi les grandes lignes de la production intensive de fraises : des hectares de terrain sont préparés, désherbés, recouverts de film plastique dans l'attente des précieux plants. Ceux-ci sont produits dans le nord de l'Espagne en « milieu de culture stérile », vanté par un responsable de la production de plants pour son caractère « non vivant », qui laisse les opérateurs réguler l'apport de « tout ce que la plante a besoin ». C'est à dire selon ce même responsable de l'azote, du phosphore et de la potasse (la fameuse formule NPK qui fit la gloire d'une certaine agronomie). Une fois repiqués dans le Sud, les plants sont abondamment irrigués puis mis sous serres pour donner ensuite le précieux « or rouge » de Huelva, qui sera expédié ensuite vers la France ou d'autres pays européens. Mais ce que l'on découvre tout au long de cette production, c'est ce qu'elle a en quelque sorte externalisé, qui ici « fait retour »2 . Ainsi apparaissent les bidons de produits toxiques (utilisés comme engrais et désherbants) stockés dans des décharges à ciel ouvert comme les hectares de bâches plastiques ; les forages d'eau pour l'irrigation dans les nappes du parc national de Doñana, zone humide classée patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco ; les limites de l'analyse de toxicité des fraises (résultats donnés seulement au commanditaire, « seuils » de toxicité qui ne tiennent pas compte de la répétition de consommation). Puis apparaissent aussi les personnes qui vivent de ces fraises. Des saisonniers et surtout des saisonnières, principalement roumaines ou marocaines, qui passent à Huelva plusieurs mois par an comme journalières, aux taux horaires les plus bas du continent. On découvre le travail de ces personnes, ce qui les amène ici, leurs conditions difficiles et comment elles composent avec.

4Ce que l'on aurait peut-être aimé voir dans ce film, c'est l'impact de la monoculture de fraise sur la dimension des structures agricoles, la pression foncière, la place du marché local et de la petite agriculture vis-à-vis de ces grandes exploitations. Malgré ce bémol, le résultat est intéressant. Le premier point positif que l'on peut retenir de ce film - au milieu de la jungle des sorties - est sa modestie : pas de tête d'affiche ni de sur-médiatisation : il s'agit d'un simple reportage au format télévision. Le second point est la circonscription du sujet abordé : il y a un questionnement précis (comment peut-on manger des fraises en hiver ?) et donc une unité de production et de lieu de production. Cela évite la dispersion du film, risque pourtant présent avec un sujet si vaste, dense et préoccupant que la production alimentaire. Un troisième point enfin, le principal : ce sont les protagonistes eux-mêmes qui témoignent de leur vie, de leur rôle dans ce processus et de leurs difficultés. Cela permet au film non seulement d'éviter le misérabilisme, mais aussi une mise en perspective intéressante.

5Ainsi, à la question « comment peut-on manger des fraises en hiver ? », La rançon de la fraise dessine petit à petit, en guise de réponse, la longue route des fraises « hors saison » avant d'arriver dans des assiettes d'Europe de l'Ouest. C'est au final au public d'en tirer sa propre conclusion, même si les bidons de chloropicrine vides, les nappes phréatiques asséchées, les travailleuses harcelées, tout au long de cette route, peuvent l'aider à choisir...

Haut de page

Notes

1 Parmi ceux qui ont fait date, on peut citer Le cauchemar de Darwin, Notre pain quotidien, ou encore l'excellent court-métrage de Jorge Furtado L'île aux fleurs.

2 Voir à ce sujet l'introduction au colloque de Cerisy-la-Salle : Les cosmopolitiques entre aménagement et environnement

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexandre Hyacinthe, « Béatrice Limare, La rançon de la fraise », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 21 juin 2010, consulté le 06 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1051

Haut de page

Rédacteur

Alexandre Hyacinthe

Titulaire d'un master 2 en Anthropologie, chargé de mission du projet semences d'une association de développement agricole

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page