Navigation – Plan du site

Angèle Christin, Etienne Ollion, La sociologie aux Etats-Unis aujourd'hui

Marianne Woollven
La sociologie aux Etats-Unis aujourd'hui
Angèle Christin, Étienne Ollion, La sociologie aux Etats-Unis aujourd'hui, Paris, La Découverte, coll. « Repères », 2012, 128 p., EAN : 9782707167729.
Haut de page

Texte intégral

1Si les travaux fondateurs de la sociologie américaine sont aujourd’hui considérés en France comme des classiques, les évolutions contemporaines de la discipline sont plus souvent méconnues. C’est la raison pour laquelle Angèle Christin et Etienne Ollion proposent, dans ce petit ouvrage, d’en faire un état des lieux, en décrivant la sociologie « étasunienne » telle qu’elle se fait aujourd’hui. Ils s’appuient pour ce faire sur les modalités de fonctionnement de la principale association professionnelle, l’American Sociological Association. Les auteurs soulignent deux principales évolutions. Ils remarquent d’abord l’émergence d’un régime épistémologique s’approchant de celui des sciences de la nature, indiqué par le format canonique des articles de l’American Sociological Review (formulation des hypothèses, exposition des données, discussion). Ils notent ensuite la forte spécialisation interne à la discipline, traduite par l’augmentation du nombre de sections de l’ASA qui constituent autant de sous-champs autonomes. Cette spécialisation fournit le principe d’organisation de l’ouvrage. Contrairement à un manuel, les auteurs présentent un état des savoirs pour six sections thématiques « principales » (compte tenu de leur taille) : la sociologie économique, la sociologie des organisations, la sociologie urbaine, la sociologie culturelle, la sociologie politique et des mouvements sociaux et la sociologie du droit.

  • 1  Smelser N. et Swedberg R. (dir.), The handbook of economic sociology, Princeton, Princeton Univers (...)
  • 2  Granovetter. « Economic action and social structure : the problem of embeddedness », American Jour (...)

2Dans le sous-champ de la sociologie économique, consacré à l’étude des « activités liées à la production, à la distribution, l’échange et la consommation de biens et de services rares »1, le concept d’encastrement joue un rôle central. Depuis les travaux fondateurs de M. Granovetter2, montrant que les échanges économiques sont encastrés dans les relations sociales dans les économies modernes, cette notion a suscité des travaux empiriques dans plusieurs domaines (le fonctionnement du marché du travail, les performances économiques des entreprises) et a mobilisé l’analyse des réseaux. Elle fait cependant l’objet de plusieurs critiques : on lui reproche entre autre son caractère performatif, ou de ne pas considérer le travail domestique et de soin comme activités économiques à part entière.

  • 3  Di Maggio P. et Powel W., « The iron cage revisited : institutional isomorphism and collective rat (...)
  • 4  Meyer J.W. et Rowan B., « Institutionalized organizations : formal structure as myth and ceremony  (...)

3La sociologie des organisations a connu d’importants renouvellements dans les années quatre-vingt dans le cadre du nouvel institutionnalisme, qui analyse les convergences des organisations vers les mêmes formes organisationnelles par l’incorporation des innovations de leur environnement. Ce nouvel institutionnalisme est l’héritier d’une part de l’ « ancien » institutionnalisme, qui distingue les règles formelles et le fonctionnement concret des organisations, en analysant l’intégration des luttes de pouvoir dans leurs structures formelles, et d’autre part de l’écologie organisationnelle, qui étudie évolutions des organisations en « isomorphisme » avec leurs environnements, étant donné les « capacités limites » (carrying capacities) de ces derniers. Le nouvel institutionnalisme propose une approche cognitiviste de l’institutionnalisation. Les travaux s’inscrivant dans cette approche étudient les phénomènes d’isomorphisme institutionnel3, et l’incorporation de nouvelles procédures légitimées4.

4La sociologie urbaine contemporaine hérite quant à elle de deux traditions structurantes : d’une part, l’écologie humaine de l’école de Chicago (qui a joué un rôle central dans le développement de la sociologie aux Etats-Unis), d’autre part, l’économie politique de la ville, influencée par les travaux de M. Weber, qui insiste sur l’inscription de la ville dans un système plus général et le rôle des acteurs économiques et politiques. Les travaux récents se centrent principalement sur deux aspects. Il s’agit d’abord de l’étude des développements sociaux de l’organisation des villes par le biais de la question de la segmentation et des ghettos. Il s’agit ensuite de l’analyse des effets de la vie en ville sur les pratiques et représentations des citadins (notamment des travaux sur les « effets de quartier »).

  • 5  Swidler A., « Culture in action : symbols and strategies », American Sociological Review, vol. 51, (...)
  • 6  Gieryn T. F., « Boundary-work and the demarcation of science from non-science : strains and intere (...)

5La sociologie culturelle – qui n’est pas l’équivalent de la sociologie de la culture, telle qu’on l’entend en France – a connu un renouvellement important dans les années quatre-vingt et se trouve en situation de dialogue avec d’autres sous-champs de la sociologie. « De manière large, la sociologie culturelle s’intéresse (…) au sens que confèrent les individus au monde qui les entoure, à leurs actions et à celles des autres » (p. 63), elle se centre sur les aspects symboliques du monde social. Dans un article théorique de référence, A. Swidler5 présente les notions de base de ce paradigme. Selon elle, l’étude du lien entre les représentations et les pratiques des agents ne doit pas se faire en termes de relation de causalité, mais au contraire envisager la culture comme ensemble de ressources, une « boîte à outils », à partir desquelles sont élaborées des « stratégies d’action ». Les travaux empiriques réalisés dans ce cadre conceptuel étudient alors les recours par les mêmes acteurs à des répertoires contradictoires, ou des processus de « cadrage » de l’action dans une perspective de comparaison internationale. Les travaux de sociologie culturelle portent également sur les systèmes de classifications et leurs effets réels. Il s’agit alors de saisir non seulement en quoi ces classifications reflètent les sociétés qui les mettent en place mais aussi la production concrète des différences symboliques (à travers le concept de « travail de frontière », boundary work6). Les travaux les plus récents sont marqués par des renouvellements théoriques et méthodologiques, comme le recours à la sociologie cognitive (née d’un dialogue renouvelé avec la psychologie expérimentale) et l’analyse des réseaux sociaux.

  • 7  Tilly C. et Tarrow S., Contentious politics, Boulder, Paradigm Press, 2007 [Traduction française : (...)

6Contrairement à la situation française, la sociologie politique et celle des mouvements sociaux constituent deux champs de recherche relativement autonomes, ce qui n’empêche pas pour autant l’existence d’intersections et d’emprunts mutuels. La sociologie politique s’est orientée vers des objets de taille plus réduite, passant de l’étude des institutions à celle des cultures politiques ou des facteurs permettant le bon fonctionnement des institutions démocratiques. Les travaux sur l’action publique sont plus attentifs aux acteurs. La sociologie des mouvements sociaux est, quant à elle, est relativement bien connue en France. On en retient trois perspectives classiques : l’étude des structures organisationnelles dans le cadre du paradigme de la mobilisation des ressources, celle de la structure des opportunités politiques (qui envisage le degré d’ouverture ou de fermeture aux revendications) et celle du travail de présentation de soi et de cadrage (framing). Les travaux plus contemporains cherchent à préciser les conditions de l’engagement protestataire en s’intéressant plus particulièrement au rôle des émotions et de l’espace. L’attention est aussi portée sur les processus politiques grâce aux discussions relatives à la notion de mécanisme (« une série d’éléments qui, réunis, produisent régulièrement le même résultat » p. 87). Ces deux sous-champs se recoupent sur des thématiques telles que les formes de l’action politique (les mouvements sociaux sont envisagés comme une forme historiquement située de politiques du conflit contentious politics7) ou l’étude des mouvements transnationaux.

7La sociologie du droit ne constitue pas un sous-champ à proprement parler. C’est au contraire un ensemble de travaux dispersés marqués par une grande vitalité. Les gap studies, luttant contre une vision idéaliste du droit, s’intéressent aux écarts entre les textes de droit et le droit en acte. L’articulation entre droit et mouvement sociaux est étudiée par les critical legal studies, qui envisagent le droit comme un instrument d’oppression des groupes dominés, possédant aussi un pouvoir d’imposition. Les études sur le système pénal comprennent des recherches quantitatives sur système carcéral ainsi que des réflexions plus théoriques sur les pratiques et les compréhensions de la criminalité. Les legal consciousness studies portent la perception du droit et insistent sur le rôle constitutif du droit dans les représentations des individus. Un dernier courant se concentre sur les transformations du droit dans le contexte de mondialisation et transformations du droit.

8En fin de compte, la principale qualité de cet ouvrage est de présenter un panorama général de la sociologie en tant que discipline dans le contexte national des Etats-Unis. Il permet à des lecteurs français de découvrir, grâce à un aperçu rapide et synthétique de travaux de référence, des traditions intellectuelles qui ne sont pas totalement méconnus en France, mais restent le plus souvent cantonnées à des domaines spécialisés. Néanmoins, en contrepartie de la sélection opérée par les auteurs, d’autres sous-champs de la discipline, quantitativement moins importants, sont passés sous silence (sociologie de la santé, sociologie de l’éducation, etc.).

Haut de page

Notes

1  Smelser N. et Swedberg R. (dir.), The handbook of economic sociology, Princeton, Princeton University Press, 1994.

2  Granovetter. « Economic action and social structure : the problem of embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, 1985, p. 481-510.

3  Di Maggio P. et Powel W., « The iron cage revisited : institutional isomorphism and collective rationality in organizational fields », American Sociological Review, vol. 48, 1983, p. 147-160.

4  Meyer J.W. et Rowan B., « Institutionalized organizations : formal structure as myth and ceremony », American Journal of Sociology, vol. 83, 1977, p. 340-363.

5  Swidler A., « Culture in action : symbols and strategies », American Sociological Review, vol. 51, n° 2, 1986, p. 273-286.

6  Gieryn T. F., « Boundary-work and the demarcation of science from non-science : strains and interests in professional ideologies of scientists », American Sociological Review, vol. 48, 1983, p. 781-795.

7  Tilly C. et Tarrow S., Contentious politics, Boulder, Paradigm Press, 2007 [Traduction française : Politique(s) du conflit : de la grève à la révolution, Paris, Les Presses de Science Po, 2008].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Woollven, « Angèle Christin, Etienne Ollion, La sociologie aux Etats-Unis aujourd'hui », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 janvier 2013, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10515

Haut de page

Rédacteur

Marianne Woollven

Docteure en sociologie, Centre Max Weber (Equipe Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations) – ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page