Navigation – Plan du site

Jean Omasombo Tshonda (dir.), Kwango. Le pays des Bana Lunda

Quentin Bangala
Kwango
Jean Omasombo Tshonda (dir.), Kwango. Le pays des Bana Lunda, Tervuren-Bruxelles-Kinshasa, Edition Le Cri, Musée royal de l'Afrique centrale, Buku Éditions, coll. « Monographies des Provinces de la RD Congo », 2012, 456 p., vol. 3, ISBN : 978-2-870-6605-7.
Haut de page

Texte intégral

1Sous la direction de Jean Omasombo Tshonda, professeur d’université et chercheur au Musée Royal de l’Afrique centrale (MRAC), vient d’être publié Kwango : Le pays deBana Lunda, une monographie sur la future province du Kwango en République Démocratique du Congo. Elle est la troisième publication d’un projet du MRAC dans le contexte du nouveau découpage territorial de la République du Congo qui passera de onze provinces actuellement à vingt-six nouvelles provinces. Le vaste étendu du pays est la principale raison de ce découpage qui consacre « le principe de décentralisation comme composante de l’architecture institutionnelle du pays, dans le contexte d’un Etat unitaire ». Pour le gouvernement central, ce processus de découpage est devenu un des enjeux géopolitiques prioritaires à concrétiser durant la législature en cours (2011-2016). Ce processus constitue cependant pour les administrés concernés, un « défi majeur » en ce qui concerne les perspectives de viabilité des futures provinces ainsi que celles de développement humain durable. S’agissant du Kwango, en 1941 déjà, l’administrateur colonial de l’époque s’étonnait de la « stagnation regrettable » de ce district en ce qui concerne son développement humain. Or, il se trouve qu’après 113 ans de mise en œuvre de divers programmes de développement dont soixante ans sous l’administration coloniale, la situation de pauvreté reste toujours inchangée. C’est pour permettre donc, une meilleure connaissance et identification du Kwango comme nouvelle entité provinciale que cette monographie fournit un maximum de renseignements multisectoriels qui permettent de mieux planifier son intégration dans la marche rapide et déjà effective, du processus de décentralisation.

2L’ouvrage de manière très détaillée, décrit le Kwango en s’appuyant sur des études et recherches scientifiques : géographiques, historiques, géologiques, culturelles, anthropologiques, linguistiques, sociales et économiques. Des cartes, tableaux et illustrations complètent ces informations. La riche description géographique traite du relief, de la géologie, de l’hydrographie, du climat et des risques naturels, de la végétation ainsi que de la faune. La description géologique très fournie sur divers types de sol, sort de l’ordinaire. D’abondantes informations inédites, décrivent l’histoire des peuples et des langues, les manifestations culturelles et artistiques, les traditions musicales et l’implantation des églises et des mouvements messianiques. L’implication des Kwangolais est largement détaillée sur le « Kimbanguisme » et le « Muvingisme ». Une attention particulière et minutieuse a été également accordée à la description de l’organisation politico-administrative du Kwango dont certaines informations remontent même depuis l’époque précoloniale et s’étendent jusqu’à la fin de la période coloniale. Sa composition administrative ainsi que son évolution sociologique comme district sont décrites depuis 1960 jusqu’à nos jours. De nombreux tableaux statistiques (nationales et provinciales) sont insérés dans cette monographie ; le lecteur apprendra par exemple que depuis 1960 jusqu’à la fin du règne de Mobutu, le Kwango a occupé soixante-deux postes ministériels dans les gouvernements successifs. La description se poursuit sur une situation économique provinciale de quasi-survie, sur le faible réseau routier ainsi que sur des structures sanitaires, et de formations primaires, secondaires, professionnelles et supérieures mal équipées mais plus ou moins viables. Cependant, ces données fournies sur la population et sur la formation des jeunes, laissent tout de même entrevoir une volonté politique de renforcer les capacités humaines. Le lecteur ne manquera pas d’apprécier la description historique de la création administrative de la province en 1962 alors qu’elle ne réunissait pas les conditions démographiques, économiques, logistiques et financières exigées par le gouvernement central. La principale raison de création évoquée par la chambre des représentants était : assurer « la paix, le bonheur et la liberté » aux Yakas, peuple majoritaire dans le Kwango qui « ne pouvait s’allier ni aux Bakongo ni aux autres peuples voisins du Kwilu » [document n° 21/108/3 du 24 juillet 1962)].

3À ces descriptions, le lecteur constatera que la monographie fait également ressortir d’une part, les faiblesses et obstacles et d’autre part, les forces et opportunités qui caractérisent l’histoire contrastante de cette contrée dans sa grande diversité. La profonde description faite sur le conflit frontalier entre l’Angola et la RDC illustre parfaitement ce contraste sur les points forts et faibles de la future province. Les principales faiblesses et obstacles géographiques du Kwango sont constitués par son sol sablo-argileux pauvre et lessivé, les risques naturels hydrologiques et sa localisation territoriale à l’intérieur de l’Angola. La lutte de leadership politique provincial, sur de bases ethniques, est une autre faiblesse récurrente au Kwango, luttes dont les origines sont liées à celle de leadership ethnique du Kiamfu des Yakas sur les autres ethnies de l’espace administratif du Kwango. Elles ont et peuvent continuer d’avoir comme conséquence, la fracture sur la cohésion entre les différentes grandes ethnies (Yakas, Pelendes, Suku, Chokwe). Or, l’influence de l’autorité coutumière sur les populations avait déjà été considérée comme une faiblesse par l’administration coloniale soucieuse de faire asseoir son autorité sur l’autorité traditionnelle. La grande faiblesse économique du Kwango, est caractérisée par ses mauvaises performances dans l’agro-industrie depuis l’époque coloniale, alors que ce secteur à l’instar du secteur minier, étaient les principaux secteurs à la base du développement économique d’un district. La prise de connaissance de la « carte de retombés minières du Kwango » (p. 26), renseigne sur des « carrés miniers » qui ont été attribués à des entreprises, sans tenir compte des aspirations de développement de la future province. Or, l’exploitation contrôlée du diamant et l’introduction d’une agriculture durable, peuvent servir de moteurs économiques à cette province. Bien que peu nanti en ressources minières, le Kwango est cependant pourvu d’innombrables potentialités historiques et anthropologiques. L’environnement constitue aussi une grande richesse pour le Kwango, car sa biodiversité dans toute sa diversité est encore mal connue. Sur le plan culturel, le Kwango peut compter sur l’appartenance ancestrale commune au « clan Lunda » ce qui justifie et explique par ailleurs le titre de l’ouvrage. Cette appartenance commune à l’empire (royaume) « Lunda » est une force qui a déjà fait ses preuves lors de la première tentative de décentralisation en 1962. En effet, malgré les menaces de rattachement des SUKU au parti politique PESA et leur souhait de rester dans le district-province du Kwilu, l’unité culturelle « lunda » a pris le dessus sur les divergences politiques.

4Cette monographie est une description réelle et profonde du Kwango comme province à part entière. Malgré l’absence d’informations sur les conflits fonciers intercommunautés et sur les potentialités énergétiques du Kwango où le taux d’électrification est de 0 %, la monographie est riche d’informations qui n’ont jamais été accessibles au grand public. Elle permet au lecteur de brosser un tableau réel de la future province mais aussi d’évaluer ses capacités de viabilité par rapport à ses ressources économiques, financières, humaines, logistiques, sociales, culturelles et environnementales. Quel que soit le domaine d’investigation abordé, elle fournit de nombreuses informations scientifiquement fiables et qui répondent aux attentes de tout planificateur de développement humain durable. Elle est d’une part, une source de réflexion pour les leaders locaux et les populations elles-mêmes mais aussi d’autre part, un précieux outil d’aide à la décision pour tout acteur engagé à lutter contre les défis de la pauvreté multiforme et endémique qui sévit au Kwango.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Bangala, « Jean Omasombo Tshonda (dir.), Kwango. Le pays des Bana Lunda », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10518

Haut de page

Rédacteur

Quentin Bangala

Expert et rapporteur à la commission technique de la Fédération Vaudoise à la coopération au développement humain durable (Fédévaco) à Lausanne/Suisse

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page