Navigation – Plan du site

Soraya Medjbeur Benyelles, Un médecin d’Oran dans la guerre de libération

Akram Belkaid
Un médecin d'Oran dans la guerre de libération
Soraya Medjbeur Benyelles, Un médecin d'Oran dans la guerre de libération, Paris, L'Harmattan, 2012, 220 p., ISBN : 9782296994508.
Haut de page

Texte intégral

1Dans l’importante production livresque consacrée à la Guerre d’Algérie, communément appelée Guerre d’indépendance en Algérie, les témoignages individuels demeurent peu nombreux ‑ surtout côté algérien ‑ tant reste importante la part faite aux essais ou aux ouvrages historiques. Cela sans parler des fictions littéraires qui connaissent un renouveau depuis quelques années. C’est pourquoi il faut saluer la publication du récit de Soraya Medjber Benyelles, une Algérienne née à Oran, à propos de cette période. Certes, le livre dont il est question concerne son père, Tami Medjbeur (1926-2005), aujourd’hui décédé, mais le lecteur y trouvera nombre d’éléments biographiques qui éclairent à leur manière la grande histoire. Celle d’un peuple au cœur d’une révolution.

2Il faut le dire en préalable, le parcours de Tami Medjbeur n’est pas habituel et ne répond pas aux clichés et idées reçues concernant la période coloniale. En effet, le père de l’auteure est né dans une famille ‑ musulmane ou indigène comme on le disait à l’époque ‑ aisée de l’Ouest algérien. Son enfance est heureuse, marquée par un bien-être matériel et une scolarisation normale dans des établissements pour la plupart réservés aux enfants de la minorité européenne. Une enfance qui, néanmoins, n’est pas marquée par le sceau de la rupture identitaire et de la déculturation comme ce fut le cas pour quelques rares et riches familles algériennes convaincues que la seule voie possible pour elles était l’assimilation pleine et entière.

3Tami Medjbeur, lui, grandit dans un milieu où perdure la tradition arabo-musulmane. Au fil des ans, il vit sans jamais perdre de vue les conditions difficiles du peuple auquel il appartient. Au fil du temps, ses discussions familiales et ses observations lui font prendre conscience de la terrible condition des Algériens. Et c’est en toute logique qu’il commence à s’intéresser à l’évolution du mouvement nationaliste qu’il s’agisse de celui incarné par Ferhat Abbes ou celui, bien plus radical, de Messali Hadj. On le voit, l’un des attraits originaux de cet ouvrage est qu’il montre que le sentiment national algérien a dépassé les classes sociales et que les ferments de la révolte ne concernaient pas uniquement la partie la plus déclassée de la population.

4Bénéficiant de son aisance matérielle mais doté aussi d’un esprit brillant, Tami Medjbeur effectue avec succès des études de médecine en France. À ce sujet, on aurait aimé en apprendre plus sur son séjour en métropole. Est-ce là que ses convictions nationalistes se sont renforcées ? Est-ce là que s’est concrétisée sa volonté de rupture avec la France comme ce fut le cas pour tant d’autres militants indépendantistes, à la fois séduits par les libertés garanties par la République française et scandalisés par le fait que ces même libertés n’avaient pas cours en Algérie (du moins pour la population musulmane) ?

5En tout état de cause, Tami Medjbeur, à peine diplômé, marié et déjà père, revient en 1952 en Algérie pour exercer son métier à Oran. Le déclenchement de l’insurrection du 1er novembre 1954 le prend de court mais elle ne le surprend pas. De par son métier, il sait que son peuple et son pays bouillonnent. Petit à petit, le voici qui rend service à la « rébellion ». Ordonnances, soins, hébergement, tout cela va le mener à la prison civile d’Oran après avoir été plusieurs fois torturé par des policiers. En détention, il retrouve d’autres militants ou sympathisants de l’indépendance. C’est d’ailleurs un autre intérêt de ce livre que de citer des noms de personnes, hommes et femmes, ayant chèrement payé leur adhésion au projet porté par le Front de Libération National (FLN), certains d’entre eux étant d’origine européenne comme l’avocate Suzanne Koehl-Layrisse ou le Dr Jean-Marie Larribère et ses filles.

6Le jugement pourra paraître subjectif mais le cœur du livre réside dans toute la partie consacrée à l’emprisonnement de Tami Medjbeur. Grâce aux notes de son père, l’auteure excelle à reconstituer l’ambiance carcérale de l’époque mais aussi les doutes et les interrogations des prévenus. Terribles sont aussi les passages consacrés au sort des condamnés à mort. Ainsi cette cellule numéro treize, celle où sont enfermés ensemble trois prisonniers (ils ne peuvent jamais être deux) et d’où sont toujours extraits à l’aube ‑ mais sans qu’on sache quel jour exactement ‑ ceux à qui la guillotine ou les balles vont ôter la vie. Cette proximité de la mort, certains condamnés en rient, d’autres la refoulent, espérant une grâce qui ne viendra jamais.

7Libéré de prison, Tami Medjbeur reprend son activité de médecin et n’hésite pas à offrir son aide et son savoir aux maquisards. Repéré et menacé par l’OAS, il est obligé de fuir avec sa famille à l’étranger, d’abord en Europe puis ensuite au Maroc. Après le cessez-le feu de mars 1962, il revient clandestinement à Oran pour s’occuper d’un hôpital clandestin dans un quartier musulman. C’est l’époque des tueries gratuites et de la politique de terre brûlée de l’OAS. Le Dr. Medjbeur en réchappera et vivra dans l’euphorie l’indépendance de son pays. Le concernant, on dira qu’il est heureux et salutaire que sa fille ait mis sur papier ses notes. Mais, combien d’autres témoins de cette période sont d’ores et déjà partis sans avoir livré leurs récits ? L’Algérie et les Algériens n’ont guère écrit ce que fut leur propre histoire durant la Guerre de libération. À l’heure où toute une génération de combattants et de militants s’apprête à quitter ce monde, on ne peut qu’essayer de rattraper le temps perdu en recueillant les souvenirs des survivants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Akram Belkaid, « Soraya Medjbeur Benyelles, Un médecin d’Oran dans la guerre de libération », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 25 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/10521

Haut de page

Rédacteur

Akram Belkaid

Journaliste

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page