Navigation – Plan du site

Christophe Brochier, Les collégiens des favelas. Vie de quartier et quotidien scolaire à Rio de Janeiro

Hélène Pétry
Les collégiens des favelas
Christophe Brochier, Les collégiens des favelas. Vie de quartier et quotidien scolaire à Rio de Janeiro, IHEAL, coll. « Travaux & Mémoires », 2009, EAN : 9782915310948.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Lepoutre, D. (1997). Coeur de banlieue. Codes, rites et langages. Paris: Odile Jacob.
  • 2 Van Zanten, A. (2001). L'école de la périphérie: scolarité et ségrégation en banlieue. Paris: PUF.
  • 3 Willis, P. (1977). Learning to Labour. Saxon House.
  • 4 Zaluar, A. (Ed.). (1992). Violença e educação. São Paulo: Tatu/Cortez.

1Cet ouvrage s'inscrit dans la lignée des travaux sociologiques qui s'attachent à lier l'expérience scolaire des élèves de milieu populaire et leur vie de quartier, montrant à la fois la place que la scolarité occupe dans le quotidien des jeunes et la façon dont ce quotidien hors l'école pénètre l'établissement et influence son fonctionnement (tels que Lepoutre, 1997 1; Van Zanten, 20012; Willis, 19773; Zaluar, 19924). Christophe Brochier a réalisé une enquête de type ethnographique s'étalant sur plusieurs séjours à Rio de Janeiro entre 2002 et 2006, au cours desquels il a vécu cinq semaines, puis quatre mois dans le complexe de la Maré (un grand ensemble de favelas au Nord de la ville), où il a lié des liens privilégiés avec une demi-douzaine d'adolescents. Cette installation in situ est suffisamment peu courante chez les sociologues des favelas pour mériter d'être soulignée. Le quotidien scolaire a été observé dans une douzaine d'établissements publics des quartiers Nord - principalement six collèges, mais aussi quatre lycées et deux écoles primaires.

2Le premier chapitre de l'ouvrage, « Enquêter sur les jeunes et l'école », décrit l'accès au terrain et les différentes facettes du recueil des données. Tout en faisant entrer le lecteur dans le milieu étudié d'une manière vivante, cette exposition est précieuse pour qui effectue des enquêtes de terrain similaires et permet au lecteur d'évaluer les apports et les limites de l'analyse. En outre, ce chapitre apporte un éclairage important sur la position théorique de l'auteur par rapport aux faits et relations étudiées. Ce dernier explique en effet qu'il était sensible au début de son enquête aux travaux de sociologie de l'éducation qui tendent à imputer la plus forte proportion d'échec scolaire dans les milieux défavorisés à la domination socioculturelle de l'institution scolaire, au manque de moyens alloués aux écoles et à une formation inadaptée ou insuffisante des enseignants. En d'autres termes, toute une série d'interprétations visant à dédouaner les « dominés » de toute responsabilité dans leur situation. Or Christophe Brochier a été amené à remplacer pendant trois mois une enseignante de français dans un des collèges où il enquêtait, expérience qui a remis en question ses interprétations antérieures.

3Ainsi, tout au long de l'ouvrage, l'auteur décrit l'impasse pédagogique dans laquelle peut se trouver un enseignant, même motivé, qualifié et réflexif, pris en étau entre d'un côté des élèves sympathiques mais dénués des aptitudes nécessaires au travail scolaire (respect de la parole d'autrui, attention, mémoire, concentration, persévérance) et de l'autre une institution scolaire publique tant soucieuse de ne pas exclure les plus démunis qu'elle a abandonné tout ce qui risquerait de les décourager : notes, devoirs, sanctions, programmes. Il en résulte pour ces adolescents des favelas une expérience scolaire dilettante centrée sur les relations amicales avec enseignants et pairs, et un gouffre avec les apprentissages des jeunes de classes moyennes scolarisés dans le privé.

4Les chapitres II « L'univers de la favela », III « Les jeunes et la préparation de l'avenir », et IV « La vie scolaire dans les établissements populaires : un compromis entre normes scolaires et habitudes des favelas » intègrent aux analyses une riche documentation sur les contextes urbain et scolaire brésiliens qui sont indispensables aux non brésilianistes pour situer le groupe étudié. Dans cette perspective, l'ouvrage gagnerait à intégrer davantage les références à la pensée sociale brésilienne parfois reléguées en notes de bas de page malgré leur pertinence - il est par exemple utile de savoir que le personnalisme et l'importance de la cordialité des relations, qui frappent l'observateur français dans les écoles brésiliennes et qui pourraient passer pour caractéristiques des milieux populaires, a été souligné dans l'anthropologie sociale brésilienne classique comme caractéristiques brésiliennes. En outre, l'auteur souligne que la pédagogie brésilienne est très influencée depuis les années 1980 par l'approche anti-autoritariste de Paulo Freire (réduite indument à des « principes vagues à tonalité philosophique », p. 152), tournant pédagogique qui pourrait être mis en relation avec la fin, en 1982, de vingt ans de dictature militaire.

  • 5 Dubet, F. (1987). La galère : jeunes en survie. Paris: Fayard.
  • 6 Op cit

5Si Christophe Brochier décrit de manière convaincante le flottement de ces adolescents par rapport à l'école, séchant les cours s'ils ont autre chose à faire voire abandonnant l'école en cas de déception amoureuse, cela ne signifie pas pour autant comme il le dit que leur scolarité n'ait « pas d'objectif précis ». Le « statut de citoyen comme les autres » que confère la scolarisation, et que l'auteur a bien analysé, est un objectif en soi. L'ENEM, examen de fin d'études secondaires mis en place en 1998, dont l'auteur ne parle pas, devient de plus en plus nécessaire à l'obtention d'un emploi formel (de carteira assinada). Par ailleurs, comme beaucoup de travaux sur les jeunes de quartiers défavorisés (Dubet, 1987 5; Lepoutre, 1997 6), l'ouvrage se présente comme un travail sur les jeunes des favelas en général alors que les principaux enquêtés sur le terrain sont uniquement des garçons, les filles n'ayant dans l'enquête qu'un rôle secondaire, au même titre que les parents et les enseignants. Ainsi l'auteur affirme que ces jeunes « ne repoussent pas les modèles offerts par la génération précédente qui a fait sa vie dans l'industrie » (p.108). Or cette affirmation vaut uniquement pour les modèles masculins. Les mères en revanche sont souvent des domestiques, modèle que les filles rejettent fortement, et qui les incite à terminer leurs études secondaires dans l'espoir d'obtenir un emploi formel. Certes, ce souhait n'est souvent pas mené à bien pour diverses raisons, dont les grossesses précoces, mais pas parce que l'école ne servirait à rien, ou à rien de clair.

6Les chapitres V « La routine scolaire et l'acquisition des connaissances » et VI « Quelle éducation pour les pauvres ? » ainsi que la conclusion soulèvent des questions de fond sur l'éducation et la société. D'une part, le regard étranger s'avère révélateur de certaines pistes délaissées par les travaux brésiliens sur l'éducation, comme la question de la diversité sociale dans les établissements. En effet, les travaux brésiliens sont prompts à critiquer la différence de qualité entre les écoles des pauvres et celles des classes moyennes et supérieures, mais rarement à poser comme souhaitable la diversité sociale des élèves dans les mêmes écoles, à la différence des débats sur le school mix aux Etats-Unis ou sur la carte scolaire en France. L'auteur soulève également la question des débouchés, qui dépasse largement le contexte brésilien : comment prendre en compte une population dont le niveau de qualification augmente plus rapidement que le nombre d'emplois qualifiés ? Quel est le rôle de l'éducation si en étudiant davantage que ses parents on a des conditions de vie similaires ? Et on devine au fond une interrogation sur le bien fondé d'un modèle social où la scolarisation est le seul chemin légitime pour la jeunesse.

7Notons, pour les francophones intéressés par l'école et/ou les favelas brésiliennes, que l'ouvrage mérite d'être lu en parallèle avec L'école et le rue : fabriques de délinquance de Benjamin Moignard (Moignard, 2008). Cette étude comparative entre la relation collège-quartier dans des cités parisiennes et une favela carioca a été réalisée à la même période, et n'est donc pas citée par Christophe Brochier. Moignard souligne globalement les mêmes caractéristiques de l'école publique brésilienne que Brochier, mais s'intéresse davantage à la question de la violence, faisant ressortir l'école brésilienne comme un refuge approprié par les habitants de la favela, et le collège français comme une institution extérieure qui s'impose au quartier, générant son lot de tensions et conflits

Haut de page

Notes

1 Lepoutre, D. (1997). Coeur de banlieue. Codes, rites et langages. Paris: Odile Jacob.

2 Van Zanten, A. (2001). L'école de la périphérie: scolarité et ségrégation en banlieue. Paris: PUF.

3 Willis, P. (1977). Learning to Labour. Saxon House.

4 Zaluar, A. (Ed.). (1992). Violença e educação. São Paulo: Tatu/Cortez.

5 Dubet, F. (1987). La galère : jeunes en survie. Paris: Fayard.

6 Op cit

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Pétry, « Christophe Brochier, Les collégiens des favelas. Vie de quartier et quotidien scolaire à Rio de Janeiro », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2010, mis en ligne le 20 juin 2010, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1053

Haut de page

Rédacteur

Hélène Pétry

Doctorante en sociologie à l'OSC (SciencesPo/CNRS)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page